Coup de coeur

28 septembre 2006 at 14:53 (Uncategorized)

Un vrai coup d’coeur, en live , un jour de vraie tristesse

Energie débordante, sourires, et plein d’tendresse,

Un fou dingue au coeur tendre, chanteur pour les enfants,

Compositeur génial, et un coeur de géant, 

Plein de textes-tendresse, plein de mots rigolos,

Parfois d’autres mots tristes mais purée! tellement beaux!

Vous n’le connaissez pas, il est André Borbé,

Je le connaissais peu, au coeur il m’a touché

Souriant tout le temps, ce petit homme sympa,

Ben oui à l’intérieur …il est en chocolat…

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Imaginer…

26 septembre 2006 at 14:51 (Uncategorized)

Imaginer que le bonheur, la vie rêvée serait comme de partir …en Italie.

Alors, on anticipe le voyage : on achète la série complète des guides touristiques, et on fait des plans merveilleux : visiter le Colisée, voir les gondoles à Venise… On s’exerce même à apprendre quelques phrases d’italien. On se réjouit à l’avance et on brûle d’impatience.

Après des mois de préparation et d’attente, le grand jour arrive. On fait les valises et on part.
Quelques heures plus tard, l’avion atterrit. L’hôtesse vous sourit et dit : « Bienvenue en Hollande ».

« En Hollande ? » – Comment ça la Hollande ?! Que s’est-il passé !? J’ai acheté un voyage pour l’Italie !! J’ai prévu d’arriver en Italie ! Toute ma vie, j’ai attendu de vivre en Italie ! »

« Mais il y a eu un changement. L’escale était prévue en Hollande, et c’est là que vous êtes, mais c’est là que vous devez rester ».

Ce qu’il y a d’important à savoir, c’est que l’on ne vous a pas non plus débarqué dans un endroit horrible, effrayant, ou dégoûtant, avec la famine et des maladies : non, c’est simplement un autre endroit.

Et vous devez aller de l’avant : acheter de nouveaux guides, apprendre une nouvelle langue. Car ce qui devait être provisoire est désormais votre vie….

C’est simplement un autre lieu. C’est plus tranquille que l’Italie, moins époustouflant que l’Italie. Mais peu après être resté quelque temps, après avoir pu reprendre votre souffle, vous vous apercevez qu’il y a plein de choses à voir. Qu’en Hollande, il y a des moulins, et même des tulipes.

Simplement, tous ceux que vous connaissez font des voyages en Italie, ils y vont vraiment ! Ils vous racontent tous, combien la vie est merveilleuse là -bas. Et pour tout le restant de votre vie, vous vous dites : « Oui, c’est là-bas que j’étais moi aussi supposé aller. C’est ce que j’avais prévu ».

N’avoir pu, ne pouvoir réaliser ce rêve-là restera toujours un regret déchirant. Mais si vous passez votre vie à pleurer le voyage que vous n’avez pas fait en Italie, vous ne pourrez jamais profiter de toutes les choses merveilleuses et très particulières qu’il vous est donné de voir en Hollande.

               —————————————————————————–

(Texte trouvé au hasard du net.)

Parfois, en Hollande il y a des désespoirs immenses.

Parfois, on ne s’y acclimate jamais.

Permalien Laisser un commentaire

.

23 septembre 2006 at 14:51 (Uncategorized)

Et un réparateur de scooter nul (et 2 fois de suite), il fallait que ça soit moi qui tombe dessus !

Et tiens, un navet de plus (« La jeune fille de l’eau »), il fallait que ça m’arrive encore

Et une tuile de plus sur la tête, il fallait que ça tombe, juste maintenant?

Et un grand vide là dans le coeur, il fallait que ça soit moi que ça casse

Et avoir froid malgré le soleil, il fallait que ce rhume soit pour ma pomme

Et couler à pic sans aucune main tendue, il fallait que ça soit juste maintenant…

Et plus d’espoir, non plus d’espoir. Ca il fallait que je vous le dise

Permalien Laisser un commentaire

Chaine d’idées

22 septembre 2006 at 14:50 (Uncategorized)

Des fois t’es le pare-brise. Et des fois t’es le moucheron.

Il y a des insectes nuisibles. Et des sectes nuisibles.

Et pendant ce temps-là  Oxfam démonte Ikéa.

Permalien Laisser un commentaire

Un week-end bien chargé

19 septembre 2006 at 14:49 (Uncategorized)

« Il y a du soleil dans les yeux de tous les amoureux ».

Dont acte.

J’ai passé un superbe week-end. Et vous? Week-end de concerts avec mon Amour, samedi par-là-bas-du-côté-de-chez-lui (et en terrain conquis)

Et dimanche, les fêtes de wallonie ! Une place saint aubain noire de près de 6.000 personnes, une ambiance du tonnerre. Et moi, comme d’habitude, au premier rang. Amoureuse.

Et quoi d’autre? Et bien que du bonheur. En compagnie de mon Amour, non-stop depuis vendredi soir jusque ce matin. Il vient de repartir, boulot oblige. Et moi, comme je suis en congé demain je m’embarque dès ce soir chez lui, en train et impatiente.

Des bises, soyez heureux…

Permalien Laisser un commentaire

Echange scooter pourri contre carosse (de princesse, tant qu’à faire)

15 septembre 2006 at 14:48 (Uncategorized)

Ah tiens je ne suis pas passée ici depuis mardi… Des news les gens? Bon ok, des news..

Rien de bien spécial dans ma ptite vie banale. Mercredi le scooter maléfique est allé comme prévu passer une demi journée chez le réparateur  …pour rien. Enfin pour 100 euros de moins dans ma tirelire…

Redémarrage « normal » au départ du garage, du coup je m’embarque faire des courses, et à la sortie du parking, pas de redémarrage !

Bref, après 1/4h de menaces ,coups de pieds, supplications et essais ratés, l’engin est reparti.

Et depuis je n’ose plus le remettre en chemin. Mon Jim continue à aller au boulot en vélo…

Mais dès ce soir mes garçons repartent chez leur père pour la semaine, et moi chez mon amour jusqu’à dimanche. Je n’en ai donc pas besoin pour l’instant, et le garagiste-réparateur-qui-ne-répare-rien le reprendra mardi. Qui vivra verra !

A part ça, ben rien les gens. Ajourd’hui dure journée avec 4 petits potes déchaînés. Juste le jour où je me traîne en mode larvaire, manque de bol. Vive l’heure de la sieste…

Week-end en amoureux prévu, concert de mon homme demain en Belgique-sud, et dimanche aux fêtes de wallonie à Namur.

Je repasserai par ici après ça (ou pas)

Keep your smile, bon week-end à vous !

Permalien Laisser un commentaire

Sale machine

12 septembre 2006 at 14:46 (Uncategorized)

L’affreux scooter capricieux continue à tomber en panne à tout bout de champ. Et selon son humeur, redémarre  …ou pas.

Embêtant. Car comme d’habitude, je devais conduire mon Jimmy au travail. Et donc prendre le risque d’une panne définitive. Et de devoir faire le trajet à pied, lui pour rejoindre le boulot, et moi pour rentrer à la maison.

Mais bon, il ne pouvait risquer d’arriver en retard, au risque de mettre toute l’équipe en retard pour le départ sur le chantier. Et moi je ne pouvais prendre le risque de louper l’arrivée du premier bébé (car c’est aussi pile-poil l’heure de lui donner son biberon).

Mon gamin a donc décidé d’aller travailler en vélo. 30 minutes de trajet au moins. Courageux ! sans compter qu’à à 6h45 il faisait drôlement frisquet..

J’ai tout de même fait l’effort de me lever avec lui dès 6 heures. Pour le supporter moralement, si. Et accessoirement, comme à mon habitude, me faire des reproches. Purée pourquoi je ne l’ai pas passé ce permis auto….

1. Déculpabiliser. Mais non tout ça c’est uniquement la faute de cette saleté de moto!

2. Relativiser. Je serai en congé demain, et le gentil garagiste a accepté un rendez-vous dès 9 heures.

3. Sourire. Puisque je serai descendue au village (pourvu que l’engin roule jusque là!) et que j’aurai ma journée de libre, j’irai en bus me ballader à Liège pour une journée de shopping remonte-moral. 

4. Positiver. Quand on s’est levée beaucoup trop tôt et que l’on a du temps à perdre, un bain mousseux en écoutant un bon cd est ma foi une idée géniale…

Allez tout va, mon cycliste vient de me dire qu’il est bien arrivé, et moi je suis prête à attaquer la journée, bébé hurleur tu peux arriver. Je t’attends avec le sourire.

Permalien Laisser un commentaire

Cinéma, ou pas

10 septembre 2006 at 14:45 (Uncategorized)

Ce soir, je m’étais décidée pour une nouvelle soirée ciné. « La jeune fille de l’eau », film fantastique issu du monde immaginaire des enfants, nymphe et personnages merveilleux au programme.

Décidée, vraiment. Ce film je veux le voir et il est en avant-première à Liège, justement. Bus à 18h30, film à 20h. Tout était prévu, chouette soirée en perspective. Et bien sûr, les fameux 6 kilomètres à pied à effectuer pour rejoindre l’arrêt du bus. Où gît, je vous le rappelle, depuis hier mon horrible scooter en panne. Retour de la ville avec mon frérot, qui me ramènerait donc en voiture (puisqu’il dort toujours chez moi because son super-big-loft non encore terminé). Et nouvelle tentative de démarrage du 2 roues décédé prévu lui aussi, à notre retour, ou au pire tractation (épique à mon avis), avec sa voiture.

Film, ballade à pied forcée mais météo estivale, repas du soir préparé d’avance pour mes gamins qui eux devaient rester à la maison, tout était donc arrangé.

Puis tout à coup, les choses changent. Enfin..juste dans ma tête. Mon grand décide d’aller chez sa schtroumpfette pour le repas et la soirée, et mon Jim d’aller se baigner l’après midi à la carrière, pour profiter du temps magnifique. Pas grave maman, tu seras partie quand je rentrerai, je me réchaufferai le repas et j’irai au lit tôt puisque je travaille demain. Bisou et à demain, donc…

Et là, chape de plomb. Sur la tête et dans mon coeur de maman qui culpabilise. J’ai déjà lâchement abandonné mes gamins hier toute la journée et la soirée, et ce soir qu’est ce que je vais aller foutre au ciné, toute seule en plus?

Sms immédiat à mon Jimmy qui venait de quitter : « Finalement je ne pars pas, dis moi quand tu rentres pour le souper, je serai là »

Il m’a rappelé dans la seconde, ravi que j’aie changé d’avis. Et sa réponse m’a valu tous les films du monde.

J’irai au ciné l’autre semaine, celle « sans »….

Permalien Laisser un commentaire

Cassée, mais heureuse

10 septembre 2006 at 14:43 (Uncategorized)

Chouette samedi, et oui. Courses matinales avec le super scooter qui a bien voulu redémarrer après la panne monumentale de vendredi soir où l’on a dû le pousser, mon Jim et moi pendant presque 2 km, en montée et super-chargés des courses que l’on venait de faire. (je n’vous raconte même pas les courbatures qui me cassent depuis lors..) Bref, youppie! hier matin l’engin maléfique daigne démarrer par miracle et donc accepte de me transporter à la superette, et surtout de nous ramener à bon port et d’une seule traite, mes (trop) nombreuses courses et moi. (Merci saleté de machine)

13 heures, départ pour Liège et le shopping avec mon grand schtroumpf. Et là, on ne sait pourquoi ni par qui (je ne l’avais pas insulté je le jure), le 2 roues détestable cale sur place à nouveau, et en pleine descente ! Heureusement j’étais presque arrivée à l’arrêt du bus, et j’ai pu l’avoir de justesse. Ouf! Retrouvailles avec mon S., discussions, ravitaillement et shopping. Un peu dans l’urgence malheureusement… car dès 16h30 re-voyage en bus, cette fois pour aller rejoindre mon amour sur le lieu de son concert. Soirée sympa et retrouvailles-douceur. Vers minuit retour au bercail en compagnie d’une copine-taxi-adorable. Papotages et confidences pendant le trajet, et bien sûr tentative ratée de démarrage du scooter capricieux (et que je hais de plus en plus). Mon taxi-sympa qui attendait au cas-où m’a raccompagnée jusque chez moi et ainsi évité 6 km, à pied et à près de 2heures du matin. Re-papotage entre filles et café pour l’aider à affronter le long chemin de retour qu’il lui restait à faire. Complicité naturelle et bien sympathique, moi qui n’ai pas de véritable amie, ça m’a fait tout drôle. Et me croirez vous, une fois la porte close, c’est la tête pleine de sourires que je suis allée me doucher et me coucher. Epuisée de ma journée au pas de course, mais heureuse des bras rassurants et des tendres sourires de mon homme. Et d’avoir eu l’espace de quelques heures, la douce impression d’avoir peut-être une amie…

Permalien Laisser un commentaire

Petite

8 septembre 2006 at 14:42 (Uncategorized)

Ce soir j’ai envie d’avoir une vraie famille.

D’avoir eu un jour une maman à qui parler.

De vivre au sein d’une vraie famille. Avec un père qui ne serait pas absent, qui oserait me prendre dans ses bras au moins une fois, une grand mère qui habiterait tout à coté, des oncles des tantes et plein de cousins et cousines, qui ne seraient pas éloignés. Une petite soeur, une vraie qui ne jouerait pas au fantôme. Et tout tout près, si proche comme d’habitude, mon frérot adoré, seul à qui je peux parler. Et mes 2 enfants, bien sûr! mes raisons de tenir debout. J’aimerais des réunions familiales, de longues tablées dans un jardin ensoleillé. Une vraie vie de famille que je ne peux qu’immaginer, c’est pour cela que dans ma tête le jardin est toujours ensoleillé. et la nappe à grands carreaux, rouges et blancs. Et des fleurs. Et surtout, surtout des sourires et plein de tendresse, des rires et encore des fleurs. (P’tain de clichés)

Et une vraie vie de couple ‘à temps plein’. Une grande maison avec des volets bleus. Et un jardin avec des tomates et du basilic. Une maison accueillante. Pourquoi pas en Toscane.

-Bon on arrête de rêver là, et hop on se réveille !!

Plaff *

*bruit du nabot s’écrasant lamentablement du haut de mon épaule.

 Ce soir j’avais juste envie d’avoir une vraie famille. Pour prendre soin de moi. 

Permalien Laisser un commentaire

Parfois, le soleil transperce même la mouise la plus épaisse

7 septembre 2006 at 13:04 (Uncategorized)

Vous qui me lisez parfois, avez compris que mon métier consiste à garder des petits enfants à mon domicile. Et oui les gens, je suis une nounou (et j’adore ça).

Mais bon, aucun statut (ou presque), un salaire unique et au prorata des présences, une inscription de longue date annulée en dernière minute…et là donc financièrement c’est la cata.

C’est provisoire, un nouveau petit pote est prévu dès novembre. Je ne me plains pas (ou juste un peu). Hier, encore peu habituée à tous mes nouveaux petits arrivés depuis le début du mois, et surtout pas du tout familiarisée avec le jeu de tous les enfants à temps partiel, je me rends compte avec bonheur que dorénavant et pour tout septembre, je n’aurai aucun enfant en garde les mercredis.

Quelle agréable surprise.. et le voilà, mon petit rayon de soleil transperçant la mouise !

Du soleil ça oui il y en avait hier. Une vraie journée d’été, de celles à vous donner un courage fou (surtout lors d’un congé imprévu!) En 3 heures j’ai retourné presque toute la maison, vous le croyez ça, moi-même je n’en reviens pas! Et une fois ma crise de ménagite aïgue terminée, je me suis offerte une superbe après-midi de shopping à Liège. Purée c’que ça fait du bien au moral…

Voeu du jour: Vite trouver une chanson rigolote pour faire danser (et sourire) mon banquier….

 

🙂

Permalien Laisser un commentaire

parce qu’un pop corn sans ciné….

6 septembre 2006 at 13:03 (Uncategorized)

Résumons. Parce qu’envie furieuse de bouger, parce que trop envie de pop corn depuis le matin, et donc (via ma logique perso), forcément d’un ciné, je me suis invitée illico presto au kinépolis hier soir.

J’avais juste envie de fuir la maison vide et de m’empiffrer de maïs soufflé hyper sucré et calorique. C’est bien beau tout ça, mais quel film choisir?

« Entre 2 rives » me semblait bien. De toute façon aucun autre film ne me tentait, donc va pour celui-là. Du moment que ça peut me changer les idées…. Une histoire de voyage dans le temps, d’un homme et une femme. Tels des rails de chemin de fer. Parrallèles, si proches mais à jamais tenus à distance. Ou l’histoire d’une maison magnifique, au bord d’un lac. D’une boite aux lettres-machine à remonter le temps, seul lien entre eux. Histoire de tendresse, et puis d’amour. Ou l’histoire de 2 vies, d’un amour impossible. Mais parfois les rails se rencontrent. Parfois il y a des aiguillages… Il suffit de prendre le bon…..

Bref, allez voir le film si vous voulez y comprendre quelque chose….

🙂

Et le pop corn était délicieux…

Permalien Laisser un commentaire

et sur mon nuage, j’ai souri

4 septembre 2006 at 13:02 (Uncategorized)

Comme prévu, merveilleux week-end. Vendredi soir, concert surréaliste. Endroit restreint, et bondé. Chaleur presque suffocante, public déchaîné. Et moi, devant la scène, à 2 mètres de Lui. Parfois debout, riant et dansant avec les fans habituels. Mais souvent, « posée » là, assise sur les marches. Ailleurs. Déconnectée. Dans ses yeux. Mon homme, mon amour. Mon artiste. Sourire en répondant à ses regards, lui envoyer un bisou du bout des doigts. Souffrir aussi parfois, les fans trop présentes. Allumées. Ou allumeuses. Les numéros de téléphone glissés en douce. Aucune crainte, confiance totale. Mais rage au ventre. Quand même (un peu).

Une pause pendant le concert. Enlacés dans la ruelle, parmi le public lui aussi sorti pour échapper à la chaleur étouffante. Sourire à nouveau en voyant les gens venir le féliciter, ou simplement dire « merci » en passant. Quelle drôle de vie. Quel bonheur, aussi.

Samedi-douceur dans sa grande maison. Et le vieux piano sent maintenant la cire d’abeille. J’espère que là-haut sa propriétaire a souri.

Ballade en direction de la France pour un mini concert en soirée. Petit détour par l’abbaye d’Orval, que je n’avais jamais vue. Elle est très (trop) belle ! Quel gâchis. Elle devrait servir de décor pour un film de cape et d’épée. Remarquez c’est aussi une brasserie. Tout n’est pas perdu  😉

Le mini concert du soir était sympa. (Et le café au sirop de noisette délicieux!)

Et hier, marché aux puces à Arlon. Sous la bruine, et romantique. Un ptit coin d’paradis, sous un coin d’parapluie. Retour en soirée vers mes pénates sous un ciel étrange, couvercle pesant de nuages jaunes et gris. Tempête de vent et resto en amoureux, puis retrouvailles avec mon frérot. Et merci aux courageux chasseurs d’araignées qui m’ont sauvé la vie  🙂

Un week-end merveilleux. Un bonheur simple. Un amour infini.

Lundi 7 heures, Il rentre chez lui. Les petits potes vont arriver. Et hop c’est reparti….

Permalien Laisser un commentaire

rentrée? (et sortie)

1 septembre 2006 at 13:00 (Uncategorized)

Oui je sais, c’est la rentrée. Bien sûr je le sais : 3 des petits potes m’ont quitté hier soir pour the new life at school….

Dur dur. Cadeaux, fleurs et larmes au coin des yeux. Dur dur, même si prise dans le tourbillon des départs simultanés et en plus de celui de mon grand qui s’envolait pour la Turquie (Et ses attentats. Et oui je continue de m’inquiéter), je n’ai pas trop eu le temps de réagir. Ni de me rendre compte.

Mince. Ce matin ils sont rentrés à l’école. Ce matin ils sont remplacés par de nouveaux petits. Une petite puce de 3 mois et 2 « grands » de 18 mois. Que de changements. (Eternel renouvellement…)

Ce matin mon Tom est arrivé (presque) à bon port. Retard de l’avion, aux dernières nouvelles ils sont dans le car qui les amène à l’hotel. Bon. Reste à attendre 1 semaine, maintenant….

Donc c’est la rentrée (purée!). Pour mon Jim aussi, jour hebdomadaire obligatoire de cours pour les jeunes sous contrat d’apprentissage. Ensuite semaine chez le papa. Et je déteste quand il me dit « à vendredi » tôt ce matin quand je le dépose à la gare. (Semaine ‘sans’, décidément…)

Et il fait grand soleil. C’est la rentrée. (cqfd).

Mais ce soir, pour moi chouette sortie en perspective. Concert de mon amour à Bruxelles. Il vient de quitter et déjà il me manque, p’tain de vide. Vivement ce soir ! Ma journée avec les petits nouveaux sera terminée, et je chasserai le stress d’eux, le manque de Lui et l’angoisse pour mon grand durant le trajet en train vers la capitale. Décompression. Décidément j’adore. Ensuite concert, et puis week-end en amoureux. Et je sais qu’Il me donnera le sourire.

Alors je m’accroche à mon nuage.

Permalien Laisser un commentaire