Lundi…

28 janvier 2008 at 19:57 (Uncategorized)

Et finalement il n’y avait toujours pas de trains vendredi soir. Et donc mon amour est venu me chercher en voiture, pour ne pas me laisser hiberner. Et puis j’avais revu mes grands et le calme était revenu. Et enfin le pote de mon Jimmy s’était enfin éveillé à l’hopital et il semble tiré d’affaire. Mal en point, mais tiré d’affaire. Ouf, donc tout s’arrangeait. 
Et samedi mon Jimmy, malade, allait enfin mieux et donc moi aussi. Et puis la répet du groupe a été annulée, et on a passé une journée comme un vrai couple, moi à m’occuper le matin pendant qu’inspiré, il composait. Puis après midi de shopping ensemble au lieu de seule comme prévu, et c’était un bonheur. Sans parler du resto italien que l’on aime tant, en amoureux. Bref du bonheur je vous dis. Dimanche idem, seuls sur notre nuage redevenu rose.
Et nous voilà à lundi, 6 petits potes attendus, et à 2 c’est encore mieux…

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Un autre café, cette fois sans le renverser

25 janvier 2008 at 19:56 (Uncategorized)

P’tit café donc. Me poser, enfin calme. 
Heureusement presque tous les petits potes m’ont abandonné, congé pour 2 d’entre eux, malade pour la 3ème et go to Eurodisney pour une autre. Je n’en ai que 2 en garde, et les plus adorables (et les plus marmottes), ouf. 
Laisser ou non le texte de ce matin? Je revenais pour le virer, en fait. Puis non. Comme une idiote ça m’a fait du bien de l’écrire. Puisque personne d’autre ne veut rien savoir, voilà les gens c’est pour votre pomme.   🙂
Râler, je n’ai fait que râler je sais. J’aurais pu tourner ça en mode humoristique, les ados leur mal être leurs états d’âme et tout ce que ça comporte vous connaissez je suppose. Et parfois, quand j’ai le moral assez solide, oui parfois j’arrive à en rire. Mais là j’en étais incapable, p’tin de journée de scoumoune où tout s’enchaîne, de l’humour c’était au dessus de mes forces. Râler donc. Je fais ça tellement bien quand je veux. Et me plaindre, ben oui idem je ne peux le faire nulle part ailleurs alors prenez ça aussi 🙂
Après avoir râlé, puis culpabilisé, je souris, voici venue la phase 3 : Vous vous foutez de moi ben idem les gars, là je suis en pleine révolte.  Et je n’ai pas besoin de vous qu’est-ce que vous croyez. 
Mouais de courte durée, la phase 3… Phase 4 : purée qu’est ce que je m’en veux. Idiote merveilleuse n’est-ce pas les gens. Mais imaginez qu’il arrive quelque chose à un de mes gamins hein ! Aux sports d’hiver, par exemple. Ou au boulot pour mon jardinier, ou même à l’école pour l’autre. Où n’importe où d’ailleurs. Et s’être quittés sans vrai dialogue avec l’un, ou dans la colère avec l’autre je ferais quoi moi après !
Hier le meilleur ami de mon Jimmy a eu un grave accident de travail. Tombé d’un toit, soins intensifs et aucune nouvelle, pas de visites autorisées. Même de sa maman. Purée à quoi ça tient hein. Ca m’a cassé c’tte histoire. D’abord parce que je l’aime bien ce gamin que je connais depuis tout petit. Puis parce que j’ai transposé évidemment. « Et si un malheur pareil arrivait chez nous…. »  Logique, dans le mal être ambiant, plus l’inquiétude qui couvait déjà de voir partir les miens au ski. Puis j’ai merdé, évidemment. (tant qu’on y était autant s’enfoncer un peu plus dans la non compréhension hein..) J’ai maladroitement -une fois de plus- dit que je pensais aussi à la maman, que je connais, et que je la plaignais de tout mon coeur. Evidemment personne n’a compris, évidemment je me suis fait reprendre de volée, quelle idée de penser à la maman au lieu du fils à un moment pareil ! Personne n’a compris. Pourtant moi si une chose pareille arrivait, j’en mourais à coup sûr.
C’est ça foutez vous tous de moi mes amours, je vais en faire de même. 
Mais si que j’y arriverai, qu’est-ce que vous croyez non mais.

Permalien Laisser un commentaire

Grêve des trains, et café renversé

25 janvier 2008 at 19:54 (Uncategorized)

Tout quitter, tout planter là sur un coup de tête, ils l’ont fait. C’est le sujet d’un débat télévisé dont j’ai vu la bande annonce il y a peu. Et purée les gens là aujourd’hui, là ce matin, c’que j’aimerais avoir ce courage. Tout planter là, la mère poule n’est pas loin du burn out. Ras le bol. Des maman où t’as mis mon sweat -devant ton nez, pas rangé donc sur ta commode gamin-, ça râle tout le temps et pour n’importe quoi. Même quand je veux trop bien faire -t’as déjà lavé mon jeans mais t’es biesse  ou quoi il n’était pas sale-. Marre. Marre de faire les tartines le matin, comme quand ils avaient 6 ans. Et les oranges pressées en plus, pour des ours râleurs. Bonniche, voilà à quoi j’en suis réduite. Hotel pension complète, logé nourri blanchi et avec le sourire de la taulière en sus, obligé sinon on te demande ce que t’as pour une humeur. Gonflés les schtroumpfs grognons !
Sale journée qui commence moi j’vous le dis. et qui commence mal en plus. Levée à 6heures pour jouer au scooter-taxi, et m…. il gèle à pierre fendre, gn. Prise de tête avec l’ado grognon pour un détail de sweat introuvable et comme je le disais pourtant bien visible, et je pète une case. Marre de leur mépris, de leur manque de respect, des soirées à se faire bouffer le nez par l’un ou par l’autre, qui sont de mauvaise humeur. Et chacun à leur tour hein, comme ça on est sûr que ça râle non stop ici, surtout pas de répit voyons. Et donc ce matin j’en ai eu marre. De la remarque en trop, bien malvenue depuis le temps que j’encaissais et emmagasinais. Et c’est mon Jimmy qui a tout pris. Et comme d’hab quand j’ai mal j’aboie. Et les mots dépassent les sentiments, et je blesse. 
Mais il fallait quand même jouer au taxi-patinette sur le verglas, pas le choix pour son jour d’école hebdomadaire d’apprenti. Jour d’examens, en plus. Et la scoumoune en rajoute, en plus du verglas : grêve partielle des trains qu’ils disent à la radio. Evidemment l’unique numéro de call center ne répondra pas avant 7 heures, on sera déjà partis depuis 15 min. Je l’ai donc conduit et j’vous raconte même pas comment l’ambiance était tendue. Rentrée à la maison je téléphone enfin, pour m’entendre dire qu’il n’y aura aucun train. Prévenir mon grand, qui me dit qu’il a pris un bus au moins jusque Liège, pour voir si là bas il y aura une correspondance. Et merde. Retour en bus donc, puis 6km à pied pour revenir à la maison, moi les petits potes seront arrivés et donc impossible d’aller le chercher. Puis zut j’en avais pas envie de toute façon, je râle toujours. Je m’assieds 2 minutes pour souffler, un petit café est-ce bien malin dans un tel état de rage. Et je me calme enfin. Stade suivant je culpabilise, je ne vais pas voir mes gamins pendant 3 semaines, ils repartent chez leur père ce soir et vendredi prochain au lieu de revenir ici ils s’en vont aux sports d’hiver. Purée 3 semaines. Et je les quitte sur une prise de tête, avec l’un hier soir (parti dormir ailleurs donc je ne le reverrai pas), et une avec l’autre ce matin. Et ça me donne envie de vomir. Envie de parler à mon amoureux Au moins d’entendre sa voix, qui effacera tout. Prétexte pour lui téléphoner. Mais il n’a pas le temps. Et se fout bien de mes états d’âme. D’ailleurs comment il pourrait savoir ! La question du café se résoud d’elle même, d’un geste maladroit je me retourne toute la tasse sur le jeans. Et là je craque. En larmes, rien ne va je veux que tout s’arrête. Qu’il n’y ait même pas de train ce soir, tant pis. Aller dormir. Et ne plus m’éveiller, trop marre.  7 heures 30. Me calmer. Les petits potes vont arriver. Comme d’hab. derrière le sourire de la taulière, tout planquer.

Permalien Laisser un commentaire

Bien le bonjour les gens !

23 janvier 2008 at 19:52 (Uncategorized)

7 heures 30.  Mon Jimmy (adorable ce matin, ça vaut de le signaler héhé) parti au boulot, mon Tom pas vu because dodo chez sa schtroumpfette, me voilà seule en attendant l’arrivée des petits potes. Seulement 2 à venir aujourd’hui, la journée sera calme. J’ai encore au moins 1 heure avant leur arrivée, donc je viens squatter le pc en me buvant un petit café. Et donc je lis les blogs habituels, ce qui m’inspire tout à coup cet article.
Rituel du matin. Il y a les blogs rigolos parfaits pour débuter la journée, les blogs sincères et vrais qui (m’)imposent le respect, les blogs « vie quotidienne », ceux qui parlent uniquement des enfants (et là j’ai laissé tomber depuis longtemps, à part ceux d Angel et du papa de Sigmund , -dont déjà rien que les titres vous annoncent la couleur bonne humeur-) Parce que oui mais marre hein à la fin, les maman-gâteaux-gaga-mon-bébé-mon-enfant-il-est-le-plus-parfait-le-plus-beau-le-plus-mieux-fait-ouah-depuis-hier-il-sait-faire-des-bulles-avec-les-oreilles, ça va bien un temps mais on se lasse vite hein ma bonne dame. Puis moi j’suis nounou vous savez, et depuis 18 ans déjà alors t’as qu’à voir… 🙂
Donc je disais, les blogs rigolos comme par exemple celui-çi  qui prouve qu’en Suisse z’ont un humour pas pire que le belge, ceux dont je vous ai déjà dit  (ou  pas) mon admiration pour leurs auteures etpicétout rien à ajouter, les blogs vie quotidienne pour sortir un peu de mon quotidien banal, les blogs musicaux dont ma bible , ou celui de mon zhomme -quand il se décide à y venir-, les blogs que je trouve en liens un peu partout, et où je reviens (ou pas, je déteste les blogs dépressifs comment ça vous l’aviez deviné?)….
Bref les blogs. Vaste programme. Vies banales ou pas, virtuelles et pourtant si réelles, les blogs des râleurs adorables des rigolos ou des attendrissants, manière de passer le temps.

Et puis le mien, où je viens vous parler des autres quand je n’ai rien de bien intéressant à y raconter ! 
🙂

Permalien Laisser un commentaire

P’tit café et moral d’acier

22 janvier 2008 at 19:51 (Uncategorized)

C’est pas tous les jours que ça m’arrive, alors je viens raconter  🙂

Levée vers 6 heures et oui, semaine avec mes grands. Et donc scooter-taxi du matin pour conduire Tom à l’arrêt de bus. On a essuyé le dernier crachin de la nuit, et même ça n’a pu entamer ma bonne humeur c’est vous dire. D’ailleurs au retour il ne pleuvait déjà plus. Didiou j’aime ça, sortir de chez moi tôt le matin, passer chercher de l’essence, puis librairie, acheter un pain. Que du banal vous me direz ! Et bien oui. Faire « comme si » je travaillais à l’extérieur. Faire comme tous ces gens qui eux, râlent de devoir faire une halte à la boulangerie ou librairie en partant au boulot, et avec la grêve des bus ma bonne dame pff ça va encore nous en faire des embouteillages et gnagnagna. Je lui souris, m’en fous ma bonne dame moi je rentre chez moi. Ah ben z’en avez de la chance d’être au chômage. Chômage ? Didiou quelle faculté vous avez à « cataloguer » je suis nounou ma bonne dame, je garde des bébés à mon domicile. Bah vous travaillez chez vous donc, c’est ce que je disais. C’est ça pov’ cloche, je travaille chez moi, donc c’est même pas un vrai boulot, allez barre-toi vite tu vas rester coincée dans les embouteillages, tu sais les chauffeurs de bus qui font grêve, encore des pourris !
La pauvre je la plains tiens, ça doit être épuisant de râler ainsi de bon matin sur tout et n’importe quoi. Moi qui croyais que seuls mes ados en étaient capables 🙂
Bonne humeur je vous dis, et je ne sais même pas l’expliquer.
A peine eu le temps de voir mon Jimmy 5 min. avant qu’il ne parte au boulot. Ben tiens quand je parlais de mauvaise humeur…. on va dire que c’est la pleine lune  😉 
Râlez donc tous, moi j’suis invicible et vous me faites rigoler. Les petits potes vont arriver, allez encore un p’tit café !
🙂

Permalien Laisser un commentaire

Arabica et mazurka

21 janvier 2008 at 19:49 (Uncategorized)

Un voyage en train pour un concert inédit et super chouette de mon amoureux vendredi soir,

Une visite hier chez un collectionneur fou de boites en fer et de plaques émaillées. Et les yeux émerveillés de mon zhomme dans la caverne d’Ali Baba,

Des petits moments de bonheur à capturer, et rien d’autre à vous raconter….  🙂

Permalien Laisser un commentaire

Que dire

14 janvier 2008 at 19:48 (Uncategorized)

Depuis tout ce temps, oui que dire….

Et bien une certitude : l’assouplissant ce n’est vraiment pas bon pour les poissons rouges   🙂 En voulant déménager Hector dans un autre aquarium que l’on m’avait donné, bien plus beau, plus grand et muni d’un filtre et pompe à air, celui-là, j’ai failli tuer la pauvre bête. Parce que l’aquarium en question servait depuis longtemps à y ranger des bidons d’assouplissant. Parce que c’te foutue glue bleue, elle colle bien. Puis le dépot est super concentré, à force. Puis quand le filtre en est gorgé, c’est pas simple de bien le nettoyer. Puis quand, sûre de moi et de la longue douche bouillante que je lui ai infligé je mets tout en marche et que je vois un nuage d’eau bleue et moussante encercler le pauvre Hector, je me dis que là, j’ai peut-être pas si bien rincé que ça. 2 jours, le pauvre, il a nagé à l’envers. Puis il a miraculeusement redémarré. On a eu peur, mais finalement on en a bien ri  🙂

Sinon quoi d’autre, ben le principal….! des retrouvailles vendredi soir avec celui que j’Aime. Un week-end surréaliste, où l’on ne s’est pratiquement pas vus. Week-end entier de répet’ de la nouvelle tournée pour lui, et donc samedi j’en ai profité pour rendre visite à ma grand mère puisque j’étais dans le coin, puis après midi de soldes à Namur. Seule, juste décompresser de ces 3 semaines de cauchemar. Me ballader, et finalement ne rien acheter. Trop de monde, la tête à l’envers, c’était pas le jour. Souper seule dans un resto italien avant de rentrer, tard vers la gare où il m’attendait. Repas, puis trajet d’1 heure en train. Fatiguée vidée, lessivée quoi. Mais heureuse d’être dans ses bras. Tellement heureuse. Dimanche aussi surréaliste que le samedi, que tout ce week-end. Assiter aux répets, dans les gradins de la salle. Comme un public et c’était chouette. Dimanche de retour chez moi, et souper dans la taverne de notre premier soir. Euphorique, presque, tant tout ça est inespéré. Soirée au ralenti, télé et juste tendresse. Anesthésiés, comme entre parenthèses. Croire au bonheur, vraiment y croire mais oser à peine le toucher du doigt, comme une bulle. De peur qu’elle n’explose.

Permalien Laisser un commentaire

Verglas du matin, ne tombe pas dans le ravin

8 janvier 2008 at 19:47 (Uncategorized)

7 heures 30, et bonjour les gens ! 10 bons km en scooter-glissade sur le verglas dès 6h45 du mat’ ça réveille je vous le dis ! Ouf mon est grand arrivé à bon port-arrêt de bus, et je viens de rentrer, en zigzaguant mais quand même à temps pour souhaiter une bonne journée à mon jardinier d’autre fils avant qu’il parte au boulot. Vu le froid, sans trop d’enthousiasme le pauvre. Mais de bonne humeur, didiou il m’épate. 🙂 Et qu’est-ce que je viens faire ici si tôt me direz vous? Bah j’en sais trop rien à vrai dire. J’suis passée dans le salon, le pc était allumé… On va dire que j’essaye de me motiver à la journée de fous (de mes 6 adorables petits fous) qui m’attend… Allez encore un p’tit café dans 5 minutes la journée pourra commencer !

Permalien Laisser un commentaire

Il suffit de peu..

8 janvier 2008 at 19:45 (Uncategorized)

Quand c’est la vie qui gagne. Quand un espoir revient, même timidement. Quand je m’enfonce dans les coussins du divan, avec un chocolat chaud et qu’il est presque minuit. Quand je vois enfin le bout du tunnel financier qui m’étranglait. Quand je me remets à croire à Paris en voyant les photos chez Luisa que je lis et aime depuis le début, tellement que je vais la mettre dans mes liens tiens. Quand l’euphorie du souci financier qui s’éloigne me donne des envies d’achats bien remonte-moral, genre cette radio rigolote pour égayer nos petit déj’, ou un appareil photo tant qu’à faire, ben oui pour aller à Paris 🙂 Puis ces Kickers qu’ont pas l’air d’en être, mais zutàlafin ça fait trop longtemps qu’ils me sourient dans la vitrine. Et cette jupe, que j’ai déjà essayé 10 fois, ça y est la 11ème j’oserai. Puis les bottes pour aller avec, obligé j’en ai pas de brunes. Purée à quoi ça tient de faire ses comptes…. ça fait rêver, même si il me faut encore un long mois patienter. Et des achats pour mes grands, enfin pouvoir, quel bonheur. Le nabot, bien assis sur mon épaule, me souffle de penser à remplir ma citerne de mazout, plutôt. Pffft oublie mon gars, le soleil revient…

Permalien Laisser un commentaire

Galette des rois. Moi je suis la reine. Des connes :-)

6 janvier 2008 at 19:42 (Uncategorized)

Un week-end entier dans ma bulle. Phase II à fond. Ne pas mettre le nez dehors, sauf hier pour les courses obligatoires. Seule, mes grands en vadrouille, un pour les soldes l’autre chez sa schtroumpfette. Seule et c’était voulu, pardon mon S., pardon frangin, aussi. Seule même pour le souper, et c’était mieux, au fond. Plat surgelé et télé, comme toute la semaine écoulée. Et hier, pour une fois un programme que j’ai bien aimé. Une pièce de théatre jouée en direct. Line Renaud et Muriel Robin seules en scène. Je m’y collais un peu à regrets, vu la pauvreté des autres programmes, et j’ai bien fait ! Hop encore une soirée de passée. Traîner devant la télé, jusqu’à l’attaque de Morphée, puis dans mon lit m’écrouler. Dimanche de phase II annoncé, heureusement mes grands seront là, galette des rois et délicieux souper. Puis un baby sitting ma foi bien tombé, avec mon petit pote préféré. Vu l’état de mes finances, je ne vais pas refuser. La tête sous l’eau, bruits lointains et anesthésiés.   Anesthésiée.

Permalien Laisser un commentaire

Phase II

6 janvier 2008 at 19:41 (Uncategorized)

Après la phase I, sourire, bouger, brasser beaucoup d’air pour faire croire que oui je vais bien ne t’en fais pas, voici la II, ou la vie au ralenti. Je m’emmitoufle, je m’enterre. Je m’enfuis. Etrangère au monde qui m’entoure. Comme quand tu es à la piscine et que, la tête sous l’eau, tu ne captes rien d’autre que des bruits déformés et tellement lointains. Plus aucun poids, ni dans le coeur ni sur l’estomac, tu flottes. Je survis. Heureusement mes enfants sont là cette semaine, et eux sont mes bouées. Sans en parler, sans rien demander, respect. J’évite mes amis, les proches qui eux, voudraient à tous les coups questionner. Laissez moi recoudre la plaie béante, sinon tout le sang s’écoulera. Laissez moi guérir seule. Personne ne peut m’aider. Sauf. Toutes mes mains tendues me sont revenues, comme autant de gifles. A vouloir me -nous- sauver j’ai tout foiré. Eviter tout le monde, surtout ne pas parler, rien ne vous regarde. Rien. Mais avoir envie de hurler ma douleur au monde entier. Paradoxe hein. J’aimerais tant qu’on m’aide. Mais je n’attends qu’une main. Les autres barrez vous, sinon gare aux gifles. Rien n’est clair? Tant pis. C’est pas pour vous pour moi que j’écris.

Permalien Laisser un commentaire

Good news !

4 janvier 2008 at 19:38 (Uncategorized)

Yes, une bonne nouvelle pour une fois qui nous arrive des Etats-Unis : Le jeune sénateur noir de l’Illinois Barack Obama, 46 ansa remporté jeudi les caucus démocrates dans l’Iowa, infligeant un sérieux revers à Hillary Clinton, tandis que l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee gagnait du côté républicain. Alors moi, démocrate ou républicain j’en ai rien à faire, c’est pas ça la bonne nouvelle ! La bonne nouvelle c’est que le sénateur Obama est un homme de couleur. Et que ça le ferait n’est-ce pas les gens, s’il devenait le nouveau président !!!  🙂

La 2ème bonne nouvelle, c’est que cette saleté de rallye Paris-Dakar est officiellement annulée ! Mouais bon elle ne l’est que pour raison de sécurité mais on ne va pas ergoter hein, y’aura pas de Paris-Dakar cette année et moi ça me va tout à fait !

Bah quand l’année démarre aussi mal, autant pêcher les bonnes nouvelles dans l’info, pour une fois qu’il y en a !

Permalien Laisser un commentaire

(Re)voir Paris

2 janvier 2008 at 19:35 (Uncategorized)

Dimanche, quand Jimmy a été parti et que je me suis lamentablement écroulée dans le divan, en allumant la télé j’ai découvert qu « Amélie Poulain » débutait à l’instant, et je n’en ai pas perdu une miette. Paris Paris p’tain de souvenir…. Montmartre…

Hier, en allumant le pc, l’info sur ma page d’accueil était « des milliers de personnes pour fêter l’an neuf sur les Champs-Elysées ». Avec photo. Purée il y a 2 ans…..

Ce matin, en lisant un blog ami, le titre du dernier article était « mon réveillon à Paris ». Ca y est, je fonds en larmes.

Dur, merde c’que c’est dur. Bah dès que mes finances me le permettront j’y retournerai, à Paris ! C’est une promesse. Un but. Me recréer de nouveaux souvenirs. Seule. Pour essayer d’effacer les autres. Ceux qui là, maintenant, me détruisent.

Permalien Laisser un commentaire

Bonne année, qu’ils disaient

2 janvier 2008 at 19:33 (Uncategorized)

Mercredi 2 janvier. 7 heures du mat’, j’attends les petits potes sans aucun courage. Peu dormi, larmes et froid. Que j’vous parle de mon réveillon? Rien à en dire. Courte soirée télé et plat surgelé. Sommeil léger entrecoupé par les p’tin de sms meilleursvoeuxamourbonheur qui ont bien aidé à m’achever. Gsm ouvert, obligé, mes grands en vadrouille non loin, et leurs copains qui devaient peut-être revenir loger. Lits de fortune, couettes et oreillers, j’avais tout préparé. Restait à attendre qu’on me prévienne si oui ou non les logeurs viendraient ou pas. Et en attendant, juste essayer de dormir. Pas penser. P’tin de pêtards c’est quand que ça va s’arrêter. Pas de copains-logeurs en vue, juste mon Jimmy de rentré. 7 heures 30 t’as fait fort gamin. Ouf je peux enfin dormir tranquille. Au moins 3 heures un luxe j’vous dis. Journée pourrie, pas grave les gens, bonne année ! La soirée s’annonce mal, je m’offrirai un ciné. Pour éviter de m’écrouler. Film sur Dylan, ou bien l’avant première du mardi, qui me tente bien. Je déciderai sur place. En tout cas ne pas rester seule ici, impossible. Le croyez vous, j’ai pas osé bouger. On ne sait jamais……….. Et bien raté, seule je suis, seule je resterai ! Putain de soirée………..

Permalien Laisser un commentaire