24 juin 2013 at 11:24 (Uncategorized)

Un chouette dimanche, avec à nouveau ma petite tribu. Et mon petit papa, ma belle-mère adorable, histoire de fêter à nouveau l’anniversaire de mon Jimmy. Puis aller découvrir la nouvelle maison de Thomas et sa compagne. Le matin, courses au ravitaillement et surtout passage à la boulangerie histoire… de patisseries 🙂

Un dimanche presque pas pluvieux, dans le coeur ou ailleurs.

Samedi par contre fut bien occupé. Vider les armoires chez la mère, remplir des tas de sacs poubelles didiou rien ou presque n’est bon à garder, ni même à donner. Et trier, des tas de paprasses entassées depuis bien longtemps. Remplir des caisses à jeter. Garder l’essentiel, acheter fardes et classeur histoire de mettre un peu d’ordre dans ce bazar. Puis retourner à la maison de repos en soirée. Histoire de ne pas garder les images de vendredi en tête. Images d’une vraie démence, d’un déshabillage réussi, malgré une ceinture de contention dans le fauteuil. De vase cassé, réveil explosé, et de ce regard habité par la folie. Somnifère enfin, et apaisement. Dur tout ça. Heureusement samedi pas de crise, juste des divagations énormes, elle dans sa bulle et complètement à l’ouest mais cette fois calme.

Parler, enfin. Du moins avec qq’un qui comprend, qui écoute vraiment. Pour une fois que je craque 🙂 Un ami ça n’a pas de prix -comme disait le vieux Johnny-

Bref on vit, on survit, on organise, on décide, on range. Et bientôt on videra toute la maison, et on inventera, créera, décorera un nouveau nid. Pour moi. Je n’arrive pas encore à m’y projeter, ni a bien réaliser. Je surnage dans les eaux troubles, vivement que je me réveille et voie la réalité bien en face..

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur

Mother’s Love

21 juin 2013 at 17:53 (Uncategorized)

25 ans, 25 ans hier que naissait mon loulou. Mon Jimmy, mon gamin quoi 🙂  Oui qu’est-ce que vous croyez, même dans 50 ans ils sera toujours mon gamin, héhé.

25 ans, un quart de siècle. Qué coup de vieux pour moi les gens 🙂

Je ne savais pas, quand il a pointé son bout du nez, à quel point ce 2ème petit mec ensoleillerait ma vie. 2 petits gars à jamais dans mon coeur de maman-poule. 2 soleils, devenus mes essentiels.

Mais revenons à celui qui fêtait donc son anniversaire hier. Repas chez moi, avec ma tribu. Rires et éclats de rires, cadeaux, et tendresse. Une chouette ambiance, drôlement bien venue dans ma petite vie un peu chamboulée ces temps-çi. Mes essentiels je vous dis…

Mon Jimmy. Je ne savais pas, il y a 25 années, qu’il serait une si belle personne. Droit, honnête, respectueux, et juste. Avec des convictions, et des principes qui parfois m’épatent. Une belle personne. Courageux en plus (z’avez qu’à repenser aux 37° de mardi et mercredi, et puis aux pluies continues depuis hier, et l’imaginer entrain de jardiner, suer ou bien se faire doucher de la tête aux pieds). Une belle personne, mais aussi une belle tête de mule, et râleur parfois en plus de ça -bah les chiens ne font pas des chats c’est connu huhu-. Je ne savais pas qu’à 25 ans il petit-déjeunerait toujours avec des céréales dans un grand bol de lait. Qu’il aimerait lire des mangas et écouter du reggae, et regarder des films asiatiques vraiment flippants. Qu’il cuisinerait comme un chef, mais qu’il adorerait mes madeleines. Qu’il s’inquiéterait pour moi comme un petit père, et me soutiendrait toujours quand j’ai un coup de mou. Et qu’il me connaîtrait si bien qu’il sait détecter -au téléphone- à ma seule façon de lui répondre « oui » alors qu’il me demande si ça va, si je lui mens ou pas. Qu’il aimerait la solitude, tout autant que la compagnie de ses potes, la peche à la ligne, et les nuits de camping au bord de l’eau. Qu’il n’aimerait pas les guindailles ni boire à se démonter la tête et ça j’vais vous dire c’est très bien 🙂 Bref j’vais arrêter là, vous l’avez compris, moi je l’aime et ça jamais ça ne changera

Mother’s Love. Ben oui 🙂

Tacca 1

Permalien Commentaires fermés sur Mother’s Love

19 juin 2013 at 12:02 (Uncategorized)

Je ferai ce qu’il y a à faire. J’essayerai de sauver ce qu’il y a à sauver. D’aider, ou même de gueuler, si il faut. Pour aider, justement. Et si ça ne marche pas, au moins j’aurai essayé.

Il y a. La folie, de plus en plus. La dégradation, rapide. L’impossibilité de marcher, tout à coup. Les chutes, nombreuses. Du coup, la contention. Dans le lit, dans le fauteuil, partout en fait. Les couches, sales, tout le temps. Bref, c’est pas simple.

Changer de médecin, déjà. Le premier est juste un connard magnifique. « ce qu’il fallait, c’était la guérir de son alcoolisme il y a 30 ans » il m’a dit. Connard, je répète. Oh il a capté de suite qu’il m’avait blessé.  Il a bien capté croyez-moi 🙂 Vous me connaissez, quand j’ai mal je mords. Nan mais, qui il est pour culpabiliser les enfants de l’alcoolisme de leurs parents? Sans rien connaitre de sa vie, de notre vie gachée. Vlan le toubib, exit. 🙂  J’ai pris le mien, docteur gentil. Pas ravi le dirlo de la maison de repos que je vire son toubib référent, mais m’en fiche. Nammého.

Sinon, on s’organise. Vider la maison, il faudrait s’y mettre. Photographier les seuls meubles valables pour les mettre en vente. Vider, ça urge. Puis nettoyer, désinfecter, rénover. Et louer.

Et pourquoi pas me la louer à moi on me dit ?  HEIN?? ça va aller oui ??

De toute façon, il faut la louer à quelqu’un. Parce que ça coûte un bras, une maison de repos, et parce que sa pension ne suffit pas. Puis de toute façon, il faut la retaper entièrement avant de pouvoir la louer. Et puis si jamais les locataires abimaient, ou soient mauvais payeurs ? Et puis si j’y allais, « on la referait à ton goût »  me dit mon frangin. Alors. Alors. Depuis des jours, je ne dors presque pas. Je réfléchis, vous savez, les 2 colonnes, les +, et les – . Une maison, et plus un appart. Une jolie petite maison, où je me plairais à coup sûr si je la décore comme j’aime. Un loyer moins élevé que l’exhorbitant que je paye ici. Ne plus être chaque mois sur le fil.  Etre un peu plus près de la ville, juste à mi chemin, soit à peine à 15 minutes d’ici et de mes enfants.  Oui, et les moins ?  Ben quitter mon village. Mais bon, ce que j’aimais c’était ma cambrousse d’avant, sur les hauteurs. Et ça je l’ai quitté sans espoir d’y retourner (trop compliqué en scooter, je vieillis didiou 🙂  ) Ici, au centre, c’est bruyant, au bord d’une route trop fréquentée. Donc ça n’est pas -ça n’est plus- un point négatif. Là je serais dans une petite rue au calme. De la fenêtre de la chambre il y a vue sur un petit canal, et un bateau-habitation constamment à quai, pile-poil derrière la maison. J’aurais une cour arrière, mais aussi un bout de terre et je pourrais enfin planter des fleurs. Je serais à 3 minutes à pied -via un petit raccourci- du centre commercial où j’aime tant aller. Finalement y’a que des + dans ma colonne direz vous…..

Il n’y a qu’un seul « moins ». Mais un fameux. Il faudrait que j’habite chez elle. Quelqu’un m’a dit hier « elle serait contente que ça soit toi qui y habites plutôt que des étrangers »  Ce quelqu’un ne connait pas ma mère 🙂 Elle fulminerait si elle savait que c’est moi. Ou même qu’on doive la louer, que ça soit à n’importe qui. Mais elle ne sait rien, elle a d’ailleurs complètement oublié cette maison, pourtant elle y est restée 25 ans ! Elle dit qu’elle habite là où elle a vécu avec mon papa, alors qu’il y a 37 ans qu’elle a quitté cette maison là… Bon alors, cette petite maison elle sera entièrement rénovée de toute façon. Il faut absolument tout refaire, changer salle de bains et cuisine, trop dégeux pour les récuperer. Je pourrais certainement m’y sentir chez moi, et pas chez elle. Je lui payerais un loyer, donc je ne lui « devrais rien ». Son état est irréversible, c’est certain cette fois qu’elle ne quittera jamais la maison de repos. Je fais ça pour elle, pour payer ses soins chaque mois, son hébergement. Je fais aussi ça pour moi, pour la petite maison qui à l’arrivée me plaira. Alors j’ai cédé à tous les reproches que je me faisais. Et j’ai dit oui. Si tout va bien, dans 3 mois j’y serai……

Permalien Commentaires fermés sur

17 juin 2013 at 14:23 (Uncategorized)

Bon bon bon, mais oui que je vis toujours 🙂   Une semaine bien occupée, en commençant par l’installation de ma mère à la maison de repos lundi. Je devrais plutôt dire rangement de ses effets et vêtements, discussion et mise au courant avec personnel soignant. Et rien d’autre, l’interressée elle, dormait à poings fermés et on n’a même pas réussi à l’éveiller plus de 15 secondes. A mon avis ils l’avaient bien sonné avant le transfert de l’hopital. (Et au vu de l’enfer qu’elle a fait vivre à tout le monde les 3 derniers jours là-bas, ça ne m’étonne pas du tout). Bref mon frangin et moi on est repartis de là sans qu’elle n’ait pu capter notre visite. Mardi j’y suis retournée. Et mal m’en a pris je me suis fait insulter et traiter de tous les noms parce que je ne voulais pas la ramener chez elle -même si chez elle, elle ne sait plus où c’est-. Elle a tellement été agitée cette soirée là que depuis lors c’est Valium-le-retour, parait que le sevrage est loin d’être terminé. Et on nous a aussi demandé de ne pas venir la voir, au moins jusqu’au samedi, histoire qu’elle comprenne et assimile bien que désormais elle « habite » là, et ne se mette plus dans des états pareils à chaque visite qui refuse de la sortir de là. Donc mon frérot et moi y sommes retournés samedi soir. Pfffff…..elle ne nous a pas reconnu. Pas simple tout ça, elle s’invente des visiteurs inexistants (perdus de vue depuis 30 ans), ou dit que sa maman vient de venir lui rendre visite (alors qu’elle est décédée). On est repartis de là un peu paumés, mi-tristes, mi-en colère. Bah j’ai repris la lessive sale, et je vais lui ramener tout ça tout propre ce soir, on verra bien…. Ce matin le directeur de la maison de repos m’a appris qu’il avait fallu lui attacher les bras (en plus de la ceinture déjà utilisée) dans le lit, parce qu’elle avait réussi -même attachée- à enjamber les barrières du lit et à tomber la tête au sol. Quelle déchéance……… Quelle fin ! Et encore, bien malin celui qui pourrait dire combien de temps cette fin va durer…

Sinon à part ça et bien tout va, week-end de braderie dans mon village, achats raisonnables de chaussures (2 paires hein, ou rien 🙂  ), sorties entre filles et restos 3 jours de suite, ou visite chez le glacier du coin… je vais je vis et je vais bien 🙂  Samedi habituel en ville et achats des cadeaux pour l’anniv de mon Jimmy. Et aussi, feu vert lancé pour la rénovation de la maison de la mère, l’électricien est déjà trouvé. Il attend que l’on ait vidé entièrement la maison pour pouvoir commencer. A nous donc la crasse, les voyages au parc à détritus, aux magasins de brico-sanitaires-électro ménager, le big nettoyage, les peintures………… ouah j’arrête la liste là, rien qu’à l’écrire ça me décourage 🙂

Mais il faut louer la maison (en complément de sa petite pension), pour payer la maison de repos……..

Permalien Commentaires fermés sur

10 juin 2013 at 15:01 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens 🙂   Je vais, je  bouge, je gère, et dans l’ensemble ça va bien.

Un chouette samedi de shopping pour la fête de mon petit papa adoré, ça c’était cool. Ensuite, visite à l’hopital histoire de faire l’échange linge sale/linge propre, ça ce fut moins gai. Jusqu’ici je me plaisais à répéter que le seule point positif était qu’elle est tout à coup devenue gentille. Ben j’aurais mieux fait de me taire, pfff. Depuis vendredi, plus de valium, sevrage terminé. Et donc depuis vendredi, elle est infernale. Empêchant ses voisines de chambre de dormir dès 2 heures, jusqu’au petit matin. Disparaissant carrément jeudi, tout le personnel infirmier et de la sécurité l’ayant cherché pendant 3/4 h. Pour la retrouver 2 étages plus haut, complètement hagarde. Depuis ils doivent l’attacher constamment, au lit ou dans sa chaise. Quelle déchéance….

Ce matin, du nouveau : la place vient de se libérer à la maison de repos. On m’a téléphoné dès 8 heures pour me dire que le transfert se ferait en ambulance vers 13h15, elle doit donc être arrivée à cette heure. Il était temps je crois, car le personnel hospitalier -et ses 2 infortunées voisines- nous faisaient bien comprendre qu’ils en avaient marre. Et surtout que son état ne nécessitait plus qu’elle reste à l’hopital. Voià qui est donc fait, elle est partie vers ce qui sera sûrement sa dernière demeure. On a eu beau lui expliquer pour la préparer lentement, peine perdue elle ne pige que pouic, ou alors comprend pendant 5 minutes puis redemande inlassablement quand elle va retourner….. chez ses parents qui l’attendent « et qui doivent se demander pourquoi elle est en retard ».  (parents décédés, l’un en 1971, et ma grand mère en 2009).

Et donc elle est complètement à l’ouest, répétant sans cesse qu’elle vient de rentrer, du Luxembourg ou de Libramont, voire de Thaïlande (!) où elle était partie, soit en train, soit avec son compagnon (celui qui l’a quitté il y a 10 ans). Bah au moins elle voyage dans sa tête. Elle a complètement zappé sa maison, ses petits-enfants et connaissances. Jusqu’à son chien. Mon frère et moi, elle nous reconnait une fois sur 2, et depuis vendredi c’est pour nous insulter ou nous chasser. Reste à espérer qu’elle va accepter sa nouvelle chambre. Et surtout ne pas rendre la vie impossible à tout le monde là-bas…

J’irai ce soir, il ne fallait pas être là quand on l’installe. Paraît qu’elle allait nous associer à son transfert, et nous en rendre responsable. Merci bien je m’en prends assez dans la tronche ces  jours-çi, pas utile d’en rajouter 🙂

Allez changeons de sujet, j’ose croire naïvement que tout va être plus simple quand elle va être prise en charge par un personnel adapté et dispo 24/24 et j’espère ne plus venir ici vous gonfler avec mes soucis, puisqu’ils auront disparu. Huhu.

Donc hier c’était la fête des pères. De mon petit papa que j’aime. La journée a débuté avec mon Jimmy, passé me faire un petit bonjour fin de matinée. Finalement on a dîné ensemble, et il a emmené la quarantaine de madeleines que je venais de préparer, on a donc recommencé à en préparer 🙂 Ensuite il se rendait vers 14h chez son frère pour la fête de leur papa. Et puis le mien est venu, avec mon adorable belle-mère, chez moi  passer le reste de la journée, ce fut juste du bonheur ! Comme d’habitude, des rires, des fous rires même, et de la tendresse. Plein. Tellement que j’en suis gonflée à bloc, voui rien ne pourra plus me blesser. Pusque je vais vivre, vivre seulement pour les personnes que j’aime. Et qui eux, m’aiment et me le montrent.

Mes enfants. Mon papa, ma belle-mère qui m’aime comme une vraie mère. Mon frérot adoré, plus que jamais soudés. Ma tribu, ma force.

La vie est belle, oui je vous le dis 🙂

Un nouveau projet, mais je vais encore attendre pour en parler hein vous me connaissez faut que tout soit certain, -en vrai que je me décide enfin- , et si je me lance il faudra encore que tout soit concrétisé…

J’aime la vie. Et croyez moi le seul chemin est de tout faire pour qu’elle soit belle.

Tiens en parlant de beau (enfin moi je trouve 🙂 ), je vous montre ma salle de bains, héhé !  Nouvelles couleurs et déco, en réponse à ma voisine du dessus sans aucune personalité qui avait  tout copié de l’ancienne (jusqu’aux stickers muraux, carpettes et accessoires) ,

Exit donc la couleur fushia comme vous voyez : (cliquez pour agrandir)

DSCN0204

avec flash trop « blanc », sans flash trop sombre, didiou  😦

DSCN0197

(et oui j’ai habillé l’armoire du même tissu que les tentures 🙂  )

DSCN0199

J’adore cette couleur…… jusqu’au bout des doigts 😉

DSCN0296

Permalien Commentaires fermés sur