Hibernatus

29 décembre 2007 at 19:31 (Uncategorized)

J’ai juste une envie : hiberner 100 ans. Ou au moins jusqu’après ces p’tin de fêtes. D’ailleurs je m’y mets. Samedi entier sans mettre le nez dehors. Et dimanche et lundi et mardi, aussi. Même pas pour les courses, je m’en fiche si le frigo est vide, depuis hier mes grands sont chez leur père de toute manière. Vivre de mal d’amour et d’eau fraiche. Bulle hermétique. Purée tout me ramène à toi. Dire que j’avais si peur de te perdre ! Je n’ai pas été cruelle. Sauf envers moi. Je n’ai fait que lancer des bouteilles à la mer. Mais elles ont coulé à pic, ou m’ont explosé en pleine face. Fuir. Je pensais que ce serait plus facile que ça. Mais pas d’autre choix. Demi-tour impossible, cette fois c’est trop tard tu l’as dit. Casser au lieu de déchirer, comme dit Aubert. Quitter ta vie où je n’ai jamais eu ma place. Pardonne moi un jour de ne pas avoir su assumer tout ça. Le mal que ça me faisait, surtout. Ce n’est pas une rupture. Parce que rien ne pourra jamais me séparer de toi, tu es en moi alors que faire. Tu es partout et purée c’que c’est dur. Pourtant j’ai tout emballé. Et hâte que tu viennes tout reprendre. Pour ne plus être tentée d’aller replonger dans les sacs fermés. Et pouvoir enfin pleurer. Jusque là je ne pouvais pas, teigne jusqu’au bout je râlais et ça me tenait debout. Personne n’y croit vraiment, puisque je sais encore sourire. Seule, ça sera plus simple quand je serai seule. Quand mon Jimmy sera vraiment parti, au lieu de venir dormir ici sous de faux prétextes, juste pour. Je suis si lasse, c’est si difficile de faire semblant. Mais je souris encore. Suffit juste de ne pas me demander comment ça va. Pitié épargnez-moi cela, et ça ira. Pas en parler, surtout. Hiberner. Les gens, bonne et heureuse année.
Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Nouvelle vie

26 décembre 2007 at 19:30 (Uncategorized)

Et donc Noël fut doux. Parenthèse illuminée avant une réalité noire. Tout en douceur lundi de journée farniente avec mes enfants dans une maison aux bougies parfumées. Tout en douceur pour la soirée, pour un repas gargantuesque chez mon frangin adoré, complicité et petits cadeaux, rien que du bonheur -même si les ados balisaient, un peu-. Retour en milieu de nuit avec mon frère qui jouait au taxi, et ensuite départ de mes grands pour une soirée qui avait lieu non loin de chez moi. Seule à 2 heures du matin après un dernier petit café avec mon frangin, avant qu’il ne reparte sur les routes verglacées. Seule à savourer cette nuit de Noël, étonnée d’être sereine. Et me faire encore un délicieux chocolat chaud avant d’aller au lit. Décidément le mien est le meilleur au monde, j’vous l’avais dit 🙂

Et hier, encore un peu de magie de Noël à saupoudrer. Chez ma grand mère chérie, son fou-rire innatendu pour un détail, et le soleil que j’ai vu dans ses yeux gris m’ont réconcilié avec la vie. Au moins jusqu’à Noël prochain. Ce retour aux sources, même pour quelques heures était exactement ce dont j’avais besoin. Purée comment je ferai quand elle ne sera plus là ! Ne pas y penser. Retour aux sources, et donc pour ça un long trajet en train bien sûr. J’ai adoré. La grêve annoncée ne touchait pas la ligne vers le fin fond de l’Ardenne, et les trains étaient presque bondés. Peuplés de gens que j’immaginais rejoindre des proches. Forcément puisqu’ils avaient tous, presque, des cadeaux avec eux. Et croyez le ou non, ce bonheur, un peu cucul, m’a même fait chaud au coeur. Même l’heure presque entière d’attente de ma correspondance m’a plu. Assise dans le hall de la gare à côté du grand sapin, mal décoré et presque dénudé mais qui embaumait encore, j’ai sorti un bouquin abandonné depuis quelques semaines. A rendre tout bientôt, et puisque celui là au moins m’avait plu parmi le stock qui m’avait été prêté, autant le terminer au moins ça passe le temps. Je n’aime pas lire des livres que l’on me prête en me disant « lis ça, tu vas adorer ». Après on se sent obligé de le terminer, même si il ne plaît pas, puisqu’il faudra forcément donner son avis. Les premiers je les avais terminé. Même quand ils me décevaient. Mais dire ensuite j’ai pas aimé ça ou ça ou ça dans l’histoire, ou bien que c’est toujours le même genre d’histoire (forcément), ça ne plait pas à celui qui l’avait aimé, et qui voulait à tout prix m’influencer dans mes goûts, ‘faire mon éducation littéraire’ comme il disait. Ben il peut se brosser, comme pour mon éducation musicale, héhé. Et comme ce n’est pas mon genre de m’appliquer à aimer ce que l’autre aime juste pour faire plaisir, ben je n’avais plus rien terminé, chaque bouquin essayé tout de même, mais abandonné au quart de l’histoire puisque je n’arrivais pas à « entrer » dedans. Et il restait un livre dans le carton. « Je ne connais pas cet auteur, pas encore lu celui-là m’avait-il dit » Hourra, la première à le lire. Et tiens, j’avais adoré. Mais le livre était reparti dans la caisse, un jour où je devais tout rendre. Non terminé. Vite, replonger dans cette caisse avant que pour de bon elle ne reparte, vite le finir. Replonger dans l’histoire, rapidement retrouver la page où je l’avais abandonné. Hasard étrange, dans le récit ils sont à la date du 23 décembre. Ne pas s’arrêter aux signes, qui n’en sont pas, certainement. Dévorer la fin du bouquin, et sourire. Parce que celui là se termine bien.

Pour le retour, encore une longue attente dans la même gare. Le train est déjà à quai et on peut embarquer, même en étant à 1 heure du départ. Sortir de cette gare où je ne reviendrai probablement jamais. L’heure d’attente passera vite, le train se remplit doucement. Les gens ont encore des cadeaux, reçus cette fois, du moins je l’imagine. Le train démarre enfin et j’aimerais qu’il aille plus vite. Rouler vers chez moi. Retrouver mes enfants. Ma seule famille. Rentrer juste à temps pour mitonner un nouveau repas de Noël et replonger dans l’ambiance, une dernière fois.

Ce matin la trêve de Noël est terminée. Je reprends le cours de ma vie. Je reprends le boulot aussi, et j’attends un nouveau petit pote. Nouvelle petite bouille à découvrir, à apprivoiser. Je me réjouis. Journée cool, ils ne seront que 3. Mon Jim vient de se lever et décide de traîner en pyjama. « après ce week-end de fous, ma première vraie journée de congé », me dit-il.

Cette après-midi pendant la sieste des petits, on démontera le sapin, mort bien avant l’heure et déjà presque sans épines.

Re-déménager les meubles, remettre tout en place.

Virer toutes les décos de Noël. Atterrir dans la réalité. Ou m’écraser au sol. « le premier vrai jour de ma nouvelle vie », me dis-je. Sans lui.

Re-prendre mes habitudes, mes repères. Pour ne pas m’écrouler. La vie, comme mes meubles, reprend sa place.

 

Permalien Laisser un commentaire

.

24 décembre 2007 at 19:27 (Uncategorized)

Je vous souhaite un merveilleux réveillon et un très Joyeux Noël !

Permalien Laisser un commentaire

Et sinon?

23 décembre 2007 at 19:25 (Uncategorized)

C’est vrai ça, depuis le temps ! Bah, rien de bien nouveau les gens. A part une nuit blanche à m’inquiéter pour mon gamin, et un soulagement totalement indescriptible le lendemain matin, après l’avoir eu au téléphone. C’est fou ce que l’esprit inquiet d’une mère peut imaginer dans le genre gore, parfois… L’instinct maternel, ah l’invention du siècle moi j’vous le dis, gn. Sentir, savoir que quelque chose se passe, passer la moitié de la nuit en bas, à téléphoner, et à pleurer doucement. Tout en veillant à ne pas éveiller l’égoïste, qui lui n’a su que se moquer de moi. J’avais raison bordel, il se passait bien quelque chose. Mais rien de trop grave, au final mon grand va bien et pour moi rien d’autre ne compte.

Le week-end s’annonçait pourri, et pourtant ! A épingler dans mon tiroir à souvenirs sympas, des retrouvailles hier avec une Indofan à la recherche, bien loin de chez elle, de Tintin. (private joke). Achat ensemble des tout derniers cadeaux de Noël, lèche vitrine et shopping, lunch au Quick et tites confidences, quelle bonne idée et quel plaisir que cette après-midi en ville totalement imprévue ! Centre de Liège noir de monde et temps perdu à chercher un parking qui n’affichait pas complet, mais on n’en avait cure et il faisait grand soleil malgré le froid piquant. Vraiment une chouette journée, et à réitérer, là dessus tu peux compter !

Retour à la maison ensuite, repas et début de soirée avec mes enfants ….Et coucher tôt, j’en avais besoin. Récupérer à tout prix. Prendre des forces, pour résister à la journée pourrie qui arrive. Journée d’anniversaire de lhomamoi, d’où l’on m’a proprement tenu à l’écart. Putain ça fait mal. Mais ça ouvre les yeux, aussi.

J’espère que votre journée s’annonce mieux, bon dimanche les gens !

Permalien Laisser un commentaire

Un week-end ‘dans’ la lune

18 décembre 2007 at 19:24 (Uncategorized)

Que passer un week-end entier sans prendre plus de distance lui et moi qu’à portée de mains, ça c’était bien…

Qu’il y ait 200.000 personnes dans Liège samedi soir pour la parade dans les rues, ça c’était trop énorme.

Que ce soit étouffant au point de saturer complètement l’entrée du marché de Noël et de nous en faire rebrousser chemin, ça c’était dommage.

Que la susnomée parade de Noël s’apparente plus à la caravane du tour de France tant chaque char était sponsorisé, ça c’était juste consternant.

On n’avait pas à subir toutes les 30 secondes le lancinant « Rodaniaaaaaaaa » des accros du vélo, mais que chaque char nous serine la chanson nowelesque des animateurs de la télé-poubelle organisatrice, ça je vais vous dire, c’était bien pire.   🙂

Que l’on s’invite dans un resto centenaire qui fait figure d’institution à Liège, juste pour se régaler de boulets frites (à la liégeoise, ben tiens) délicieux, ça les gens c’était un chouette moment.

Que l’on retente le coup dimanche pour ce foutu marché de Noël et les magasins ouverts, et qu’au moins les 200.000 personnes de samedi aient eu la même idée, ça c’était quand même pas de bol.

Que cette fois le chocolat chaud du chalet de chez Galler soit le meilleur du monde (après le mien nonmaisho), ça j’espère que vous en salivez 😉

Mais ce week-end surréaliste à trop bouger pour éviter de trop parler, nos repas mitonnés pour des pique-nique devant la télé, ses bras où me réfugier-fermer-les-yeux-tout-effacer, la maison à la chandelle éclairée, ma couverture toute douce pour dans le divan s’emmitoufler, ça c’était quand même des petits bonheurs, bien au chaud, à se garder.

Permalien Laisser un commentaire

17 décembre 2007 at 19:20 (Uncategorized)

Vendredi, une soirée pour moi totalement surréaliste au Wex. Un voyage en train, inattendu , le groupe de lhomamoi pour un concert presque irréel. 3.200 personnes conquises en moins d’une heure, pari tenu. Et pari gagné. Des retrouvailles qui nouent les tripes, plein d’émotion. Merci monsieur mon Amour.

Un autre chanteur ensuite, un feu de camp sur scène, des santiags -ben tiens !-, et puis une veste indienne. Des souvenirs des rires et même des larmes, près de 80 printemps et un punch incroyable, un charme fou, aussi. 2 heures et quart de bonheur, merci monsieur Hugues Aufray.

Permalien Laisser un commentaire

Vendredi

14 décembre 2007 at 19:18 (Uncategorized)

Finalement, hier soir je ne suis ni allée au marché de Noël (il faisait trop froid, puis j’avais la flemme de bouger), ni au lit très tôt ! Soirée seule, puisque mes zouaves étaient partis voir un concert en ville. Et comme il n’y avait comme d’hab. rien à la télé, je me suis fait le petit plaisir de découvrir le dernier dvd live d’Indochine. Et didiou les gens ça m’a fait un bien fou au moral de faire trembler les murs de la maison et de replonger dans cette ambiance magique. Soirée en longueur, et retour des zouaves vers minuit 30, un peu cassés mais ravis. Tom repartait ensuite dormir chez sa copine, pour m’éviter de faire 2 fois l’aller-retour maison-arrêt de bus puis maison-gare ce matin. Et croyez-moi un seul m’a suffit, je suis rentrée quasiment congelée….

J’attends les petits potes, vendredi dernier jour (enfin) d’une semaine pourrie.

Vendredi. Et si…?

Je carbure au café, j’ai très peu dormi, j’ai froid au coeur et puis..

Permalien Laisser un commentaire

Lumières bleues, et idées noires

13 décembre 2007 at 19:14 (Uncategorized)

Et donc hier je suis allée me balader en ville. Trouver le cadeau de Noël qui me manquait, un vêtement bien précis dont rêvait mon Jim depuis des mois. Tous les magasins du genre, j’ai fait ! Nada, rien, on ne l’a plus, on ne sait plus commander, y’en a plus aucun de stock pour la Belgique, faut chercher si des magasins l’ont encore, c’est votre dernière chance la saison s’achève et blablabla. Gn.

J’y ai perdu un temps fou. Mais je l’ai finalement trouvé, I’m the best. Sourire béat rien qu’en sachant comment ça va lui faire plaisir. Juste un petit bonheur. Et donc il me restait très peu de temps, au final. Pour moi, (juste essayé quelques fringues pour finalement ne rien acheter -à quoi bon-), et puis pour compléter la déco de Noël. Là j’ai trouvé mon bonheur. Et le jeu de lumières bleues illumine tellement le sapin qu’il en fait mal aux yeux  🙂

Pas de visite au méga marché de Noël, le tout premier chalet m’a brisé le coeur d’un seul coup de chocolat chaud, pourtant si délicieux l’an dernier. Demi-tour immédiat et retour au nid douillet.

Soirée calme, repas d’un hiver qui s’installe (potée aux carottes) avec mes grands et la schtroumpfette de Tom. Dans une ambiance de Noël qui, finalement, fait chaud au coeur.

Soirée en demi-teinte ensuite, seule avec Jimmy qui s’écroulait de fatigue et m’abandonna très tôt pour sa couette. Soirée « prison break », ben non même pas ! J’ai regardé sans faire trop attention, et au final je n’y ai rien compris. Hourra du coup j’ai réussi à décrocher. J’ai somnolé ensuite dans le divan, bien installée sous la couverture polaire, émergé de temps en temps, pour m’éveiller finalement vers 1h du matin et rejoindre mon lit douillet comme un zombie.

Ce matin j’attends 5 petits potes, et j’en ai déjà les bras coupés avant de commencer. Le coup de blues que j’avais jusque là évité m’a finalement rattrapé. Et purée il est entrain de gagner. Qu’est-ce que je croyais ! Tout ça à cause d’un chocolat chaud au goût de réalité.

Ce soir je ne sais pas encore quoi faire, j’avais prévu d’aller au marché de Noël (ben oui, avant de savoir que j’aurais congé hier, puis de toute façon hier je l’ai zappé). C’est beau le soir, tout illuminé. Mais c’est sûrement au dessus de mes forces. Pourtant il faut que je m’occupe, mes grands s’en vont voir un concert à la Soundstation. M’occuper l’esprit pour ne pas trop m’inquiéter  ….Ou aller très tôt au lit, je ne suis pas encore décidée….

Permalien Laisser un commentaire

Mardi pourri, part III, et mercredi qui s’en mèle

12 décembre 2007 at 19:11 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens ! Bonjour quelque peu frigorifié. J’vous explique.

Hier donc, après x appels téléphoniques, le chauffagiste de mes deux arrive. Essaye, tout comme je l’avais fait, de relancer la chaudière qui s’était gentiment mise en sécurité…. et évidemment n’y arrive pas. Ben tiens j’suis une brêle mais je sais quand même pousser sur un bouton, merci bien. L’homme décrète donc que l’interrupteur en question est cassé et qu’il faut le changer. « J’arrive de suite, il y en a à l’atelier, je me dépèche ma p’tite dame! » L’atelier en question étant situé à 150 mètres de chez moi, je trouvais quand même bizarre qu’il mette 1h30 pour revenir. Entre temps j’avais évidemment prévenu les parents des 5 petits potes qu’il faisait royalement 15 degrés chez moi et qu’il valait mieux contacter les mamys de secours. Appel du cher homme, « y’avait pas la pièce à l’atelier je ne vous oublie pas j’étais parti en acheter une j’arrive dans 10 minutes! » Merci d’avoir pensé à me prévenir, trop gentil vraiment!

Et donc il arrive avec l’interrupteur salvateur.

Qui évidemment ne démarre rien. Pas utile d’avoir fait médecine des chaudières pour comprendre que, si le chauffage s’était mis en sécurité au moment du démarrage du matin, c’est qu’il y avait une raison, et donc une tuile !

Une grosse tuile, et visiblement elle laissait l’homme bien perplexe. Tout va bien pourtant qu’il me dit, la chaudière n’a que 2 ans, le brûleur impec, le vase d’expension aussi j’ai tout vérifié. Il téléphone de partout, il s’excuse 10 fois de me faire perdre ma journée, et donc ma paye, et sorry mais quand je râle, ça se voit, viens donc pas m’em****** en plus du con !

Voyant qu’il ne sait rien faire, il s’en va chercher un collègue à la rescousse. Qui décrète d’emblée que mon vase d’expension est foutu !!!!! Ah mais ah mais, je vous signale que jusqu’à ce que vous veniez faire l’entretien hier, tout allait impeccablement bien ! Impossible de discuter, faut changer le truc etpiscétout. Bah contactez mon proprio c’est à lui de décider, puis c’est lui qui paye alors moi vous savez……

Et donc 1/4 heure plus tard, les voilà qui reviennent avec l’engin, de stock cette fois. Presque midi les gens, j’suis gelée. La seule petite fille que j’ai en garde, elle ça va. Tu penses elle hurle à longueur de journée ça tient chaud. M’étonne même plus que sa mère, en congé et me sachant sans chauffage me l’a quand même mis en garde, elle sature ! (Moi aussi j’vous avoue)

Bref vers midi hourra ça remarche ! 2 autres mamans décident de m’amener quand même les enfants. Bah je n’aurai pas perdu toute ma journée… Et donc c’est collée au radiateur que je survis l’après midi, les pieds gelés ça ne pardonne pas moi je vous le dis. Chouette soirée enfin avec mes grands dans une chaleur enfin revenue, et blablabla la vie est belle…………..

……….Jusqu’à ce matin où en nous levant, devinez quoi ???? Pas de chauffage !

Merde alors, je conduis Tom à 7 heures à l’arret de bus, et bien surgelée (et bien enragée!) je passe avant de rentrer chez le chauffagiste pour lui montrer de quel bois je me chauffe (admirez l’humour il m’en reste un peu tout n’est pas perdu!)

Le nigaud d’hier n’ose plus se montrer, on m’envoie un collègue. Pas plus malin, il arrive sans outils, juste pour « pousser sur l’interrupteur et redémarrer le truc » A nigaud, nigaud et demi, tu crois que j’avais pas essayé peut-être ? Et évidemment, que pouic. Et pas d’outils ma pauvre dame, j’appelle un autre collègue il passera dans 1/2 heure….

Et donc le 3ème est là en ce moment, j’aurai bientôt vu défiler tout le personnel dis donc. Et miracle, il vient de relancer ma *$¨&** de chaudière ! (en m’expliquant que c’était juste  un mauvais réglage du brûleur lors de l’entretien, et que, trop sensible, il se mettait en sécurité lors du démarrage du matin….) Changement du vase d’expension inutile donc, je m’en vais expliquer tout ça au proprio avec plaisir…….

9 heures du matin, évidemment les parents ont casé leurs mômes, et me voilà en congé forcé.

Encore une journée de salaire de perdue. Tout va, j’ai juste un peu les boules. Tiens association d’idées, il me manque plein de boules et de décos pour mon sapin ! Je viens donc de décider à l’instant d’aller passer ma journée en ville, cadeaux et marché de Noël, shopping seule et en prenant tout mon temps, chocolat chaud et farniente, ça va me faire un bien fou au moral tiens !

Bonne journée les gens !

Permalien Laisser un commentaire

Mardi pourri (2ème partie)

11 décembre 2007 at 19:09 (Uncategorized)

Quand un chauffagiste vient hier faire l’entretien de la chaudière…. et que ce matin au lever le chauffage est en panne (cherchez l’erreur)

Quand on attend 5 petits potes en garde, et que bien sûr en prévenant les parents, 4 sur les 5 préfèrent préfèrent garder leur enfant chez eux bien au chaud……. et que je perds donc 4 fois 1 journée de travail, non payées bien sûr ! Grrr.

Quand mon grand s’apprête à aller au cours le matin, puis, comme il a congé l’après midi il  décide de rester en ville pour faire ses achats de cadeaux de Noël….. et qu’il se rend compte au moment de partir que l’enveloppe qu’il a reçu de moi pour sa saint Nicolas (et dont il comptait se servir en ville, vous suivez j’espère), je l’ai malencontreusement jetée à la poubelle, la croyant vide !

Que dire? Ben les gens si je le pouvais, je m’en retournerais sous la couette. Au moins là il fait chaud. Mais le bébé hurleur (comme par hasard ce bébé là, gn.) que j’ai en garde ne l’entend pas de cette oreille.

Bah le chauffagiste s’active pour réparer ses conneries  ma chaudière depuis 2 heures déjà, reste à prier pour que ça remarche vite. Avant que je pête un cable. (Ou que je gèle sur place, ce qui je le sens ferait moins de dégats…..).

Permalien Laisser un commentaire

Mon bô sapin..

10 décembre 2007 at 19:08 (Uncategorized)

Ben les gens il est énorme, le roi des forêts. Mais tellement beau. Même si du coup il manque un peu de décorations, vu sa taille inhabituelle. Déménagement et installation hier avec mes grands, j’ai adoré (mais purée c’que ça pique c’tte bestiole, puis la résine ça colle héhé). La maison embaume et est si belle que c’en est un bonheur.

Dimanche au calme, donc. Soirée cocooning avec mon Jimmy, et pas de souper chinois parce qu’il pleuvait trop pour aller se balader en scooter. Grrr. Soirée à 2, aussi, Tom était parti manger et dormir chez sa schtroumpfette, car je ne pouvais le conduire ce matin à l’arrêt de bus puisqu’exceptionnellement j’avais un petit mec en baby-sitting. Ca fait tout drôle de savoir un bébé ici la nuit, de faire doucement en allant dormir, en se levant, de m’éveiller plusieurs fois en l’entendant remuer et de retrouver des réflexes vieux de 20 ans -et un peu idiots-, à savoir retenir bêtement ma respiration le temps d’entendre que la sienne reprenne son cours calmement. Douce nuit, et à cette heure la petite marmotte hiberne toujours. Mon Jim va s’en aller jardiner sous la pluie, et j’attends l’arrivée des autres petits ….Calme lundi….

Permalien Laisser un commentaire

Et donc,

9 décembre 2007 at 19:05 (Uncategorized)

Et donc j’ai acheté des friandises pour me prendre pour le grand Saint. Mais pas jeudi, à cause du temps pourri que je ne voulais pas affronter en scooter. Et aussi, parce qu’après son départ à Lui il était trop tard le magasin fermait. Puis d’ailleurs j’avais d’autres choses à faire. Ni vendredi, non plus, à cause du vent et de l’arbre qui était tombé sur le petit supermarché qui a dû fermer. Bref, j’y suis allée hier matin. Et ça me faisait sourire de voir mon Jimmy tenter de passer en courant dans la cuisine pendant que je remplissais les grands sacs en papier colorés, juste pour voir ce que j’y mettais. Un peu de magie d’enfance. Mais il n’y avait plus de guimauves, ça m’apprendra de faire ces courses-là après le 6 décembre.

Magie aussi, hier dans Liège sous sa parure de Noël. Me sentir bien chez le coiffeur, pendant que mon Jimmy faisait ses achats « secrets » de Noël. Sourire en le rejoignant, de le voir son sac géant de cadeaux sous le bras. Il n’a oublié personne, il est attendrissant d’être généreux. Il est rigolo aussi, quand il me raconte hilare sa rencontre avec un clochard qui dansait avec un balai, puis qui l’a pris dans ses bras en l’appelant « mon pote » après qu’il lui ait donné une petite pièce.

Retour ensemble ensuite, et souper à deux puisque mon Tom à cette heure, travaillait. Sourire encore, en voyant que pendant notre absence, mon frangin venu rechercher son linge avait déposé un visiteur sur le buffet. Il est orange, il nage très bien et il s’appelle Hector. Puis son bocal est carré, décidément mon frère est dingo.

Et j’ai déjà reçu mon cadeau bien sûr, puisque Jim n’a pas su le tenir secret jusqu’au soir de Noël. « Je te signale que ton sapin attend encore dans la cour que tu te décides à le rentrer, je ne vais pas mettre ton cadeau dehors tout de même », qu’il me dit l’air sérieux. 🙂

Le sapin, on va le décorer cette après-midi. Trop grand, je ne sais toujours pas comment je vais le caser à la place prévue. Mais il va être magnifique, ça c’est une certitude !

🙂

Permalien Laisser un commentaire

Venez venez saint Nicolas, et tralala !

6 décembre 2007 at 19:03 (Uncategorized)

Purée j’ai fait fort ce matin dans le plombage d’ambiance ! Quand on est seule, les tout petits cafards peuvent parfois grandir comme des dinosaures, c’est bien connu. (En tout cas dans l’immédiat, c’est tout ce que j’ai trouvé comme excuse, contentez-vous de ça)  🙂

Je ne vais pas si mal hein les gens, faut pas croire ! J’avais juste la nostalgie d’un passé révolu. D’une belle maison pas loin d’ici, des marrons qui éclatent sur le poêle à bois, des soirées passées à jouer au grand saint et que je ne connaîtrai plus jamais, à me réjouir des yeux brillants de mes enfants le lendemain au lever. Tout le monde passe par là hein les gens, faut bien avancer ! Mais mes grands reviennent demain, et je viens de décider là de suite d’aller, comme au bon vieux temps, dévaliser mon supermarché ce soir de toutes les friandises que je pourrai acheter, cette putain de magie, par l’oreille jusqu’ici je vais la ramener. Juste pour voir mes grands sourire, me dire maman t’es quand même une vraie dingue, et puis un bisou claquant sur la joue me coller. Juste pour mon plaisir aussi, bien égoïste je l’admets.

C’est bon de jouer les égoïstes, vous savez. De ne penser qu’à son bien-être, quand, une fois de plus on te jette le bonheur à la rue. Comme hier tiens. Et donc nouvelle et douce soirée cocooning, bain parfumé, maison à la bougie éclairée, énorme plat de pâtes et chocolats (si!) devant la télé, bref, petits bonheurs à garder. Autant ça que de s’écrouler  🙂

Puis soirée « Prison break », évidemment. Ah prison break. Crévindieu c’est quand même agaçant ce truc 🙂  chaque semaine je me dis c’est fini, je ne m’acharne plus comme ça, terminé mercredi je ne regarderai pas. Puis hop là, je m’installe devant la télé,  mange des pâtes en regardant Renaud chez Ruquier, puis une émission consacrée au clown trop triste Benoît Poelvoorde pour éviter un débat wallons-flamands de plus sur la chaîne énervante, puis allez va, y’a pas d’autre film qui me tente, je m’en vais replonger dans les aventures des évadés….

Et comme le jour d’avant, mon frangin m’avait apporté une st Nicolas en forme de boîte de chocolats…. la suite…. 300 grammes d’ ORAIA je ne vous raconte même pas !  🙂  🙂  🙂

Permalien Laisser un commentaire

Venez venez saint Nicolas

6 décembre 2007 at 19:01 (Uncategorized)

6 décembre, les gens. Jour de la venue du grand barbu pour les enfants sages. Nostalgie, aussi. Putain de nostalgie, de mes saint Nicolas d’enfant chez mes grands parents, gamine trop gâtée, trop de jeux, trop de friandises, aïeux qui compensaient comme ils pouvaient la mère absente. Grande nostalgie aussi de celle de mes gamins, trop de jeux, trop de friandises, trop de calins aussi, par trop de peur de devenir un jour aussi une mauvaise mère. Rires et bonheur dans les yeux de mes enfants, et chauds souvenirs dans mon coeur à jamais. Ce matin je suis seule puisque c’est la semaine chez leur père. De toute façon depuis longtemps une enveloppe garnie a remplacé l’émerveillement. Nostalgie putain de nostalgie quand tu nous tiens. Cadeaux pour mes petits potes, un peu de magie ressuscitée. Et à coup sûr, idiote que je suis, yeux mouillés lorsque la seule grande de la troupe s’écriera merci saint Nicolas.

Permalien Laisser un commentaire

Coup de gueule !

5 décembre 2007 at 18:58 (Uncategorized)

Merde alors, y’a vraiment des gens tordus ! Reçu ce matin un mail où l’on me reproche, ou plutôt se moque carrément de moi et de ma « naïveté aveugle » concernant mes enfants. Ben si je m’attendais à ça ! Pas vraiment compris, en fait. Oui je parlais hier de mon grand parti à Liège pour la st Nicolas des étudiants, oui je parlais de mon plus jeune et de son travail. Qu’est-ce qu’il faut que je dise, écrive plutôt pour plaire aux abrutis, -à l’abruti(e)- en l’occurence? Que mon aîné est un alcoolo drogué ou guindailleur fini, et que mon Jimmy est un pourri d’apprenti qui ne fout rien au travail ? Faut m’inventer une vie de parent seul désespéré qui ne s’en sort pas avec ses enfants, ça te fait bander ça, connard de lecteur voyeur? Sorry mais si tu cherches du pathos pour occuper tes journées, va voir ailleurs y’a des tas d’autres blogs pour ça !!!

Non mais fait ch*** à la fin.

N’en déplaise donc à cette personne, je n’ai pas de problème avec mes ados. Exemple : hier j’ai eu plusieurs fois des nouvelles de mon Thomas par sms ou tél. pendant sa soirée. Il ne lui viendrai jamais à l’idée de me « zapper », et ce, uniquement par respect pour le fait que j’étais inquiète, et que toujours et en toutes circonstances, il veut m’éviter de me tracasser inutilement. M’a aussi téléphoné pour me dire qu’il était arrivé au kot du copain qui l’accueillait pour la nuit, et donc que je pouvais (enfin) dormir tranquille. Z’en connaissez beaucoup des enfants aussi gentils avec leur maman? Je trouve que j’ai vraiment de la chance qu’il soit comme ça, et ne vous en déplaise, j’en suis super fière.

Mon autre fils, et bien oui je suis (aussi) très fière de lui. Non seulement parce qu’il agit exactement comme son frère pour ce qui est de toujours m’éviter de m’inquiéter inutilement (quand ce n’est pas lui qui s’inquiète pour moi et joue les protecteurs!), mais aussi du fait qu’il s’est trouvé, qu’il sait exactement ce qu’il veut faire de sa vie, qu’il adore son boulot et qu’il ne ménage jamais sa peine, même si c’est de se faire crever dans un travail extérieur,lourd et physique et ce par tous les temps. Et pour 350 euros par mois, je trouve que c’est louable. Dont acte.

C’est quoi cette manie de chercher du pathologique, ou du triste dans les blogs (ou ailleurs)? Et surtout aller jusqu’à écrire un mail pour insulter quand on ne trouve pas ce que l’on cherche !

Et donc voilà, l‘ado qui ne se trouve pas et qui se mutile ou s’anorexie, sans aucun respect pour son corps. L’ado en plein mal être qui gonfle son entourage de son égoïste comédie, sans aucun respect pour ses proches. L’ado capricieux et fainéant qui croit que tout lui est dû pour autant, sans aucun respect pour les valeurs. L’ado sans personnalité qui se calque sur une mode, se tatoue ou se pierce juste pour se faire remarquer, sans aucun respect pour lui-même. L’ado trop mal dans sa peau au point de devenir alcoolo ou camé profond, sans aucun respect pour sa vie…………. et bien ce n’est pas chez moi que vous trouverez cela ! Et je persiste et signe : j’en suis fière, et je suis fière de mes enfants !

Alors à bon entendeur salut, le ou la frustré(e) !   🙂 

C’était donc une réponse du tac au tac, un vrai coup de gueule et nomdedieu ça m’a fait un bien fou ! A vous les studios.

Edit : Purée j’ai fait fort ! Si ça c’est pas un vrai hommage à mes gamins….  Heureusement qu’ils ne me lisent pas, ils se prendraient un sacré melon !   🙂

Permalien Laisser un commentaire

Next page »