27 août 2014 at 11:33 (Uncategorized)

Après l’inondation en mousse de l’autre jour, hier une nouvelle tuile, grrrr.

Je suppose que vous avez remarqué qu’hier c’était le déluge. Purée qu’est-ce qu’il est tombé comme flotte ! Bah, (toujours) pas de travail de jardinier pour mon gamin, alors moi, la pluie, bah je m’en fiche.

Enfin, d’habitude.

Hier soir, il pleuvait tellement que j’en étais encore réduite à surveiller la cour, et l’évacuation des eaux afin que ça n’inonde pas. Pas dehors hein, pas folle la guêpe, j’avais juste le nez collé à la porte fenêtre. Qui se trouve près de l’évier. Ploc. Et re-ploc. Du coté du-dit évier. Comment ça, Ploc ?? J’ouvre la porte de l’armoire, je vois des éclaboussures (l’armoire sous-évier n’a pas de fond). Gné? je démonte la plinthe de garniture de la cuisine, et oups, y’a de l’eau sur mon bô plancher en stratifié-qui-n’aime-pas-l’eau. L’eau dégouline carrément le long du mur… Hop je grimpe sur une chaise, et horreur, le faux plafond en gyproc-qui-n’aime-pas-l’eau-lui-non-plus est mouillé, et ça coule donc derrière l’armoire, papier peint-qui-lui-non-plus-vous-devinez-la-suite, tout mouillé. (et évidemment, y’a plein de laine de verre, dans ce faux plafond….)

Aaarghhhh !

Je file à l’étage, je passe par la fenêtre histoire de voir ce qui se passe sur le toit de la cuisine ! Ca ne vient pas de la coupole, mais juste du coté le long du mur mitoyen (celui de la maison de droite hein, ça aurait été trop facile que ça soit du côté de celle de gauche..où là je vous rappelle j’ai carrément l’épaisseur du mur qui transperce car la plateforme de cette maison là est poreuse et les pluies s’y infiltrent. Me v’la bien tiens, des fuites des 2 côtés de la cuisine !

Comme je pense que c’est dû au raccord que le chauffagiste avait créé dans le revêtement pour installer une sortie d’air de la nouvelle chaudière, je tél de suite au bonhomme, qui me dit qu’il arrive dans 30 minutes. Gentil l’homme, donc 🙂

Anecdote  (et constatation) : les semelles de crêpe des vieilles Kickers n’aiment pas, mais pas du tout le roofing trempé ! Les gens, z’auriez vu la pirouette que j’ai fait pour ne pas basculer par dessus la corniche ! Même le bonhomme sur la péniche derrière chez moi n’en est pas encore revenu héhé ! Il m’a crié qu’il avait eu peur, mais « c’était trop drôle à voir » pfft, oué je danse si je veux sur mon toit, nanmého 🙂  Puis qu’est ce qu’il foutait sur le pont du bateau par un temps pareil lui d’abord 🙂

Bref, il faudra réparer, mais c’était apparement des ‘pluies exceptionnelles’. Oué, on va dire ça 🙂

En attendant, je sature de plus en plus. La mère qui me met le mauvais oeil, ça fait longtemps que je le dis, mais là je ne vois que ça tiens.

Et constamment, constamment, pour des problèmes de flotte !  Depuis moins d’1 an que j’habite ici j’ai déjà eu :

-Une fuite au compteur d’eau (heureusement juste avant le compteur, réparé donc aux frais de la compagnie des eaux), mais bon, le compteur est dans une cache creusée dans le mur de mon salon (super pratique hein!) et donc planqué derrière une cloison..donc la fissure, quand tu t’en rends compte…..y’a déjà de l’eau qui a coulé sous les ponts .

-Une fuite sous l’évier de cuisine, par auto-dévissage (si, si, il était suicidaire) du siphon. Et bien sûr quand tu t’en rends compte, c’est en vidant l’évier plein  de flotte. Sinon ce serait moins rigolo.

-Une fuite sous le retour de vidange de la condensation (me demandez pas d’expliquer, je répète juste ce qu’on m’a dit) sous la chaudière à gaz, et à condensation, donc. Oh rien de grave, juste une petite erreur de taille de tuyauterie se jetant dans le siphon, hein (qu’on m’a aussi dit, grrr) Mais la chaudière, elle est elle aussi, dans ma cuisine (oué, planquée dans l’armoire qui devait contenir un frigo, cherchez pas) et là aussi donc, quand tu t’en rends compte, ben la flotte est sous la cuisine équipée, et sur dans le plancher.

-Une fuite à l’arrière de l’installation du robinet de la baignoire. Et donc, qui coule derrière, et sous ladite baignoire. Ou dans le seul tout petit pot qui peut s’insérer juste sous le goutte à goutte. Carrelage pêté, et mur creusé et laissé tel quel hein, sinon ça ne fait pas ‘style’. Et le tout petit pot tu dois vider très très souvent hein (ou carrément couper le compteur quand tu pars), sinon ce n’est pas gai. Et cela, durant des mois, parce qu’à chaque réparation, chaque presque rouleau de téflon utilisé, ou nouveau raccord acheté, le goutte à goutte reprenait. Quand je vous parlais de malédiction, ben je ne vois que ça !

-Puis donc il y avait eu les méga pluies cet été, et petit à petit l’autre mur de la cuisine humide par places, la découverte de l’état de la plateforme de la maison voisine, et donc les inflitrations dans ce mur puisqu’il est mitoyen.

Et je ne vous rappelle même pas la découverte pendant les travaux de rénovation, de l’humidité de tout le mur du salon (toujours venant de cette maison mitoyenne, vide depuis 3 ans et avec des fuites partout). Là le traitement m’a couté un bras (et une épaule, au moins), mais le contrôle a eu lieu ce mois çi, et le mur est assêché !

Mais à part ça, c’est quand que ça s’arrête ???

 

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur

A rebrousse et mauvais poil

22 août 2014 at 10:37 (Uncategorized)

Oué les gens, j’suis de mauvais poil, et là ce n’est pas juste parce que j’ai un caractère de cochon sauvage 🙂

C’est que bon, voilà quoi. On décapite en direct un pauvre homme, y’a des guerres à n’en plus finir, une épidémie digne du moyen-âge, ici en Belgique les centrales nucléaires sont dangereuses au point qu’elles ne pourront jamais redémarrer, on parle de moments de black-out bah tiens ! Et j’vous parle pas du chômage, de la pauvreté et tuttiquanti. P’tin quoi, on va où là ! Pfft et j’vous parle même pas du réchauffement climatique qui chamboule tout en plus du pauvre ours blanc qui perd sa banquise, de la pollution…… STOP !  s’énerver c’est pas bon pour le coeur, il parait..

Ah mais y’a du positif…l’épidémie ils vont peut-être en venir à bout, visez donc, y’a un médoc ! Bon (évidemment) ce sont des ricains qui en ont profité, tant mieux pour eux, ils sont guéris ! Mais je me demande combien de temps, et quels détours le remède providentiel va prendre pour atteindre l’Afrique…

Des réacteurs fermés ? bah y’a une solution ‘miracle'(sic)  pour éviter le black-out…. on va juste ‘oublier’ de fermer Thiange I durant l’hiver pour en faire l’entretien… reporté l’entretien, en attendant les gens croisez les doigts pour que les ‘micro’ fissures-mais-pas-dangereuses-tiensprendsnouspourdescons tiennent bon…… ‘Sont au courant les génies, que l’énergie solaire et les éoliennes ça marche ?

Wouah, si je commence je vais en avoir pour 1 heure !

Et encore, j’vous parle pas, à mon échelle, des déceptions en tous genres. Des « amitiés » intéressées, de la lâcheté, de l’hypocrisie, de la jalousie. Ou même des parents qui se foutent de moi « mais j’vous assure si il a vomi partout c’est pas une gastro d’ailleurs il n’a plus rien, tenez prenez le paquet (et fermez là, d’ailleurs limite j’vous rends service : vous ne perdez pas la paye de la journée) …..Et qui contamine presque toute la colonie, de 48h en 48h. Tu parles si j’en ai perdu des journées, c*nnasse ! (niark, vengeance, le minot a contaminé aussi  toute sa famille, virée vomito toute sa semaine de vacances)

Heureusement il y a tout le reste. Mes enfants, ma famille, mes proches, ma douce petite vie, l’amitié sincère, pis l’amour hein les gens !

Et aussi Mr Wilson.

Et puis beaucoup de chocolat.

🙂

 

Permalien Commentaires fermés sur A rebrousse et mauvais poil

20 août 2014 at 09:55 (Uncategorized)

Sms de mon Jimmy hier soir bien tard, genre quand je suis entrain de découvrir cette nouvelle série soi disant fantastique ‘the gates’ :

« Une petite pensée pour toi, jviens de tuer une araignée monstrueuse, comme toi l’autre jour ! bisou »  …suivi d’un autre : « sérieux, au point qu’ j’ai pas bon d’être dans le divan, maintenant »

Gn, merci gamin d’avoir ravivé ma parano, j’ai passé ma soirée à scruter le plafond, les murs derrière moi, complètement recrocquevillée dans le divan.

Et puis « the gates », ben bof, quoi. Oué, je suis terrorisée devant une araignée et même pas peur des vampires ni des loups garous, c’t’ainsi.

 

Permalien Commentaires fermés sur

18 août 2014 at 13:11 (Uncategorized)

J’ai bien profité du long week-end du 15 aout, une brocante avec une copine, le marché 1900 à Marche-en-Famenne et un doux bond en arrière vers d’agréables souvenirs et d’un bout de famille perdue, un samedi de shopping et verre en terrasse entre filles, un dimanche ‘à la con’ comme ceux de m’sieur Renaud, mais tellement, tellement bon…

Pour le reste, j’ai aussi eu une inondation dans ma salle de bains, grrr. Voilà ce qui arrive quand un flacon de savon douche s’ouvre dans la charriotte des courses, et que l’on veut en lessiver la housse sans avoir tout rincé…… Les gens, jamais vu autant de mousse sortir par toutes les issues de secours de la lessiveuse ! Evidemment, lorsque j’ai découvert le truc ça en était déjà au 3ème rinçage/tambour toujours plein de mousse hein, ce p’tin de Murphy fait les choses bien ou ne les fait pas 🙂

Il y a aussi eu les restos, habituels et ceux pas prévus, la douceur de ma petite vie, mon petit Wilson toujours aussi adorable, mes crises de ménagite, tout aussi aigües que soudaines (même tard le soir, héhé), les longs longs bains, même à minuit (et une méga araignée un matin dans la baignoire, les gens j’ai cru mourir sans blague ! Heureusement que dès son arrivée un papa de petit pote a pu évacuer la bestiole -morte d’une demi bombe d’insecticide dans le nez- sinon j’abandonnais à jamais cette salle de bains moi je vous le dis 🙂

Sinon les gens, ben rien de bien nouveau sur ma planète. Une vie banale, voilà de quoi vous devez vous contenter j’s’rai jamais une aventurière de l’arche perdue, ni du bout du monde 🙂

Une rêveuse, ça oui par contre. La tête dans les nuages.

A même rêver au prince charmant, oué que je peux, puisque le zig n’existe pas 🙂

Tiens hier j’ai regardé « la délicatesse », film avec Audrey Tautou, qui trouvait l’homme parfait, mais le nigaud se mange une voiture (quand je vous disais qu’il y a toujours un truc qui foire). Puis qui se fait, et bien malgré elle un ami, tout en délicatesse et gentillesse. Le rêve tiens le v’la 🙂 (oué bon, mais pas avec la tête de François Damiens, acteur que je déteste, en plus. Quand je vous disais, le truc qui foire toutçatoutça..)

Aaaah, un mec mignon et gentil et adorable et sincère et doux et honnête et sans arrière pensée…..

Comme disait ma petite Mémé, c’est ça rêve tiens…ça peut pas te faire de mal 🙂

Permalien Commentaires fermés sur

Mr Wilson

7 août 2014 at 13:10 (Uncategorized)

10245376_10201819167056769_2001424855_n

 

 

 

Non, pas celui-là  🙂

ça, c’était l’ami imaginaire de Tom Hanks dans le film ‘Seul au monde’.  C’est d’ailleurs à cause de ce film qu’un jour, je m’étais dit que si j’avais un chien je l’appellerais Wilson. Et l’idée, ben comme une graine de mauvaise herbe, elle germait, elle germait….

Un chien. Un chien ?  Ouééé, un chien !  Mais bon, les petits potes, la garderie, touçatouça….  Ben après tout, plusieurs de mes collègues ont un chien, un chat, voire un lapin, pourquoi pas moi !?  Ma responsabilité, blablabla, tssss de toute façon si un jour j’ai un chien, il sera sympa, gentil, que dis-je, carrément adorable !

Un chien ? Un quel chien d’abord ? J’ai eu autrefois, un énorme nounours. Un bobtail adorable que l’on avait gardé 16 ans !  Ensuite, un jour mon Thomas m’en a offert un autre, histoire que je ne me sente pas trop seule lors du grand vide des semaines de garde alternée. Un petit batard tout mignon, mais qui avait certainement une tumeur au cerveau (pas eu le temps de faire les examens) il faisait chaque jour une crise d’épilepsie, et son coeur avait laché durant l’une d’elles. Il avait à peine 8 mois.

Alors bon, un chien, purée le germe m’envahissait déjà presque tous les boyaux de la tête lors du début de mes congés. Vous savez ça hein, le sentiment que ça y est c’est plié… Le moment pile où enfin on sait, et avec certitude que même en hésitant encore, on va craquer 🙂

C’est pareil avec tout, même pour un mec tiens 🙂  Ou pour du chocolat alors qu’on sait que c’est pô bien tsé ma p’tite dame…

Bref, j’avais décidé. Mais bon, après les francos hein, soyons pratique.

Adopter un chiot abandonné, ça c’était décidé depuis toujours, le prochain serait sauvé des affreuses cages de la SPA.

Et donc le samedi, je me suis rendue dans le fameux refuge. Misère, ça aboyait de partout, chaque chien avait l’air, soit agressif, soit terrorisé, et tellement malheureux ! La dame à l’accueil m’avait dit de me balader dans les allées de cages et si un chien me plaisait, de revenir lui donner son numéro. Aucun, je ne flashais pour aucun d’entre eux, déjà je ne voulais pas d’un grand chien, et il n’y avait que ça ! Puis je savais déjà et avec certitude que ce serait un petit machin tout doux, et tout calme, que ce serait celui qui se dirigerait vers moi sans aboyer ni être agressif, que je choisirais. Il y en avait un, un seul, un petit batard tout noir, tout doux, et qui ‘pleurait’ en me regardant, appeuré par les aboiements des autres molosses, mais qui vint de suite vers ma main tendue. Bingo, mon gars je te tire de cet enfer. Hébé non, la dame me dit que tout le monde le veut, mais qu’il est réservé et qu’il part dès demain.

Je sors de la, dépitée mais pas découragée hein, je reviendrai la semaine prochaine ! Et puis je croise une dame agée, avec un petit chien en laisse. -Oh non vous n’allez pas l’abandonner?? Le chien court vers moi, me fait une fête pas possible, elle essaye tant bien que mal de le ramener à elle mais il n’en a cure !  Elle m’explique qu’elle est là pour l’adopter, qu’elle le promène un peu pour voir si il est gentil et s’adapte à elle, que ça fait 3/4 h que ça dure, et qu’elle n’arrive pas à se décider. Bon madame ben moi je vous le dis, là je décide illico que si vous ne le prenez pas c’est moi qui le ferai.

-à ce moment, on est assises sur un muret et la boule de poils est couchée sur mes pieds-.  On se rend à l’accueil, histoire d’avoir tous les renseignements et ensemble, puisqu’il sera de toute façon pour l’une de nous 2. Ben les gens, elle a encore hésité près d’1 heure de plus !! Grrr. Et durant tout ce temps en tentant à perte qu’il s’intéresse à elle, il tirait tout le temps vers moi. Purée, dire que tout ça est suspendu à sa décision ! La dame de la SPA commence tout doucement à s’énerver (mais pas encore autant que moi..) et vient lui dire que bon ça suffit comme ça, quand on vient en refuge soit on flashe sur un animal et on le prend de suite, soit on hésite et puis on le ramène 1 semaine plus tard et qu’elle ne veut pas de ça ! Elle lui dit aussi qu’il ne faut pas non plus qu’elle en fasse un caprice et le prenne juste pour que je ne l’aie pas, qu’ils vont fermer dans 15 min et soit elle se décide de suite et de bon coeur, soit on refuse carrément de lui donner.  -Le chien dormait sur mes pieds…..-

Et enfin, enfin, elle me dit ok, je vous le laisse !

Yeeeees ! Nous voilà donc, après payement et toutes les formalités et paperasseries, en route pour la maison. Un samedi à près de 18 heures ! Oh on m’a bien filé un paquet de croquettes pour pallier au plus urgent, mais à part ça je n’ai rien de prévu pour lui ! C’est tout moi ça 🙂

Et donc on a pris le bus, lui sous mon bras gauche et le paquet de croquettes sous le bras droit. Durant le trajet, il s’endort carrément. J’envoie un sms à mon Jimmy, un autre à mon Thomas, là bas en Corse. Ils sont ravis, et trouvent ça génial ! Tu l’appelles comment ? Ben.. Wilson !

Je fonce à l’animalerie en ville, il me reste 15 min avant la fermeture. Laisse, collier, coussin, jouets, shampooing, bref je zigzague dans les allées et je remplis mon panier, où j’ai d’ailleurs installé Wilson qui ne bronche pas. Le bonheur.

On rentre, hop direct un bain mon gars. Il se laisse complètement savonner, rincer, n’a même pas peur du sêche cheveux 🙂 Je le brosse longuement, histoire de voir si comme on me l’a assuré, c’est une race qui ne perd pas ses poils. Test réussi, pas un seul sur la brosse (youppie !)

Les gens j’ai trouvé le chien parfait !  Il n’aboie pas (même pas un chien de garde, pfft ), est propre du haut de ses 7 mois, ne perd pas ses poils, me suit partout et dès que je m’arrête se couche près de moi, reste dans la pièce séparée des petits potes par une simple barrière et n’en a carrément rien à faire d’eux, il dort alors que ça rit, chante, crie (ou que le bébé hurleur s’époumonne et me vrille, à moi, les tympans). Il m’accompagne en bus sans problème, a déjà bien compris que partout où l’on va tout le monde le trouve mignon et il adore ça, il s’installe de tout son long à la terrasse de notre QG-taverne-resto habituelle comme si il l’avait toujours connue, je l’ai pris en ville samedi pour les fêtes du centenaire de 14/18, et même lundi soir à l’inauguration du phare de Liège où il a passé tout le temps des feux d’artifices, pas très rassuré, le nez enfui dans mon foulard, mais sans broncher.

Wilson, mon Mr Wilson à moi, j’en reviens toujours pas.

Ayééé je peux partir sur une île déserte, j’serai pas seule au monde 🙂

001           004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Permalien Commentaires fermés sur Mr Wilson

Et donc, mes francos…

4 août 2014 at 15:27 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens ! Je suis comme une tortue. C’est exactement ça tiens, une tortue. Je vivote, et rien ne me presse 🙂  J’ai repris le boulot il y a 1 semaine, mais ça aussi c’était au ralenti. Seulement 2, ou 3 petits potes par jour, les 3 petites marmottes c’est exactement ce qu’il me fallait pour émerger en douceur. Cette semaine c’est autre chose, le bébé hurleur est revenu…croyez le ou non, il hurle encore plus qu’avant merdum moi qui pensait cela impossible 😦   Moi qui jusque là me la coulais douce, sans arriver à me déconnecter de ces 6 jours aux francofolies  (oui, 5 jours de concerts, et je dormais encore là le 6ème), là cette fois les gens le minot il m’a bien remis les pieds sur terre !

Je disais donc, les francos.. Au chateau-chambre d’hôtes, encore une fois. La patronne super sympa, nos petits déj, sa gouaille, la même chambre que l’année dernière, j’ai tout aimé. Même les sprints à 3heures du mat’ pour attraper la dernière navette qui évitait les 1500 mètres à pied et en montée pour y revenir 🙂 J’ai déjà fait ma réservation pour l’an prochain…

Et donc? Ben du soleil, beaucoup  de soleil. Les retrouvailles avec les potes habituels. Une chaleur écrasante (certains jours on a atteint les 38°), des concerts dès 13 heures, frontstage en plein soleil…et nous, à l’ombre, dans la pelouse près de la petite scène (oui, devant le bar des potes 😉  ), sous les arbres, à l’abri sous l’énorme kiosque près de l’autre scène, partout où il y avait moyen. Dès 18 heures, enfin, reprise de mes bonnes habitudes, et concerts tout, tout devant la scène, enfin à l’ombre. De jolies découvertes, ou des artistes confirmés, j’ai (presque) tout aimé. Je ne vais pas vous faire un récapitulatif complet hein, mais j’ai aimé Soan. Son univers, sa voix, ses chansons. Même si les bouteilles d’eau, lui il se les versait sur la tête, et enquillait les bières sur scène. Aussi Antoine Chance, et Girls in Hawai, même si seul le toujours déjanté Bryan (ex Eté 67) mettait de l’animation sur scène. Evidemment, j’ai adoré Renan Luce le gentil. -et aussi sa reprise d « Où c’est qu’j’ai mis mon flingue » en réponse à toutes les fois où on lui demande des news de Renaud 🙂 – Gaëtan Roussel, et son sourire toujours ravageur, j’ai a-do-ré une fois de plus Grand corps malade, et sa façon de donner l’impression de parler à chacune des personnes présentes en particulier,

Le samedi, mon Jimmy et sa schtroumpfette étaient de la partie, moi j’ai moins aimé cette journée dans le parc, et j’en ai profité pour rejoindre mon autre belle-fille, sa maman et une copine dans la ville, concerts gratuits, shopping et resto avant qu’elles ne rejoignent la grande scène pour aller y voir P.Bruel. J’en ai profité pour rester dans la ville durant ce temps, balade seule, jolie rencontre, bavardages, village acadien, ou concerts gratuits.

Dimanche, encore une fois la complètement déjantée Giedré a mis le feu, et a mis tout le public dans sa poche. Et j’ai découvert Fauve avec plaisir.

Lundi, pluies diluviennes dès le petit déj. Chaussée de la paire de baskets (désignée) suicidaire, je m’en vais à l’attaque du parc francofou et de ses sols détrempés. Dès 13h pour voir qui est le lauréat du concours francoff et les concerts des 3 premiers, découvrir Cats on Trees, et pas question de rater Bernard Lavilliers (qui, en retard, et même en tentant d’être sympa avec le public, n’a pas réussi à faire prendre la mayonnaise. Ca sonnait trop faux, je l’savais que ce mec n’est pas qq’un de sympa ! ) Déçue. Heureusement qu’il n’a que des classiques… Concert écourté pour rattraper le retard, bah j’aurais quitté avant la fin de toute façon.. Chouette journée là tout de même, à l’abri lors des averses je n’ai même pas dû déployer l'(affreux) imper-sac plastique orange distribué dès le matin dans la ville. Belle soirée ensuite dans Spa, tellement que j’en ai oublié de revenir voir les derniers concerts dans le parc 🙂

Aaaah les francos….. les gens, les rencontres au matin, sur un banc, avant que la déferlante de gens n’arrive vers 13h… les sourires, les retrouvailles près de la fontaine, les courtes nuits, les glaces (ben quoi, il faisait chaud 🙂  ) les files interminables au petit supermarché pour les boissons fraiches, les repas de midi….vers 16h, ceux du soir, improbables et vers 23h, les détours chez le glacier, chaque nuit 🙂  les discussions surréalistes, avec n’importe qui, en attendant le débuts des concerts, les chants et la bonne humeur dans la navette de nuit, les verres offerts, les rencontres impromptues de gens perdus de vue, les appartés, un petit Suisse trèèès sympa ….

Aaah oui donc, mes francos, ma liberté…. !

Vivement l’an prochain !

 

Permalien Commentaires fermés sur Et donc, mes francos…