Des fleurs pour Salinger*

29 janvier 2010 at 15:42 (Uncategorized)

J.D. Salinger est décédé. J’avais aimé « L’attrape coeurs ».
Et je continuerai de me demander où s’en vont les canards quand l’eau du lac gèle. Et à me dire que c’est encore bien plus difficile pour les poissons…

*Toujours fan d’Indo… c’était l’occasion où jamais de placer le titre  🙂

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Il a neigé sur yesterday

29 janvier 2010 at 15:42 (Uncategorized)

En vrai, il neige depuis hier. Sans discontinuer et j’vais vous dire ça commence à bien faire.
Les parents des petits potes sont arrivés en voiture-glissade et drôlement en retard. Lhomamoi a mis près du double du temps habituel pour arriver à son boulot. A 1OO km d’ici, youppie. Mon Jimmy est allé s’inscrire ce matin au forem (2 heures de trajet pour lui aussi, viva la poudreuse), il est donc depuis aujourd’hui officiellement demandeur d’emploi, et malgré une promesse d’engagement rapide (pour que le patron-radin profite d’un plan emploi je ne sais quoi), il me semble que ça lui a fait quelque chose, gn.
Voilà les nouvelles du jour.
Et moi dans tout ça? Et moi, ben comme d’hab’ j’ai trouvé quelque chose sur quoi râler, olé. 🙂
Le lave-vaisselle nullos qui ce matin une fois de plus avait tourné pour rien, vaisselle aussi sale à l’arrivée qu’au départ. P’tain. Des parents de 2 petits potes qui ne payent pas la garderie, et la garderie qui m’impose d’arrêter immédiatement les gardes. Le trou financier qui va en découler. Et les factures qui s’ammoncellent, mais bon ça j’vais pas trop vous en parler. Les flocons, tiens eux pour s’amonceler ben ils font fort didiou quand est-ce que ça va s’arrêter !
En fait là pour l’instant je m’en fous un peu, je joue à l’égoïste je suis bien au chaud ici et je ne dois pas bouger. Après tout on n’a que le bien qu’on se fait hein ! je me tracasserai plus tard quand lhomamoi devra rentrer ou mon Jimmy remonter de la gare à pied ! Je dis que je m’en fous, mais didiou si les chutes de neige ne se calment pas ma balade  à Liège demain et mon après midi chez Ikéa me semblent bien compromises. Et mon samedi en solitaire, bien pourri  🙂 Allez positivons, taratata comme disait l’autre on verra ça demain !
Bonne journée les gens, et faites gaffe à vous si vous devez rouler !

Permalien Laisser un commentaire

C’est arrivé pas loin de chez nous

28 janvier 2010 at 15:39 (Uncategorized)

7 heures du matin, les infos à la radio, comme tous les jours. On parle d’une explosion de gaz à Liège durant la nuit. D’un immeuble de 6 étages, dont les 5 supérieurs se sont écroulés au niveau du rez de chaussée. D’un vrai cahos. De toutes les vitres du quartier qui sont brisées à plus de 200 mètres à la ronde. De voitures qui se sont soulevées, avant de retomber au sol. De poussière, qui recouvre tout. J’écoute le reporter qui est sur place, il explique qu’il y a au moins 2 survivants et que les pompiers leur ont parlé, qu’un petit robot sera rapidement envoyé pour filmer l’intérieur, histoire de les localiser. Et il ne peut terminer sa phrase en cours, il s’écrie en direct que la façade est entrain de s’effondrer !
Je regarde le journal télévisé de 13 heures. Et là, chair de poule et frissons, voir cette façade qui se désintègre m’impressionne. Vraiment.

Aujourd’hui on parle des pompiers au pied le cette façade, qui venaient juste de s’éloigner parce que c’était l’heure de la relève de l’équipe, relève qui leur a sauvé la vie à quelques secondes près. D’un miracle, d’une jeune fille retirée indemne des décombres, après 12 longues heures. Mais aussi de 9 corps sans vie déjà sortis de là.
Evidemment je trouve cette catastrophe horrible, qu’on ne vienne pas encore m’inonder de mails suite à ce que je vais écrire.
Mais comment ne pas faire un parallèle avec Haïti, où cela s’est déroulé puissance mille?
Malgré moi, j’ai immédiatement pensé au tremblement de terre. Pensé que l’explosion de Liège, oui c’est épouvantable! mais tellement « minime » en rapport à ce que les haïtiens ont vécu et sont toujours entrain de vivre. 
Ici, on nous dit que tout le voisinage a été relogé dans des hotels, que les blessés ont été très rapidement pris en charge.
Alors que là bas…….. 
J’avais vu les infos, eu les larmes aux yeux, frissonné aussi, en regardant une vieille dame miraculée après près de 10 jours d’ensevelissement et qui sort en chantant malgré sa faiblesse. J’ai trouvé cette catastrophe épouvantable, comme tout le monde évidemment.
Mais il a fallu que quelque chose de semblable -à une bien moindre échelle- arrive, tout tout près, pour me rendre vraiment compte.
De ce qui a pu se passer réellement en Haïti.
Et de pleurer enfin, (« vraiment » oserais-je dire), pour ce peuple dont la souffrance n’est pas prêt de s’arrêter.

Permalien Laisser un commentaire

Parler, raconter.

21 janvier 2010 at 15:38 (Uncategorized)

Reçu ce matin un mail, qui me dit que je parle peu de moi sur ce blog. Allons bon ! Me semblait que je parlais déjà de trop 🙂
Que veux-tu que je dise?
Rabacher encore, redire une fois de plus que depuis le 7 octobre, j’ai perdu un morceau de moi quand ma grand-mère s’en est allée? Qu’il m’arrive parfois de prendre le téléphone pour l’appeler, puis réaliser ! Et malgré tout composer le numéro, on ne sait jamais……
A côté de ça, celle qui est ma mère, entrain de changer, ne buvant plus, tentant de se rapprocher. Et moi, perdue. J’sais même pas si c’est un besoin -j’ai toujours vécu sans elle, qu’est-ce qu’il m’arrive?-, ou si c’est juste de la pitié.

Parler de moi, moi qui croyais déjà avoir tout dit ! 
Puis surtout, j’ai l’impression que je ne pourrais que me plaindre. Ou me révolter. Ce qui chez moi est pareil notez, quand je râle ou que j’ai mal, ben  j’aboie, vous me connaissez. Presque chaque jour je viens, je me connecte, j’ouvre la page blanche puis je me dis à quoi bon, et hop je quitte..
Cacher que je vais mal, et pour ça râler, sur tout et sur tout le monde.
Mon grand, heureux en couple (du moins je l’espère) mais pourquoi ai-je l’impression qu’il vit à l’autre bout de la terre? Pourquoi j’ai mal de ce vide..
Mon Jimmy, son boulot harrassant et son humeur quand il est épuisé, les élagagues dangereux et mes angoisses constantes. J’en arrive presque à lui en vouloir de s’y plaire autant.
La vie de couple. And no comment…
Ou le gouffre financier.
Les petits potes….disons trop énergiques. Ou plutôt moi, pas assez 🙂
Moi, oui moi aussi je me supporte de moins en moins. Tiens parlons-en, vous serez content. Tout se résume en un mot : fatigue. (enfin on va dire que c’est à cause de ça)
C’était parait-il un des principaux symptômes de la foutue bactérie (avec les gastros à répétions -passons-). Mais là ça fait presque 3 mois que ça dure et ça commence à bien faire… m’endormir dès que je me pose, le soir devant la télé, ou même l’après midi pendant la sieste des petits si j’ai le malheur d’approcher le divan de trop près. Fatigue et pourtant méga stress, va comprendre !
Fatigue, et pourtant ennui, aussi. Si seulement je pouvais changer de boulot, sortir d’ici chaque matin ! J’en arriverais à aimer le scooter même sous la pluie je vous le dis.
Fatiguée, et toujours un peu cassée. Mais les côtes, ça se répare..
Tout m’énerve tiens, aussi. Du manque de respect qui me blesse tant, des gouttes de café éparpillées autour de la senséo que je supporte de moins en moins, au brol que ne je supporte plus du tout.

Ca y est là, j’ai assez raconté? je suis sûre que cette fois j’vous ai saoulé 🙂

Permalien Laisser un commentaire

Lu ce matin

14 janvier 2010 at 15:37 (Uncategorized)

..dans la gazette locale :

« -90 personnes attrapent la grippe H1N1 et tout le monde veut porter un masque.
-5 millions de personnes ont le sida et personne ne veut porter la capote.
-1000 personnes meurent de la grippe A dans un pays riche et c’est une pandémie.
-Des millions de personnes meurent de paludisme en Afrique, c’est leur problème.

Nous vivons une époque fantastique. »

Et pendant ce temps là, en Haïti……….

Permalien Laisser un commentaire

Un mardi

12 janvier 2010 at 15:37 (Uncategorized)

Un mardi seule, jusqu’à bien tard le soir. Un mardi de 5 petits potes en garde, et j’en ai de plus en plus marre. Ben oui y’a des jours comme ça que veux-tu. Un mardi, un autre jour à avoir mal partout, tous les muscles noués, ben oui c’est toi qui est nouée qu’il dit le gentil toubib, reprend ton médoc-détend-tout, non merci pas envie de devenir addict. A moins que tu ne commences la grippe? Merci aussi manquerait plus que ça, lalala. Un mardi aussi à me sentir trop mal, p’tain de nausées, de crampes au ventre, bref j’épargne les détails, de gastro-saleté-de-bactérie qui a refait surface depuis quelques jours. 3 semaines de répit c’est déjà ça de pris. Mais il devait rester des oeufs dixit le toubib. Beurk. Bon, nouveau traitement d’antibios et reste à espèrer que cette fois ils extermineront tout, verdict dans 15 jours. Purée et les mômes qui se disputent sans cesse, y’a pas d’antibios pour ça? Et pour la vie, quand elle foire?
Un mardi, et je m’étais promis un cinéma dès ma première soirée seule mais la neige est encore là, et mon scooter ne sait toujours pas y tenir droit. Purée je loupe tous les films que j’aimerais voir. Même ça, ça foire et j’vais vous dire là aussi j’en ai marre.
Allez une note positive, un mardi de soirée seule, un long long bain  en écoutant la musique que j’aime, une soirée-télé emballée dans mon plaid tout doux et une soirée-feuilleton cu-cul, que pour une fois je pourrai regarder 🙂

Permalien Laisser un commentaire

Besoin d’une mère

9 janvier 2010 at 15:07 (Uncategorized)

Je n’ai pas non plus dit que j’arrêterais d’espérer…

Permalien Laisser un commentaire

Je hais la neige. Et le ciel plombé

9 janvier 2010 at 15:06 (Uncategorized)

Ben quoi, je n’ai jamais promis d’arrêter de râler 🙂

Permalien Laisser un commentaire

Nouvelle année..

8 janvier 2010 at 15:05 (Uncategorized)

Alors, mes résolutions pour l’année qui se pointe me direz-vous?
Bah en général je zappe, parce que je sais que je ne m’y tiendrais de toute façon pas. Mais bon, je veux bien essayer d’en trouver quelques unes….
Comme mettre de l’eau dans mon eau, et toujours pas de vin dans mon verre de vin. 
Essayer de ne pas virer bredine, et ça ça ne va pas être du tout cuit 🙂
Ne pas virer alcoolo ça c’est sûr, je sais trop les dégats que ça fait puis c’est petit, trop facile.
Jouer au lotto toutes les semaines, au moins y’aurait un espoir de rentrer du blé de quelque part 🙂
Ne plus perdre une seule seconde à penser aux gens que je n’aime pas.
Et donc de me consacrer uniquement à ceux que j’aime, et aussi prendre le temps de leur dire combien ils comptent, avant qu’il ne soit trop tard.
Ne plus essayer de soulever des montagnes, alors qu’il est plus simple de les contourner.
Continuer à aboyer quand on me fait mal, même c’est moins efficace que mordre.
Rêver en toute circonstances, au moins ça maintient la tête hors de l’eau.

Bref, rester moi-même. J’suis trop vieille pour changer de toute façon. Olé.

Permalien Laisser un commentaire

La vie au nid (2)

6 janvier 2010 at 15:04 (Uncategorized)

….Et donclundi matin les ouvriers sympas sont venus pour installer la hotte à évacuation. Ont vu et ont vaincu. Mais non sans mal je vous le dis 🙂
Le carottage, vous connaissez? Soit une énorme foreuse, avec un engin placé à l’extémité, genre pour forer le tunnel sous la manche (vous visionnez?).Faut dire que les murs ici font 60 cm d’épaisseur. Bref voilà le pauvre homme debout sur mon plan de travail, plié en 2 et la tête collée au plafond, 
« Ca va rentrer comme dans du beurre », qu’il disait.
Wai wai wai, ben moi je le regardais faire et je me disais que le beurre, il était bien blindé.
Tellement, que le foreur décide d’appeler un collègue à la rescousse pour venir l’aider à pousser l’engin au derrière, histoire que le beurre cède enfin du terrain.
Il y avait déjà une demi tonne de boue noire (oui parce que le carottage, ça se fait à l’eau chère dame, et l’eau, ben elle ressort, elle s’écoule bien verticalement et bien noire jusque sur le plan de travail -en carrelage blanc de chez blanc-. Elle éclabousse aussi généreusement les murs en hauteur, et c’est du plus bel effet, ce noir éjecté à un mètre alentours sur les murs verts anis……
Et donc c’est là que le bonhomme déjà épuisé abandonne, en attendant du renfort. Renfort qui, dès son arrivée découvre que le mur est fait de beurre armé, traduisez « mince pas de bol ma tite dame, il a foré pile poil là où passe une poutrelle métallique ! »
Et donc la demi-tonne de boue noire, de poussière partout dans la pièce (d’où elle sort celle-là et l’eau alors, elle ne fait même pas la moitié de son boulot ou bien?), ben c’était juste la mise en bouche, une répet on va dire.
Re-forage du platras 20 cm plus bas, re-couche de poussière partout, et hop, re-forage du tunnel sous la manche. With eau et boue, of course. Et mur pas en beurre du tout, mais en pierre du pays, presque aussi dur que la poutrelle du dessus.
3 heures, qu’ils sont restés. Et autant de crasse de boue, et de flotte qui dégoulinait jusqu’au sol, le plan de travail lui était saturé. Puis les ouvriers, ça descend 34 fois, traverse la moitié de la pièce, repart dans le garage, sort un peu prendre l’air dans la neige, en ramène autant que de la boue….. J’étais au bord de la crise de nerfs j’vous dis que ça.
Et tout ça, avec 3 petits potes ! Une casée dans le parc -parce qu’elle adore la boue et la neige-, et les 2 autres en haut, parce qu’ils criaient aussi fort que la foreuse. Et heureusement, s’étaient endormis….
Arrivés à midi, les foreurs décident d’aller manger (dans mon garage). Moi j’en profite pour réchauffer le repas les petits, et hop, dès que je tourne le bouton de la cuisinière électrique, tous les plombs sautent !
Ben oui, ils avaient -en gros- ramassé la boue et l’eau, mais ça s’était infiltré sous les plaques…
GN. Z’ont bien chipoté, et le courant est revenu. Diner des petits potes, et à ce moment…………
Fuite dans la chaudière, qui décide -heureusement quand les ouvriers mangeaient juste à côté d’elle, ne nous plaignons pas voyons!-, qui décide quoi je vous le demande? DE SE VIDER COMPLETEMENT DANS LE GARAGE.
Re-gn.
Planquage des petits potes dans le parc, et hop me voilà entrain de racler toute l’eau pendant que les hommes s’affairent à réparer. 2 heures de perdues, et hop. Et 2 heures sans chauffage, sinon ce n’est pas gai hein.
Bref, ils sont partis à 14h, -sans avoir installé la hotte ni la buse dans le trou, ils revenaient ce matin pour ça!- et je n’ai eu qu’une petite heure pour tout nettoyer avant que la sieste des petits soit terminée. Je hais la poussière, la boue qui réapparait par miracle dès que le sol de pierre bleue, les murs et les carrelages sêchent. Puis les hottes, les chaudières en panne, les ouvriers qui trouvent normal de tout saloper ainsi en travaillant, et le reste du monde tiens tant que j’y suis.
Parce que je ne vous ai pas tout dit……. Hier matin donc les ouvriers sont revenus, l’un pour essayer de voir pourquoi la chaudière foire tout le temps, (et hop, chauffage éteint pendant près de 3 heures, vive la petite chaufferette électrique pour ne pas que les petits potes gèlent sur place), et l’autre pour installer enfin la hotte. Beaucoup trop basse, because poutrelle et forage trop bas, et sans avoir le temps de refaire le plafonnage pour cause d’autre panne urgente ailleurs. Et vive le premier trou, le loupé, resté béant, et celui autour de la buse. C’est du plus bel effet, j’vous raconte même pas 🙂
Les voilà partis à midi…………………………………..et à 14h, chaudière en panne !!!!!!!!!!!!!!!!!
Vive le retour de la chaufferette (et la note d’électricité qui va arriver)
Je me suis tellement fachée au téléphone sur le pauvre standardiste, que le patron himself a débarqué vers 19 heures
Depuis on a du chauffage. Pourvu que ça dure et vive la vie.

Permalien Laisser un commentaire

La vie au nid…

5 janvier 2010 at 15:03 (Uncategorized)

…….N’est pas sans embuches 🙂
Je vous ai déjà parlé de la super (nulle) chaudière à pellets -encore en panne régulièrement, notamment le 24 décembre…- , mais vous avais-je parlé de la cuisine rikiki, américaine (mais dans le sens premier du mot, c’est à dire comme chez les américains qui ne cuisinent pas), sans armoires murales, sans four, mais aussi sans hotte ! Donc évidemment à notre arrivée j’avais râlé et mon proprio-le-super-chauffagiste, proprio donc par la même occasion de la chaudière maudite, m’avait envoyé 2 gentils ouvriers pour installer une hotte. Mais sans évacuation (à charbon actif, donc), et placée beaucoup trop haut. DONC INUTILE. Je passe sur les murs de pierre du salon-living-cuisine en « L », trop épais et non isolés, c’est à dire trop froids par ces temps de neige, et vous l’avez compris, ou TOUTE la condensation des cuissons allait se coller et dégouliner jusqu’au sol. Voui les gens. Donc le jour du réveillon de Noël -jour de panne de chauffage-, le proprio en personne en manque de personnel, s’est déplacé. Et tant que je l’avais sous la main, croyez-moi je ne l’ai pas lâché ! Jusqu’à ce qu’il promette une vraie installation de hotte, dans les règles de l’art, et ce dès la rentrée. (hier, si vous suivez toujours)
Ce fut épique…..
La suite demain hein, là je fatigue, et j’ai largement dépassé le quota de lignes autorisées 🙂

Permalien Laisser un commentaire

Olé

3 janvier 2010 at 15:02 (Uncategorized)

Alors. Les anti-inflamatoires ça marche bien, le nerf semble s’être décoincé et j’vais vous dire les gens, une côte félée et une autre fracturée c’est du pipi de chat à côté des douleurs que j’avais là.  🙂
Y’a les soldes aussi, mais bon. J’aime pas la foule quand elle est aussi lente. Surtout quand je n’ai pas d’argent à y dépenser, olé. 🙂  Malgré tout, un bon cadeau à dépenser dans mon magasin préféré, 50 euros c’est toujours ça, j’y viendrai avec la nouvelle collection làlàlà.
A part ça, je n’ai plus trop envie de passer par ici, pas grand chose de « bateau » à raconter, et le reste je l’écris ailleurs.
J’espère que vous, passerez une bonne année nouvelle? c’est tout moi ça je ne vous l’ai même pas encore souhaité ben voilà c’est fait 🙂
Des bises, les gens.

Permalien Laisser un commentaire