Oui, alors bon,

30 décembre 2009 at 15:01 (Uncategorized)

Bon, d’accord, il m’aura fallu 10 jours pour me décider à aller voir le toubib suite à l’incident du bus. Côte félée, que je me disais, y’a qu’à attendre ça passera. Ben oui ça m’était déjà arrivé, et ce genre de douleurs c’est comme un accouchement hein ma bonne dame, on oublie vite mais quand on la retrouve on la reconnait à coup sûr.
Mais, mais, mais. Mais 2 jours à Paris -et 2 fois 4h de car, en sus-,  ça veut dire 2 jours à marcher sans cesse. Et à marcher comme un cintre tordu, ben oui pour avoir moins mal, d’abord à cette **** de côte, mais surtout au niveau du rein, sale douleur que je m’efforcais d’occulter depuis le début. Vous me connaissez hein, l’autruche et blablabla….
Soit, ça fait 2 nuits que je ne dors plus, et que je hais mon matelas. Depuis le retour de Paris, vous suivez j’espère 🙂  Donc ce matin hop, direction mon toubib sympa. J’ai bien une côte félée, et en plus je me paye une fracture de la dernière côte ! Ouf rien au rein c’est déjà ça, une fracture ça se réparera bien tout seul. Les douleurs depuis le retour de Paris, ben c’est à force d’avoir marché comme un crabe, y’a un nerf qui s’est gentiment coincé et bien enflammé. Le salaud. Résultat : anti-inflammatoires, anti-douleurs en dose de cheval, et tétrazepam pour me « détendre, t’es trop nouée là, faut calmer tout ça » qu’il m’a dit le toubib.
Alors plaignez-moi les gens, plaignez-moi, j’aimerais tant qu’au moins quelqu’un me plaigne et prenne soin de moi  🙂

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Yep!

29 décembre 2009 at 15:00 (Uncategorized)

Je maudis le ciel gris, les cuberdons oranges ou verts, l’esprit de Noël bidon, les vitrines animées de Paris quand elles sont aussi peu nombreuses, les galeries Lafayettes qui n’ouvrent pas le dimanche malgré ce qu’on nous avait dit, et le guide débile accompagnateur de car tiens tant qu’on y est. Et puis les voyages à Paris en amoureux, qui n’en sont pas. Heureusement j’écoute Muse en repassant le linge.
Vivement lundi et le retour des petits potes, puis leur sieste et la future nouvelle saison du dr House qui m’attend en streaming tiens, ça m’embellira un peu la vie.

Permalien Laisser un commentaire

Hello, it’s Xmas

25 décembre 2009 at 14:58 (Uncategorized)

Alors, alors, depuis le temps que je ne suis venue ici !
Tout d’abord les gens, je vous souhaite à tous un merveilleux Noël ! Bougies guirlandes sapin décoré, tout ça tout ça, mais surtout plein d’amour y’a que ça qui compte !

Sinon, depuis tout ce temps je disais.. ben en gros il y a eu, des journées shopping, un samedi épique à Liège par moins 10 degrés, seule et chargée de cadeaux comme un vrai baudet, une chute dans le bus du retour qui m’a valu un dos en compote et une côte félée. Mais aussi du bonheur, du chocolat, plein de cadeaux de la part des parents de mes petits potes avant mes congés et didiou ça m’a fait drôlement plaisir. Des cadeaux de la part de mes enfants, et là j’ai l’impression que je n’ai jamais été aussi gâtée, l’anniversaire de lhomamoi, le dernier shopping pour trouver l’ultime cadeau qui lui ferait plaisir. Et les cadeaux qu’il a reçu de mes enfants, pour Noël, pour son anniv. Le souper offert par Jimmy samedi, et le gros « bonus pour un resto chic » à Paris  qu’il nous a encore offert en rab, purée je vous disais, on est bien gâtés !
Parce que demain, ah demain on s’offre un week-end à Paris, à nous les vitrines de Noël et si il pleut autant qu’aujourd’hui, ben tant pis ! 🙂
Car oui, il pleut à verse depuis cette nuit, toute la neige a disparu et c’est tant mieux car je déteste ça.
Comme les réveillons, mais ça je vous ai déjà dit 🙂Encore une fois, je vous souhaite le plus merveilleux des Noël, des bises les gens !

Permalien Laisser un commentaire

Vivement

15 décembre 2009 at 14:57 (Uncategorized)

…Vivement dimanche, comme dirait m’sieur Drucker. D’ailleurs dimanche, pour une fois j’ai regardé son émission, parce que. Parce que Monsieur Lino Ventura.

Mais bon, déjà vivement vendredi soir, parce que. Parce que 2 semaines de congé ! 2 semaines sans pleurnichards et nez qui coulent, 2 semaines pour pouvoir -enfin- me reposer… Tu parles s’il était temps, ça fait près d’un an que je n’ai pris de vrai congé.

Vivement aussi que cette énorme fatigue, et toutes ces méga-indigestions-mini-gastros soient enfin terminées. Parce que mon traitement commence ce soir et que tudieu j’espère bien qu’il va fonctionner ! Oui je sais, plus d’un mois pour franchir la porte du toubib j’ai fait fort, bah je faisais juste un peu l’autruche mais la tête dans le sable et un abonnement aux nausées c’est pas très confortable… Mon toubib sympa pense que c’est la petite que je garde qui m’avait refilé sa * »$** de bactérie. Une saleté qui s’enkyste, et qui met toute la tuyauterie patraque au moindre écart épicé ou de nourriture trop grasse. Wai et moi, vous me connaissez question gourmandise 😉

Alors, alors les gens, moi je vous dis vivement le lendemain de Noël ! D’abord parce que je déteste les réveillons, vous savez ça. Mais surtout parce que 2 jours à Paris, et les vitrines du boulevard Haussmann.

Après Paris, vivement une semaine à la maison enfin seuls ! Sans petits potes dans les pieds. Sans boulot. Sans personne. 

Didiou c’est bien de rêvasser mais là-haut les petits potes commencent à se manifester, la sieste est terminée les gens bonne journée !
Vivement ce soir que je me couche..
🙂

Permalien Laisser un commentaire

J’aime, j’aime pas

9 décembre 2009 at 14:56 (Uncategorized)

J’aime,

-Les éclats de rire de S., petit pote-chouchou. Et surtout, surtout la bonne nouvelle de sa non-mucovisidose. Oualou.

-Les pommes, une vraie cure en ce moment. Bah c’t’une idée comme une autre, surtout après cette passe des petits-Suisses que là je ne peux plus voir, même en peinture.

-L’idée de l’esprit de Noël, et surtout sa déco.

-Dormir, ça j’aime de plus en plus. Refuge, dans mes rêves. De plus en plus déjantés, olé.

-Les cadeaux. Me réjouir d’offrir, juste pour voir ceux que j’aime sourire.

-Les piles de dvd que mon Jimmy me prépare, pour les regarder. Promis promis je vais m’y appliquer 🙂
-En parler après, voir comme il est content de m’avoir fait découvrir « ce film déjanté » je le savais, que tu allais adorer!

-Paris et ses vitrines de Noël, oui je crois que j’aimerai..

J’aime pas,

-Le retour annoncé avec force publicité de la série débilo, les femmes au foyer désespérées. Même si comme je vous l’ai dit, j’engloutis des pommes Pink Lady 🙂

-L’actualité déprimante, la politique, les parents tortionnaires, les attentats ou les incendies meurtriers… ‘veux rien savoir, tout zapper tout ignorer telle est ma facilité. Dépression, moi? Meuh non voyons 🙂

-Tiens en parlant de politique, j’aime pas non plus Daerden l’alcoolo ni son cirque médiatique, après ça on se demande pourquoi on se moque de la Belgique 😉 Nous voilà bien tiens, après le roi et sa clique.

-Les accros à facebook, ses jeux idiots et ses infos inutiles.

-Les histoires de famille, les potins, ceux qui se plaignent, ceux qui me plaignent, ou même ceux qui me détestent et qu’évidement je conchie. Je vous ai dit, tout zapper, héhé.

-L’idée de l’esprit de Noël et surtout sa déco, quand c’est partout sauf évidemment ici.

-Cette p’tain d’idée qui essaye de germer. Non, avoir enfin une mère ne pourrait en rien m’aider.
-Ce p’tain de sentiment, juste de la pitié, Elle n’arrivera pas à m’amadouer je dois me protéger. 

-Le froid qui arrive, voui voui madame météo l’a dit..

-Être éveillée en pleine nuit.

-L’enthousiasme, qui s’est enfui. 

-Faire le ménage, la cuisine, y’a pas écrit bécasse ici….Bah paraît qu’c’est juste une passe m’sieur horoscope me l’a dit. Youppie.

Je pourrais encore et encore continuer mais là le temps vient à manquer ! Les petits potes au lit, je m’en vais décorer l’extérieur  du nid d’un magnifique sapin tout illuminé , olé !

Permalien Laisser un commentaire

Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel

7 décembre 2009 at 14:55 (Uncategorized)

Chouette week-end d’un décembre qui commence. La saint Nicolas des petits potes. Ou plutôt la méga-longue file d’attente aux caisses du magasin de jouets samedi après-midi tudieu j’suis trop vieille pour ces conneries 🙂
Et dimanche, ah dimanche, le marché de Noël à Liège. Super sympa comme d’habitude, didiou déjà un an, ça m’avait manqué tiens. Seule, avec mon Jimmy et ça c’était drôlement bien. Petit tour à la Fnac aussi, et débuts des achats des cadeaux à mettre sous le sapin. Enfin ! 🙂
L’esprit de Noël, vous savez celui qui vous enveloppe d’ouate et de bougies parfumées, celui qui réconcilie momentanément avec la vie. Le marché et son ambiance si spéciale et bon enfant, tellement différente du soir où les gens n’y vont que pour boire. Et les gaufres fourrées au chocolat Galler, je ne vous dis que ça ah làlà,
Et un mc Do ensuite tiens pour une fois, pourquoi pas. Petit coucou ensuite à l’hôtel juste à côté, où mon Thomas travaillait. Rigolo il était passé lui aussi à la fnac avant de prendre son service, on s’est sûrement croisés. Il me montre le cadeau qu’il a trouvé pour lhomamoi didiou pourquoi il vise juste avec autant de facilité alors que moi je suis toujours entrain de ramer pour trouver quoi acheter 🙂
Ah Noël, les cadeaux, et son esprit si particulier 🙂
Et le sapin, ah oui tiens le sapin, tiens on s’y mettra demain !

Permalien Laisser un commentaire

Dimanche

1 décembre 2009 at 14:54 (Uncategorized)

Et avant hier, mon petit papa est enfin venu pour découvrir la maison. 4 mois déjà, pourtant.
Cette visite je l’attendais, et puis bien sûr, je me demandais… Mais évidement, tout s’est super bien passé. Le repas de midi qui s’est terminé à 15 heures, ma belle-mère, adorable de gentillesse et de drôlerie, mon petit papa tout en douceur, les souvenirs un peu évoqués -mes douces madeleines et la crème de lait-, les fleurs que j’ai reçu, la maison qui leur a bien plu. Lhomamoi, le soleil après l’orage. Et moi, perdue au milieu de tout ça.
Mais mes gamins et leurs schtroumpfettes, venus aussi pour l’occasion.
Ensuite le tir groupé -tant qu’à faire-, et donc la visite et le goûter chez mon grand pour qu’ils visitent aussi son appartement. Mon Tom me montre tout content ça et là un nouveau bibelot acheté, et les décorations à poser sur le grand sapin de Noël qu’ils avaient déjà installé.
Les fleurs aussi, pour la schtroumpfette de mon Thomas, et la phrase de ma belle-mère en nous les offrant « un bouquet pour chaque maîtresse de maison ». Tudieu cette réalité..
Comme dirait m’sieur Renaud, un dimanche à la con, mais c’était tellement bon.
Un semblant de ma famille, pour une fois reconstituée.
Dire qu’il y a des chançards qui vivent ça tous les week-ends. Et qui je suis sûre, s’en plaignent..

Permalien Laisser un commentaire

A la recherche du temps perdu

1 décembre 2009 at 14:53 (Uncategorized)

Il y a tous mes souvenirs d’enfance, de celle où j’ai vécu chez ma grand-mère jusqu’à mes 6 ans. Ca j’en ai déjà parlé.
Puis il y a les « autres », ceux de la 2ème partie de ma vie d’enfant. Toujours les week-end chez ma grand-mère évidemment, mais les vacances scolaires, ben oui il fallait nous « caser ». Heureusement, la mère avait une soeur..

Il y avait la maison, en pierre et colombages, si belle avec ses portes basses, la pierre bleue au sol et le vieux bac en pierre dans le hall d’entrée. Il y avait mon oncle, didiou cet homme qu’est-ce que j’ai pu l’adorer… Et mon cousin (aaah mon cousin) et sa soeur, puis mon frère et moi, et donc toutes les vacances scolaires jusqu’à mes 15 ans. Inoubliables. Nos bétises d’enfants, nos expéditions dans le village, les ‘maisons’ que l’on se construisait dans la grange du vieux Nono en dérangeant tous les ballots de foin, les punitions qui suivaient et dont on n’avait cure, et le retour immédiat en commando, pour remettre le même souk aussitôt les ballots remis en place par le pauvre vieil homme. La petite voisine tout en rondeurs, 10 ans à peine et déjà au mise au régime par sa mère, les Weight Watchers voui ça existait déjà, la pauvre on lui faisait manger du thon à l’huile en lui faisant croire que ça la ferait maigrir, sales gosses qu’on était. Les cabanes dans le terrain d’en face, et tout ce que l’on chapardait dans la maison pour les meubler. Cette mémorable cueillette aux champignons, on n’en avait trouvé aucun, on s’était perdu et mon oncle nous avait cherché pendant des heures. Et bien sûr les heures de colles qui avaient suivi, à copier des pages de bottin de téléphone, punition habituelle…  Le petit cimetière, où un lendemain d’enterrement on avait redistribué toutes les fleurs à ceux qui n’en avaient pas, et même défait quelques gerbes pour en refaire de « vrais » bouquets. Encore une punition mémorable, je vois encore le curé venir frapper à la porte, puis mon oncle nous attraper par l’oreille pour nous trainer jusque devant lui. Et ma grand-mère qui le suivait, suppliante « mais Guy, enfin arrêtez, vous allez leur arracher »  🙂
Puis cet été où l’on s’était déclarés archéologues, et où nos expéditions envahissaient la maison de cailloux informes que l’on déclarait fossiles, de morceaux de vaisselle cassée que l’on retrouvait partout -même en bordure du dépotoir public- et que l’on exposait tels de vrais trésors. Mary, une fille au pair venue passer un mois d’été en Belgique et qui évidement ne parlait que l’anglais, didiou la pauvre elle doit à l’heure actuelle encore faire des cauchemars de son séjour avec nous. De la grenouille trouvée dans son lit, aussi. Les vacances d’hiver, puis le retour impossible chez mes parents à cause des congères qui isolaient systématiquement le minuscule village, purée je n’aime pas la neige, mais qu’est-ce que j’ai pu prier sainte Congère si vous saviez ! 🙂
Ma marraine qui était donc aussi ma tante, femme « d’affaire » toujours absente et occupée, ses sorties le soir et à l’époque je l’admirais, pensez y’a 40 ans elle avait un lave-vaisselle et une cuisine américaine(même si jamais elle ne cuisinait), une femme d’ouvrage et une gouvernante pour nous garder, puis évidemment un vieux jardinier, et des baby-sitter les samedi soir, à ne plus savoir les compter, on leur en faisait tellement voir que jamais plus d’un week-end elles ne restaient.
Je ne vous ai pas parlé de la piscine, une « vraie », enterrée et énorme. Vidée chaque hiver, et puis la chasse aux grenouilles et tritons que l’on allait rejeter en bas dans le ruisseau systématiquement au début du printemps. Puis le chat sans âge, qui s’appelait Milou.
Souvenirs merveilleux d’enfance, de cette vie empruntée à mes cousins j’en avais bien conscience mais je n’en avais cure. Au fond eux non plus n’avaient pas de « vraie » mère. 
Enfance brusquement terminée, quand durant ce sale été de 1976 mes parents, puis ma marraine et mon oncle ont divorcé. Fini les vacances et l’insouciance…

Depuis le décès de ma grand-mère, tous les souvenirs, sans exception, remontent et remontent sans cesse à la surface. Je ne sais pas pourquoi ils étaient enfouis aussi loin, ni pourquoi maintenant ils m’accompagnent au quotidien. 
On me dit qu’il parait que ça fait partie du deuil.
Mes madeleines de Proust.

Peut-être que ça sera vrai, quand le deuil de mon enfance sera enfin fait..

Permalien Laisser un commentaire