31 mars 2015 at 13:20 (Uncategorized)

« Combien d’ouvriers de l’ALE pour remplacer une ampoule? Réponse : 5. Un pour tenir l’ampoule, et 4 pour faire tourner la table sur laquelle il s’est posé »

ça c’était une ancienne blague racontée fréquemment 🙂 Ben je peux vous dire que l’électricien et le pote qu’il a pris avec lui pour lui donner un coup de main samedi pour effectuer les travaux chez moi ne dérogent pas à la règle !  1 heure 30 pour que l’un fixe le câble extérieur jusqu’à la cloche (soit juste une dizaine de trous à forer et fixer les clips ! heureusement mon frangin était déjà venu percer le mur pour faire passer le câble à l’intérieur de la maison) pendant que l’autre le regardait ..Au lieu de déjà commencer à fixer au mur la base du nouveau compteur que la compagnie d’électricité doit venir placer bientôt, gn. Puis ils sont partis diner….pendant 2 heures, génial comme si je n’avais que ça à faire de mon samedi, les attendre… De retour, faut croire que la digestion les ralentissait encore un peu plus….. à nouveau 1 heure 30 pour fixer la base au mur (6 vis ! ), diriger le câble vers la boite à fusibles et y insérer le câble. Tout ça sans faire aucun raccordement hein puisque ce sera le fournisseur d’électricité qui effectuera tout ça au moment de la pose du nouveau compteur.. sur la base qui fut si longue à visser (dans du gyproc, autant dire dans du beurre !)
1 heure 30, 2 hommes donc. Un qui travaille, et l’autre qui le soutient moralement… Heureusement que j’avais moi-même fait toute la saignée dans le mur pour y insérer le câble dis donc, sinon il leur aurait fallu la journée ! En fait, j’ai bien vu que ça râlait sec que j’aie bien avancé le boulot, et du coup je les soupçonne d’avoir bien trainé histoire d’avoir suffisamment d’heures à facturer…. Grr.

Bref, à 15 heures 30 j’en ai eu marre je les ai mis à la porte. Un des deux reviendra cette après midi, car paraît-il il manque un câble de pontage à attacher. Je lui donne 10 minutes, et pas une de plus.

(et je croise les doigts pour que la facture ne soit pas trop salée, sinon il se rappellera de moi ça je vous le dis 🙂  )

Bref, je disais 🙂 Je n’y connais rien en électricité ni les règles à respecter en matière de fixation de compteur (hauteurs règlementaires etc) donc je n’avais pas le choix (puis je n’avais pas d’échelle assez haute, sinon ce *&#** de câble extérieur je l’aurais bien fixé moi même) ! Et j’en ai marre de dépendre de personnes qui se moquent de moi sous prétexte que je suis une femme seule. Non mais.
A tel point que samedi dès leur départ donc, je suis allée acheter seule toutes les plaques de décoration (en frigolite, heureusement pas trop lourdes, car j’y allais en bus !) qui serviront à refaire le plafond de la salle de bains. J’ai les plaques, j’ai la colle….y’a plus qu’à. Oué, quand le gyproc manquant sera posé. Logique hein d’abord les murs, puis seulement le plafond.

Donc j’ai passé mon dimanche à faire les découpes (autour du wc par exemple, qué passe temps..), visser et installer toutes les plaques du gyproc qu’on m’avait livré la semaine dernière. Ouf, il ne reste qu’à enduire, poncer et fignoler la déco murale (papier peint sur 1 mur) coller les dalles de plafond, faire les joints des carrelages et enfin , cette salle de bains sera terminée !

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur

20 mars 2015 at 10:54 (Uncategorized)

Hier, tous les parents de mes petits potes ont été super sympas, et sont venus rechercher leurs enfants encore un peu plus tôt que le 1/4h que je leur avait demandé de pouvoir raboter sur mon heure habituelle de fermeture. Après une course effrénée, très longue..et bien essoufflante -ce mot existe vraiment?-, croyez-le j’ai faillir faire une crise cardiaque sur le quai 🙂 Oué j’me remettrai au sport, promis. La semaine des 4 jeudis. Bref, j’ai eu le train précédant celui que je pensais prendre et ça c’était juste génial, j’ai pu passer 1h de plus avec mes cousines /cousins.

Purée, cette tristesse qui m’enveloppe comme une chape de béton armé depuis jeudi…. Cette tante, pour moi la maman idéale et rêvée…Cette famille, si soudée et unie. Cette maison, qui faisait partie de ces ‘vieilles pierres’, celles qui me rappellent quelques uns des rares bons souvenirs d’enfance. De cette enfance parmi la famille de mon papa, perdue de vue ensuite durant si longtemps après le divorce de mes parents.

Allez, c’est la journée du bonheur il paraît.

Arrêter de m’apitoyer sur le passé, de m’accrocher au peu des jolies branches qui restaient, et de m’écrouler quand elles se brisent. Et voir le futur, la famille retrouvée, la relation que l’on crée maintenant, et qui semble si belle et sincère.

D’ailleurs hier soir au retour, dans le train j’ai trouvé posé sur le bord de la fenêtre un petit galet, avec un mot accroché par un élastique. Il fait partie d’une chaîne qui se crée, « les petits galets porte-bonheur ». On en trouve un, on en décore un autre (ou plusieurs), et on l’abandonne lui aussi dans un endroit public, avec un message d’explication. Quelle jolie idée !

Ce petit bout de pierre m’a empli de joie. C’est con vous trouvez? Pas moi. Des tas d’autres gens dans le train auraient pu le trouver mais il était là, juste où j’avais choisi de m’asseoir. Il était pour moi 🙂 Et de plus j’y ai vu un signe, un petit clin d’œil de ma tante, là haut sur son nuage 🙂

Dès que les petits potes seront partis j’irai moi aussi chercher 2 ou 3 petits galets, j’écrirai dessus « clin d’œil », je dessinerai un petit coeur et dès demain en allant dire adieu à ma tante j’en déposerai, à la gare ou dans le train.

J’espère que cette chaîne, ces petits cailloux semés sur le chemin d’inconnus feront germer des petits bonheurs, un peu partout.

 

Permalien Commentaires fermés sur

19 mars 2015 at 10:14 (Uncategorized)

Ma petite grand mère adorée, elle, parlait de « pressentiments ». Vous savez, quand on a une impression, l’idée que quelque chose va se passer mais on ne sait pas vraiment quoi. Elle avait ça, elle, avant chaque évènement imprévu. Et forcément négatif, les belles choses on les connait en avance.

Il y a 2 ans, bien avant que ma mère entre à l’hôpital et perde la raison, comme chaque année j’avais mon pass pour les francos, j’avais réservé la chambre d’hôte. Mais je ‘sentais’ que qq chose allait se passer. Plutôt, ces francos, je ne les sentais pas bien. Et vlan, elle décède juste avant..

Là, samedi je m’étais réservé une journée à Paris, en Thalys. Pour moi seule, comme j’aime tant à le faire. D’habitude je me réjouis de partir comme une gamine. Là, pas moyen, je sentais que quelque chose allait se passer, mais quoi? J’en arrivais à un peu flipper d’y aller, comme une peur sourde. Pourtant j’avais tout prévu, dès demain j’aurais amené mon chien à garder chez Jérémy, j’avais demandé au papa sympa d’une petite que je garde et qui est chauffeur de taxi de m’amener à la gare samedi dès 5h30 du matin.

Mais quelque chose me tirait en arrière. Et je le sentais si lourd, ce cailloux dans ma poche. A ne plus avoir envie de partir. Reporter ça à l’été, oui ça serait mieux. De toute façon on s’est prévu un week-end parisien cet été, avec mes cousines, entre autre. Mais bon, le billet n’est pas remboursable et tout est prévu, puis même mon Jimmy se réjouit d’avoir mon petit chien jusqu’à dimanche 🙂

Puis hier, ma cousine -justement elle- m’appelle, en larmes. Sa maman, ma tante si douce et gentille venait de décéder. Funérailles samedi.

C’était donc ça..

Alors oui, j’ai mis à tout hasard un mot sur fb, mais je sais avec certitude que personne ne sera intéressé par mon billet de train. Y’a que moi pour aimer un tel trip d’une journée, et en solitaire. Pourtant j’étais même prête à le donner, autant faire plaisir à quelqu’un !

Et donc ce soir, un autre trajet en train, j’irai rendre visite, même si -horaires pourris sncb- je ne saurai rester qu’une grosse demi-heure sur place.

Samedi j’irai lui dire adieu.

Et je n’ose même pas trop réfléchir au fait que, cette année encore, les francos je ne les sens pas… J’ai mon pass, mais depuis 3 mois, quelque chose d’inconnu me retient réserver ma chambre..

Permalien Commentaires fermés sur

11 mars 2015 at 13:22 (Uncategorized)

Bon alors les gens, à force de traîner pour venir ici, le printemps sera du coup tout bientôt là !

Pourtant, j’en ai eu des trucs « bloguables » à venir poster… J’ai juste la flemme. Voilà voilà.

En vrac et pas rangé comme d’hab, il y a eu plein de petits bonheurs. Et puis un samedi en ville avec l’amie-fil rouge. Et puis l’anniv de mon grand schtroumpf, et puis des balades ensoleillées, et puis la reprise de mes visites chez le meilleur glacier du monde (j’vous l’avais dit que le printemps revient !)

Et puis lundi mon Jimmy a débuté sa ‘nouvelle vie’. Nouveau boulot et rien à voir avec l’ancien. Nouveau patron, collègues (dont son papa). Contente, et tellement soulagée de sa déprime qui peut enfin s’éloigner. Pourvu que tout se passe bien avec le paternel, c’est tout ce qu’il faut espérer.

Lundi aussi, je me suis lâchée sur le courtier d’assurance, qui ne répond à aucun de mes mails depuis 2 semaines, et qui, -enfin j’aimerais- devrait contacter l’expert nullos pour le secouer un peu car toujours pas de rapport d’envoyé ! Alors que je n’attends que ça (puisqu’il m’a annoncé qu’il ferait un rapport négatif pour toiture vétuste) pour demander une contre-expertise. J’ai les boules, me connait mal ce gus qui m’a pris pour une conne 🙂 Je n’ai pas dit mon dernier mot, le courtier m’a promis de me recontacter aujourd’hui au plus tard, je lui laisse jusqu’à 16h et puis je lui rentre dedans. Nanmého.

Et puis, dimanche. Dimanche j’étais dans le bus, de retour d’une énorme balade avec mon chien. Au bord de l’eau, oué là-bas dans mon ancien village, ‘savez, celui qui me manque tant. Balade, et visite chez le glacier of course, en terrasse, juste du bonheur 🙂

Le bus, donc. Avec dedans, la bande de jeunes de l’an dernier. C’est comme les mouches, dès le beau temps ça revient. Ce même groupe, qui prend le bus à Liège, ils vont boire et fumer au bord de l’Ourthe puis reprennent ce bus et importunent les voyageurs, et ce chaque week-end de beau temps. L’an dernier ça avait déjà été l’enfer, quelques trajets en fin de soirées avec 2 policiers pour accompagner (là évidemment ils se tiennent calmes, donc impossible d’intervenir) n’avaient rien changé. Et donc ce dimanche, hop les revoilà. Le bus arrive en retard. La dame près de qui je m’assieds me dit que le chauffeur s’est déjà arrêté 3 fois pour leur demander de laisser les gens tranquilles. Rien à faire, ils recommencent. Appel de contrôleurs en renfort, qui se pointent, vérifient qu’ils ont payé le trajet, leur font un peu la morale puis s’en vont. Le chauffeur refuse de démarrer, il avait été menacé quelques minutes avant de se faire « massacrer à l’arrivée, ici on est trop loin de Liège pour rentrer à pied » (!)  1 contrôleur revient, et accepter de rester. Ouf. Les jeunes n’en ont rien à faire, le menacent lui aussi. Appel d’autres en renfort, il en arrive 2 quelques km plus tard. Leur demandent de quitter le bus calmement, sinon ils appelleront la police. Réponse : crachat au visage. Les portes sont ouvertes, le chauffeur leur redemande de sortir. Et là, il se fait jeter (lancer!) hors du bus, et rouer de coups de pieds par la meute ! Les contrôleurs qui  tentent d’aider leur collègue se font frapper eux aussi. J’appelle la police, et comme je suis la première dans le bus à le faire, ils ne me croient pas, demandent de raconter d’abord ce qu’il se passe. Mais il faut une ambulance, z’êtes cons, ou bien ?? C’est surréaliste. D’autres personnes autour de moi appellent eux aussi. On me passe le 100, re-explication. « Vous pensez qu’une ambulance est nécessaire ? »  M’enfin ! prenez vous, jeté au sol, des coups de pieds par 10 sauvages vous verrez si il en faut une !!! Bref, on me demande de ne pas quitter, on me repasse le bureau de police -Ne quittez pas….ne quittez pas…Re-témoignage, coordonnées, blablabla. Heureusement, 6 combis arrivent, l’ambulance un peu après. Les jeunes se sont éparpillés, tu m’étonnes. Et pas un passager du bus, aucun des  poivrots du café voisin sortis regarder le spectacle, n’est intervenu durant l’agression. Ni même pour les courser, tenter d’en choper un ensuite ! Lamentable.

Résultat de tout ça : le chauffeur a une très forte commotion cérébrale et mutliples contusions, un des contrôleurs une fracture de la trachée et multiples contusions, et l’autre une fracture du genou.

J’ai attendu longtemps le bus suivant. Et c’est seulement une fois rentrée, que j’ai réalisé.

A quel point le monde est mal embarqué.

Permalien Commentaires fermés sur