Des éclairs, et pas au chocolat !

30 mai 2008 at 09:22 (Uncategorized)

Et donc hier matin nous fûmes éveillés par un violent orage dès 5 heures 30 du matin. Et bien les gens, je n’avais jamais vu d’orage aussi déchaîné ! Il a plu, aussi fort que dans un film de série B, vous savez lorsque l’on a l’impression que les techniciens balancent carrément des seaux d’eau pour faire croire à une grosse pluie 🙂
Et il a plu durant près de 5 heures. L’équivalent de précipitations d’un mois, paraît-il. Et des grelons, énormes. Et des éclairs impressionants. Et il faisait noir. Bref j’aime pas les orages, et là j’ai été servie !
J’ai l’habitude de dire en riant que quand là où j’habite on aura des inondations, c’est que ça sera la fin du monde (vu que j’habite sur les hauteurs du village)
Et bien alors les gens, c’est la fin du monde 🙂
10 cm d’eau dans la cave, par infiltration dans le sol des pluies qui ne savaient pas s’évacuer de la cour. Rien de grave, au vu des dégats impressionnants dans toute la région ! Routes et voitures emportées, maisons noyées dans la boue… vraiment je ne me plains pas du tout… J’espère juste que la circulation des trains sera rétablie d’ici à ce soir, quand je m’embarquerai vers chez mon amour.
En attendant, histoire de m’occuper l’esprit j’ai plongé sur les traces de Léonard de Vinci, j’ai passé le temps de la sieste des petits potes à lire et corriger le T.F.E. de mon grand, et à lui renvoyer page par page via msn. Facile, y’avait pratiquement pas de fautes. Je viens de terminer, puis je passe faire un petit tour par ici.. Didiou j’ai tant de choses à dire, tant de cailloux à jeter de mes poches, et au lieu de ça je fais un compte rendu idiot de l’orage….
Mais je suis trop superstitieuse, on va dire ça, je repasserai délester ma poche du roc qui me cloue au sol quand il ne sera plus qu’un mauvais souvenir…
Bon week-end les gens, pour moi ça sera auprès de Lui, plein de tendresse, et purée c’que j’en ai besoin. Puis concert demain, aussi.

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Un jour j’prendrai mon baluchon

28 mai 2008 at 09:18 (Uncategorized)

Et donc nous voilà déjà à mercredi. Journée au calme, avec seulement 3 petits potes. Ca va me changer de ma journée de fous hier où ils étaient le double, ah les aléas de dépannage et de changements de jour de garde… Aujourd’hui je vais me croire presque en vacances, seulement 3 ! Et des p’tits sympas, en plus, heureusement car j’suis pas loin de craquer, là. 
Drôle de début de semaine, avec mon grand qui déserte « ma » semaine, chez son père pour pouvoir y travailler au calme et sur un pc « performant ». Avec mon Jimmy qui est malade et qui dort presque toute la journée. Avec mon zhomme au loin, loin de ma vie et de mes petits soucis. Avec mon compte en banque tellement dans le rouge qu’il me donne la nausée. Avec… avec rien de bon, quoi.
Envie d’une vraie vie. Ou de m’enfuir. De Toscane ou champs de lavande. Oui je sais, le compte en banque…..
Et merde.

Permalien Laisser un commentaire

Vu de l’intérieur..

26 mai 2008 at 09:16 (Uncategorized)

Et donc le week-end s’est bien passé. Super bien, d’ailleurs. Samedi il faisait très beau quand je suis partie pour mon heure de marche afin de rejoindre la gare. Et le voyage en train, ben oui j’adore toujours autant ça. 17 heures 15, j’arrive enfin à destination, et je me rue vers la place où aura lieu le concert. Normalement c’est l’heure des balances. Il fait toujours beau, on va faire la nique à la pluie j’en suis sûre. J’arrive, et au loin je vois mon zhomme, sur la scène. Je me faufile derrière les barrières nadar, je grimpe dire bonjour à tout le monde. Je tombe dans ses bras. Résonne une phrase -habituelle- « ah mince elle est déjà là, les gars on ne fera plus rien de lui c’est foutu ». Toi j’te déteste, je dis au géant aux dreads tout en lui faisant un bisou. Tout le monde sourit, équipe de fous. Je m’éclipse pour les laisser répéter. Fête du Maitrank, boisson locale. Y’en a à tous les coins de rue. Moi j’ai faim, hop une boulangerie, je reviens faire un petit coucou à mon homme puis je vais faire un peu les boutiques. Raisonnable hein. Ben oui, j’ai déjà acheté un super top en broderie avant de prendre le train. Incorrigible oui je sais, puis j’aime ça. Mais fauchée, aussi hihi. Donc pas de nouvelles fringues en plus ! Mais un parfum, ben oui, là j’ai une bonne excuse je n’en ai presque plus ! Une parfumerie, tiens donc hop entrons.. Lolita Lempicka, ma petite pomme mauve est presque vide. Mais j’ai entendu parler d’une autre pomme, nouvelle celle-là. J’essaye, j’hésite, je veux rester fidèle au parfum que je mets depuis des années. Mais à force, je ne le sens plus, autant me laisser influencer par la vendeuse, on reste dans la marque, le nouveau n’est pas très éloigné de l’autre. Je craque. Et hop bienvenue la petite pomme, jaune cette fois. Je retourne vers la scène, montrer ma trouvaille à mon chanteur adoré. Il aime. Moi je regrette déjà, mais bon. C’est tout moi, ça ahlàlà.
Les balances sont presque terminées, on va voir les loges, y conduire les fringues de scène. Pas une seule minute à deux, tant pis. On fonce direct au resto, table réservée pour 10.  Resto italien. Sympa, et merde à mon régime j’en ai marre des special K   🙂
Ensuite le groupe repart aux loges, discussions techniques je m’éclipse et je vais rejoindre la troupe de fans qui arrive petit à petit. On se colle devant la scène, moi un peu sur la gauche. Comme toujours. Stress, c’est seulement la 3ème fois qu’ils jouent la nouvelle tournée. Et là c’est dans leur coin. Dans la ville natale de mon amour en plus, faut que tout soit parfait. Il m’envoie un sms, bisous je t’aime je suis prêt je viens de me changer. Juste synchro, quand je lui en écrivais un moi aussi. Rigolo. Tout ira bien, moi je le sais. La place se remplit, bientôt noire de monde. Pas encore trop imbibé de maitrank, le monde. Tout le monde est sympa, tout le monde vient pour s’amuser, tout le monde sait que ça sera une chouette soirée. 21 heures 30, ils arrivent derrière la scène. Il m’envoie un bisou avant d’y monter. Dès leur entrée, c’est la folie. Pari gagné, public conquis d’avance. 2 heures de concert, 2 heures de folie. Et pas de pluie ! Longue séance de dédicaces au stand du marchandising,  les groupies pot de colle ne m’énervent même plus. Ravie, contente d’avoir dépassé ce stade. C’est à moi qu’il sourit dès qu’il en a le temps. C’est vers moi qu’il s’éclipse quand ça se calme un peu. Je regarde le feu d’artifice comme tout le monde, même si je n’aime pas ça. Puis il me rejoint pour le bouquet final. Je chante, je ris, je fais l’andouille avec une fan d’Indo en entendant une de leurs chansons. Tout le monde est sympa. On revient à la voiture, on charge les instruments, on discute encore un peu, à l’abri de la pluie qui vient d’oser se montrer. Puis on rentre chez lui, douce nuit. Sans stress en plus, mon Jimmy n’était pas en guindaille. Après la grasse matinée, il faut m’en aller. Et nom de dieu je déteste toujours autant les au revoir sur un quai.
L’après-midi en train s’est tout de même bien passée, l’heure de marche ensuite, un peu moins je suis presque remontée à cloche-pied. Admirez le jeu de mots, en parlant de cloche, 2 je m’en suis payé ! Vous me connaissez je ne fais pas les choses à moitié.. Mais le soir je retrouverai mes zouaves et leurs schtroumpfettes respectives, un bonheur. Mon grand, pas revu depuis son retour d’Angleterre, je respire enfin. Je leur fais un délicieux repas, tout est sympa. Du bonheur, quoi.
Pourquoi je vous ai raconté tout cela, ben tiens je me le demande..  J’arrivais ici sans trop savoir ce que j’allais raconter, comme d’habitude. Vous dire que bien sûr, le concert s’était bien passé. Comme d’habitude aussi, j’écris vite, sans me relire, comme je parlerais. Et je parle trop, ça tout le monde le sait 😉
Bah comme cela vous savez un peu de cette partie de ma vie, ce que je fais de mes week-ends de « femme de » -pas de groupie-.  Là je passais, puis j’avais envie de le partager..
Et non, pour info je n’ai pas bu de Maitrank, tenez vous le pour dit moi jamais on ne me verra bourrée…  

Permalien Laisser un commentaire

Arithmétique

23 mai 2008 at 09:15 (Uncategorized)

Ce matin, départ de mon zhomme vers la Belgique-sud. Son chez lui, quoi. Ce soir, retour de mes grands vers mes pénates. Leur maison à mi-temps, quoi. 1/2 vie + 1/2 vie = la vie. 1 mi-temps +1 mi-temps = 1 temps plein. Enfin on essaye. Puis finalement on réussit.
Mais bon, parfois les habitudes se bousculent. Comme mon grand qui va rester chez son père cette semaine, pour finaliser son travail de fin d’études. Mon ordi est trop vieux et trop lent il paraît. Pff.
Et je disais donc, parfois les habitudes se bousculent dans le « bon » sens, comme demain quand je vais aller rejoindre l’homme en Belgique sud, où il sera en concert. Encore une big fiesta, en plein air faudra juste qu’il ne pleuve pas.
6 km à pied pour rejoindre la gare, 2 heures 30 de train, pour arriver juste avant les balances, pouvoir me balader un peu en ville avec lui, aller boire un petit café chez sa maman, puis s’isoler un peu ou aller manger avant le concert. Pour rire et danser avec la troupe de fans, le voir heureux sur scène. Passer une nuit tout contre lui, puis dès le lendemain refaire le trajet inverse, train et marche à pied. Juste pour quelques heures de gagnées, de volées à l’absence. Si ça c’est pas de l’amour hein  🙂
2 demi-moi. L’une qui s’amuse et qui est heureuse d’être près de Lui, l’autre qui culpabilise de laisser mon Jimmy seul -alors que lui n’en n’a rien à faire-, et qui s’inquiète de sa guindaille du samedi soir. 
Et finalement, ben 2 fois 1 demi-bonheur, même quand on s’applique ça n’en fait jamais un entier….

Permalien Laisser un commentaire

Laisse couler (le café)

19 mai 2008 at 09:14 (Uncategorized)

Yep les gens me voilà de retour après ce week-end bien occupé
Et il n’y a pas que moi, puisque mon grand est lui aussi revenu de ses périgrinations touristiques, fatigué mais heureux, comme on pouvait l’imaginer. (et entier! -comment ça vous le saviez?-)
Moi je dis vive les études de tourisme, surtout quand elles sont terminées 🙂
Bref, à part cela, tout va.
Vendredi de voyage en train habituel pour rejoindre mon zhomme là-bas chez lui, et samedi il était en concert à l’autre bout du pays. De retour tard dans la nuit, après les 2 heures 30 de trajet en minibus -quelle andouille de n’avoir pas pensé aux oreillers- Mais quel bonheur de suivre mon amoureux en tournée..
Dimanche, autre concert de prévu, avec un nouveau spectacle. Et didiou comme je me réjouissais. Dans une fête d’école, après-midi sympa. Mouais. Mais arrivés sur place, avec le décor, les costumes, notre enthousiasme et toute notre bonne volonté….à l’eau tout ça est tombé ! Pas de sono. Pas-de-so-no. Vous le croyez ça ! Oublié, mal prévu, mal organisé, c’est pas moi c’est lui.. Bref, loupé. Gn.
De quoi râler. Etre déçu, en tout cas. Mais mon amoureux lui, sait garder le sourire, quoi qu’il arrive il positive. Positivons donc, cela nous aura donné l’occasion d’un petit repas du soir chez lui, à deux, avant de regagner mes pénates. Pour une douce fin de soirée…
Et là je l’entends se lever, bisous et p’tit café…
🙂

Permalien Laisser un commentaire

Gn.

14 mai 2008 at 09:12 (Uncategorized)

Mercredi. Et avec ce lundi férié, je me crois à mardi. Pouartant hier c’était bien mardi, tu parles que je le sais puisque c’était le jour où mon grand rentrait d’Italie. Fatigué, mais entier.  🙂
Je ne vous raconte même pas mon bonheur. Repas du soir avec mes 2 gamins et leurs schtroumpfettes. Juste du bonheur a préserver.
Mais bonheur de courte durée. Parce que ce soir le pigeon voyageur s’en repart pour l’Angleterre jusqu’à lundi. Mission : jouer les touristes pour un de ses copains de classe, et aller vérifer que tout son T.F.E. à lui est réussi. Avec un sujet surprise, mais « un concept révolutionnaire », selon son auteur. Mouais. Tom tu viens avec moi on va refaire tout le périple, dis moi juste si tu n’es pas sujet au vertige, et si tu n’as pas le mal de mer, qu’il a dit le copain. Tous frais payés par ses parents, évidemment. Hotel, Eurostar, visites, excursions etc. Re-mouais. Tu penses que mon zouave n’allait pas refuser une aubaine pareille !
Et moi il ne me reste qu’à prier les fées pour que cette fois encore, il revienne entier.
Etudes de tourisme. Haute école ceci-cela. Vingt dieux je la déteste toujours autant. Et ça ne me soulage toujours pas plus de vous le redire….

Permalien Laisser un commentaire

Beautiful day – part II

13 mai 2008 at 09:10 (Uncategorized)

Car hier était pareil à dimanche. Je n’ai fait que lézarder au soleil avec un bouquin, regarder pousser mes fleurs, rêver, me balader….
Et oui les gens, dans ma petite cour inondée de soleil, bien installée, j’ai bien bronzé 🙂 En lisant, en grignotant des olives ou parfois du chocolat (pas en même temps hein, pas dingo à ce point là). En écoutant aussi les conversations chez ma voisine qui recevait ses enfants pour leur visite annuelle, camarades bourgeois, pisse-froid et ne causant que de la bourse, des coins si pittoresques découverts en venant comme c’est amusant de venir à la cambrousse campagne chère Mamy!  vantant leur banlieue bourgeoise de Bruxelles bien plus commode qu’ici ,  leur tennis où il fait décidément trop chaud pour y jouer.. heureusement que nous avons une piscine sinon comment ferait-on pour survivre par cette chaleur, d’ailleurs ici il fait étouffant…  Prout ma chère en veux-tu en voilà m’ont bien fait marrer ces zouaves là. Vingt dieux dans mon petit chez moi je suis mille fois plus heureuse qu’eux je crois  🙂
Bref passons hein les gens. Mais c’est vrai qu’il faisait chaud, et une fois mon Jimmy et sa schtroumpfette partis se baigner (yep nous on n’a qu’une carrière désafectée mais c’est drôlement mieux), moi je suis partie faire une super longue balade… en scooter. Près de 2 heures, et ça m’a fait un bien fou. A rouler lentement, en m’arrêtant parfois, juste pour profiter des paysages magnifiques du haut de la vallée. Un peu comme si je faisais la randonnée en vélo. Mais sans pédaler, quoi. Mon petit luxe à moi  🙂 
Des nouvelles de mon grand, impatient de rentrer. Tiens il est temps pour moi aussi, ça fait 1 heure que je roule. Autre route, autres paysages, l’ancienne épicerie tenue par ma mère quand j’étais ado, des souvenirs, pff plein de nouvelles maisons, je prolonge mon périple, ah tiens j’avais oublié w-e de pentecôte, et fête foraine bien animée. Bon il est l’heure de regagner mes pénates, vers 20 heures un barbecue à préparer pour les nageurs fous qui rentreront, sûrement bien affamés.
Une chouette journée, une belle soirée…. Là ce matin j’attends que les petits potes soient arrivés… autre façon de s’occuper !   

Permalien Laisser un commentaire

Un jour parfait

11 mai 2008 at 09:09 (Uncategorized)

Alors là, plus que parfait, héhé.
A savoir un temps magnifique déjà au lever, soleil ciel bleu et encore soleil ça n’annonce que du bonheur.
Ensuite un long sms venu d’Italie, un « bonne fête petite maman » qui m’inonde les yeux, enfin un peu..
Mon Jimmy qui émerge ensuite, hello m’man bonne fête ! Pas de cadeau hein puisqu’il n’avait pas su attendre et que la distribution de cadeaux, le joli bracelet en argent, le gros bouquet de fleurs -et même ce joli sac de hippie comme il dit-, avait débuté vendredi 🙂
Qu’est-ce qu’on va faire aujourd’hui? Il me demande. Rien. R-I-E-N. Vacances !
Journée farniente, à faire le lézard au soleil avec mon bouquin préféré, lu et relu oui mais on s’en fout, je l’aime tant que j’y retourne à chaque fois. Une tradition, mon livre de l’été, celui qui sert à lézarder et à rêver. Et comme depuis 10 jours, Mai se croit en été…
Journée à jouer aussi un peu au scooter-taxi, pour mon poisson de fils qui va nager dans une carrière désaffectée non loin de notre ancienne maison. Un jour je vous raconterai. Ben tiens pourquoi pas maintenant 🙂
Mon village « d’avant » -en fait une voie sans issue-, 15 maisons à tout casser, 2 petites places en « U » le long de la seule rue, des bancs où l’on se retrouvait les soirs d’été, une fontaine, le tout perché sur un rocher. Et donc au bout de la rue, un précipice de 80 mètres. Et au fond du précipice, une ancienne carrière maintenant désafectée, et au fil du temps remplie à moitié d’eau. Rachetée par une association ornithologique et les habitants du hameau, parce qu’elle était en vente, et que les seuls amateurs voulaient soit la remettre en activité, soit en faire un camp de vacances hollandais, soit un dépotoir de matières non-organiques. Et donc voilà la petite carrière transformée en réserve naturelle protégée et privée. Et chaque co-propriétaire possède 10 cartes y donnant accès. Et donc dès les beaux jours, les jeunes, et les moins jeunes, s’y rendent pour nager, ou juste faire bronzette sur la petite plage d’herbes sauvages. Et donc vous avez compris que mon Jimmy y est abonné, et qu’il y nage presque chaque jour depuis une semaine et même après le boulot -alors que l’eau n’était encore qu’à 15°!-
Et donc hier je l’ai conduit là bas pour lui éviter 1/2heure de marche. Puis j’en ai profité pour bouger un peu, rejoindre le « vrai » village à 5 km de là, acheter un pain et un gateau, passer chez le glacier et aller manger ma crème glacée au bord de la rivière. Il y avait tant de monde dans ce village touristique que je me suis crue en vacances quelque part dans le sud. Passer devant la terrasse de la pizzeria si animée, fermer les yeux et rêver, juste un peu. Puis rentrer, passer ici, juste pour vous narrer mon petit bonheur du jour, et ensuite j’irai reprendre mon bouquin, et attendre le sms du nageur fou qui me demandera d’aller le rechercher.
Ce soir aller dans ce festival rock-reggae en plein air et dans les bois, ça ne peut qu’être sympa..
Pas de repas à préparer, c’est quand même super de jouer à être en vacances ! On a petit-déjeuné tard, on mangera du gateau fin d’après midi avec Jimmy et sa schtroumpfette, eux partiront plus tôt que moi au festival, avec leurs copains, et mangeront sur place. Moi je lézarderai, je flânerai, je me réchaufferai une lasagne vite fait… Chronique d’un jour parfait…. 🙂

Ah oui j’oubliais, bonne fête à toutes les mamans ! Sauf à la mienne, évidemment.

Permalien Laisser un commentaire

Rat des villes et rat des champs

9 mai 2008 at 09:07 (Uncategorized)

C’est beau un ville, la nuit le soir. Quand on décide d’aller s’y promener, au lieu de passer une simple soirée-télé. Quand on est deux, main dans la main à l’heure où les boutiques s’apprêtent à fermer. Traîner, regarder toutes les vitrines, aller vérifer, -on ne sait jamais que ça aurait changé- que malheureusement le concert de monsieur Pierre Perret que l’on devait voir dimanche est toujours annulé. Puis au même moment voir mon gsm vibrer et sourire bêtement, soulagée d’un coup de fil venu d’Italie, bonheur d’entendre mon grand, enfin souffler, et profiter pleinement de la soirée. Entrer dans ce resto italien qui est un jardin, et se manger des yeux aussi, autant que l’on peut. Ou se faufiler entre les terrasses des ruelles piétonnes du Carré, ce quartier de Liège haut en couleurs qui me fait si peur quand ce sont mes grands qui y font une virée. Pourtant jamais, quand moi j’y étais seule, la ville ne m’a effrayé. Je l’aime, j’ai toujours aimé y flâner. Seule, et souvent jusqu’à l’heure du dernier bus, parmi la faune qui arrive pour fêter la nuit. A m’y faire un ciné, ou à y traîner le samedi pour faire du shopping ou plutôt mon sport préféré, à savoir essayer des tas de fringues pour presque jamais ne rien acheter. A m’asseoir sur un banc juste pour regarder les passants, jeter des miettes aux pigeons puis faire semblant de les dégommer en souriant, clichés me direz-vous ben oui, et j’adorais ça. Manger des glaces ou des gaufres noyées de chocolat chaud, flâner flâner et encore flâner. Et jamais à une terrasse, non. Toujours sur un banc ou n’importe où l’on peut s’asseoir et regarder les gens en souriant bêtement.
Je ne me souviens plus depuis combien de temps cela ne m’est plus arrivé, -au moins 3 ans!- car en ville j’y suis toujours accompagnée de mon grand schtroumpf, et si c’est pour y flâner et si ça me plaît autant, c’est évidemment quand même tout différent. Et donc hier soir j’ai retrouvé mes habitudes d’avant. Ou plutôt d’après séparation. De soirées, d’après-midi de solitude à combler. Et être moi, enfin moi, faire ce que j’aimais. Liberté.
Et là nous étions deux, main dans la main, z’avez compris que je parle de mon amoureux. Toute une soirée à flâner, à parler, à regarder les gens, à rire, manger une glace ou jouer les amoureux des bancs publics. Juste du bonheur qu’Il soit pareil à moi, mon double, ou ma moitié. Retrouver mes petits bonheurs d’avant, intacts, et savoir qu’on les partage, un bonheur simple mais quel bonheur. Une simple soirée. Mais j’ai adoré.
Ce matin il vient de repartir là au loin. Une semaine pff, tu penseras à moi hein. T’es sotte, ben oui va que je penserai à toi, tu es tout le temps avec moi. Lui sourire, parce que je sais qu’il dit vrai. Attendre le sms qui me dira qu’il est bien arrivé. Et re-changer de vie, pour une semaine, l’autre mi-temps. Engueuler mon Jimmy qui me dit qu’il a loupé le deuxième train à prendre pour l’école, qu’il va rester en ville , -là même où hier je flânais-  puis qu’il reviendra près de moi, tant pis pour l’école pour une fois hein maman, râle pas stp râle pas, sourire au téléphone en l’entendant me dire qu’il marche, en attendant que les boutiques ouvrent, et qu’il aime ça, la ville endormie, vingt dieux il est juste pareil à moi, ce môme est dingue est c’est le mien, les chats ne font pas des chiens hein….
Puis lui faire croire que j’ai cédé en l’entendant dire, tu vois tite maman ça tombe bien dimanche c’est la fête des mères je vais en profiter…  Sms : « Grrr va plutôt aux cours, même en retard didju » juste pour la forme, et mon autorité nonmého ! Puis immédiatement il m’appelle « ha même dans l’intonation de tes sms m’man t’es un vraie dingo je t’adore. Je reviens près de toi dès que j’ai trouvé ton cadeau, à tantôt pfiou ça coûte cher de te téléphoner » Allez va profite sale gosse, tu sais que je peux tout te passer, profite de cette belle journée la vie est trop belle pour s’enfermer….

Permalien Laisser un commentaire

C’est pas des jérémiades. Et c’est pas du pipeau

8 mai 2008 at 09:06 (Uncategorized)

Non, pas de jérémiades, enfin je pense. Parce que je ne sais pas trop comment je me sens, vide on va dire. Je « flotte ». Je surnage, partagée entre des bouffées d’angoisses que j’étouffe dans l’oeuf, et des fous rires pour des riens, des larmes qui me montent au yeux de temps en temps, ou juste la joie de voir ce grand ciel bleu. Dire qu’il existe sûrement des mamans qui ne s’inquièteraient pas ! Comme j’aimerais parfois en faire partie. Non, à la place de cela comme une cruche je suis pas à pas l’itinéraire que mon grand m’a laissé, là il prend le train, là il visite ceci ou cela, à cette heure il doit avoir rejoint la ville suivante….
Et je maudis mon gsm qui comme par hasard depuis 2 jours est en panne de toutes sonneries. Je le consulte 100 fois par jour en attendant un appel, ou le sms du soir qui me dit que tout est ok « t’inquiète pas hein maman », qu’il est à l’auberge. Et je peux respirer, ouf la journée est passée, et il ne bougera plus d’ici demain. Une nuit de répit. Juste peuplée de cauchemars, il paraît que c’est sain , et que les angoisses doivent s’exprimer, s’extérioriser. Ben merci bien j’peux vous dire, elles s’expriment   🙂
Heureusement depuis hier soir mon amour est revenu, et à 2 c’est forcément mieux.
Mince j’avais dit pas de jérémiades. Mais tôt ce matin je lis un blog, puis un autre, et vlan. Luisasi parle de son lieu de vie, et je me revois dans mon quartier, mon petit hameau perdu que j’ai tant aimé. Puis Boulu parle de l’enfance, de fêtes d’anniversaires, de genoux écorchés et de balançoires. Décidément tout me ramène à mes gamins. A l’enfance qui s’en va. La leur, qui s’est barrée. Et à cette p*tin de page si difficile à tourner.
Tiens je m’en vais écouter m’sieur Renaud, « C’est pas du pipeau »

Permalien Laisser un commentaire

J’aurais préféré que le signor Da Vinci fut belge :-)

6 mai 2008 at 09:05 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens, par ce grand beau temps !
Je vais mieux, il fait beau, et donc la vie est belle. Enfin presque.
Car en ce moment, mon grand est en route pour l’Italie. Et donc vous devinez comment je me sens.
T.F.E. oblige (travail de fin d’étude). Il a choisi comme thème « Léonard de Vinci ». Et comme il fait des études de tourisme, le but est d’organiser complètement un voyage sur les traces du grand homme. Et d’aller vérifier sur place si tout est ok, photos, visites etc. Et même un vol en mongolfière, c’est vous dire. Et donc le voilà parti en car, (pour 24 heures de trajet. gn.) vers Rome, Florence, Vinci, Venise, Milan. 6 jours sur place pour tout faire, avec le train comme moyen de locomotion entre chaque ville. Pas de tout repos tout ça, pauvre Loulou. Didiou « Liège, sur les traces de Georges Simenon » c’était bien aussi comme sujet, je trouve  🙂
Comment je me sens? …Est-ce que cela sert à quelque chose que je vous le dise? Morte d’inquiétude de le savoir seul là-bas. Seul, vous vous rendez compte ! Je maudis cette école tiens. Et ça me soulage à peine de vous le dire.
Bref, à mon avis vous n’avez pas fini de lire mes jérémiades durant la semaine qui arrive  🙂

Heureusement c’est la semaine avec mon homme. Heureusement il était là pour me prendre dans ses bras hier quand j’ai fondu en larmes en voyant partir mon Thomas. Il est reparti ce matin là bas chez lui pour le boulot, mais heureusement il revient demain soir. Il n’arrivera rien. Il me l’a fermement dit. Ce sont les paroles qu’il fallait, juste au bon moment. Et je vais m’efforcer d’y croire…

Mon amour. Ma tendresse. Lui. Nous. Notre bulle.

Notre merveilleux week-end. Pas de concerts cette fois. Mon voyage en train vendredi, interminable tant j’avais hâte d’être près de Lui. Notre samedi ensoleillé à Namur, pour ce chouette festival des arts forains, des spectacles de la rue. Notre dimanche sur ce grand marché aux puces dans sa ville natale, grand soleil et ciel bleu, nos trouvailles nos trésors de vieilles boites en fer et nos fous rires, notre week-end main dans la main. Notre journée d’hier, pas simple avec un nouveau petit pote qui pleurait beaucoup, et son sourire, sa gentillesse et sa voix calme pour le consoler quand moi j’abandonnais, trop stressée, trop triste ou trop surrévoltée du départ de mon grand. Lui, nous. Nos paroles semblables parfaitement synchro sans se concerter, notre complicité, notre folie, aussi.
Nous, quoi. Indéfectiblement nous.

Permalien Laisser un commentaire

Le hamster dégonfle / Opération tornade blanche réussie

2 mai 2008 at 09:02 (Uncategorized)

Opération commando-ménagite aiguë, plutôt !    🙂
Parce que je sais pas vous, mais moi l’ibuprofen c’est comme le taureau rouge, ça me donne des ailes  🙂
Et donc de complètement raplapla, je passe au stade de tornade blanche incontrolable dès que ce médoc-miracle agit (aidé de pas mal de potes, mais bon je pense que c’est lui le coupable). Et donc hier, dans les quelques heures de répit, j’ai retourné la maison, tout nettoyé, repassé une tonne de linge au moins, et puis comme ça ne suffisait pas encore, je me suis mise en tête de repeindre le radiateur de la salle à manger, plein d’éclats de couleur partis avec les jeux des petits, fallait y remédier non qu’est ce que vous en pensez 🙂

Et donc j’avais acheté un petit pot de couleur, que je pensais être de la meme teinte que celle existant déjà. (jaune maïs pour info). Et me voilà en route avec mon pinceau, hop hop hop rien de plus simple. Allez il me reste de la couleur, je vais combler aussi les petits éclats faits sur l’intérieur de la porte, le chambranle, ni vu ni connu ça roule.

Mouais. Ca roulait, du moins jusqu’à ce que la couleur soit sêche…. beaucoup plus claire que le reste. Gn.

Pas grave, 18heures il ne fait pas encore noir, je m’y recolle, je repeins les chambranles de la porte, tiens tant qu’à faire je fais l’appui de fenêtre, je change les rideaux et les remplace par ces petits brise-vue magnifiques que j’avais fait au crochet, hop hop un petit éclat sur le montant de la fenêtre, un peu de couleur ni vu ni connnu là on ne verra pas la différence, puisqu’il y a contre jour.

Ben ce matin les gens, c’est la cata. A la lumière du jour et grand soleil, une catastrophe je vous dis. Tout est à refaire, il faudra au moins une couche de plus sur le tout. Si pas 2. Andouille je suis, andouille je resterai  🙂
Surtout que je n’ai plus assez de couleur, et qu’en attendant c’est une vraie horreur 🙂
J’entends déjà les moqueries de mon frangin le maniaque, qui va débarquer vers midi pour m’apporter le muguet porte-bonheur-de-mes-2 du 1er mai. Oui je sais c’était hier, et il devait venir hier……. mais en voyant vers 22h qu’il n’était pas encore arrivé, un petit coup de fil et je l’ai réveillé ! Il dormait dans son bain, « je viendrai demain »
Donc je l’attends, prête à me prendre ses gentilles moqueries, tits cafés et chocolat je l’attends de pied ferme ! Tout ça c’est pas ma faute d’ailleurs, c’est l’Ibuprofen.
Ensuite après midi je m’en irai faire les courses pour mon Tom, qui est en stage (et de nuit pour l’instant) jusque dimanche, puis qui s’en va lundi en Italie pour son T.F.E., et qui n’a évidemment rien préparé comme valise, trousse de médicaments, de toilette etc.
Heureusement que la mère poule indécrottable est là  🙂
Puis je vais adorer ça, trousse de toilette, sac à dos… fermer les yeux et rêver….. moi aussi en Italie j’aimerais y aller héhé…

Permalien Laisser un commentaire

Hamster

1 mai 2008 at 08:59 (Uncategorized)

Hier je me demandais encore ce que j’allais bien pouvoir faire, où aller me balader en ce jour où tout est fermé. Et je râlais. Enfin juste un peu, de ne pouvoir pour une fois profiter d’un jeudi de congé. Mais hier c’était pas la forme, je me sentais doucement m’écrouler, me laisser happer par une maladie pas encore bien déterminée. Et depuis cette nuit, ben les gens je sais  🙂
Je me suis levée ce matin transformée en un hamster qui aurait fait des provisions pour tout l’hiver. Une p**ain d’angine qui me déforme le cou tant les ganglions sont gonflés. La tête comme une citrouille, un rhume carabiné. Me v’la bien tiens  🙂
Tout ça c’est la faute au scooter, voui. Enfin au scooter quand on en fait sous une pluie battante. Et que l’on doit attendre plus d’une heure, trempée jusqu’aux os avant de pouvoir enfin rentrer -toujours en scoot hein sinon ça ne serait pas marrant- se sêcher.
Bref, me v’la bien comme je vous disais. Traitement de choc et médocs, je m’en sors finalement sans trop de casse. Me suffit de ne pas trop tourner la tête et d’attendre que les provisions dégonflent, ça fera moins mal  🙂
C’est chouette un hamster, ça me va bien finalement. C’est tout mignon, ça ne mord que si on l’agresse, c’est insomniaque et ça fait une foire pas possible la nuit, ça pédale dans le vide dans la roue improbable de la vie, puis quand ça ne veut plus voir le monde, ça s’enferme dans une boule d’ouate.
Ouaip, elle me plaît bien c’te bestiole 🙂

Bon 1er mai les gens !

 

Permalien Laisser un commentaire