l’histoire de ma vie

30 août 2006 at 12:55 (Uncategorized)

Marche, marche, droit devant

…ou droit dans le mur, c’est selon.

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

genial…

29 août 2006 at 12:53 (Uncategorized)

Mon Tom et sa schtroumpfette ont réservé hier leurs vacances. En amoureux….. et en Turquie…. Départ ce vendredi, hourra géniale idée en ces temps d’attentats.

20 ans !  Et pas plus malin pour la cause.. Tout ira bien qu’il me dit, au pire on restera à l’hotel paradisiaque là sur la photo, regarde donc et t’inquiète pas!

20 ans ! Majeur donc, n’oublie pas maman poule t’as rien à dire.

Rien à dire, d’autant plus qu’il se paye le séjour avec son job d’étudiant. Rien à dire. Juste à me ronger le coeur et m’exploser les sangs, me tordre les boyaux de la tête et me torturer la cervelle du ventre (dans le désordre, mais effet identique garanti), en attendant leur retour. (et notre prochaine prise de tête-étudie-ton repech-nomdedieu-etblablabla).

Ptit con va. J’taime gros comme ça

Permalien Laisser un commentaire

et en plus, le fim « pirate des caraïbes » est une daube infâme

20 août 2006 at 12:52 (Uncategorized)

….Moi qui espérais me distraire, avouez que je n’ai pas de bol…

Bref passons.

Article d’hier supprimé (par moi, pour une fois ce n’est pas le serveur qui cafouille). Supprimé, donc. Comme je l’écrivais, j’arrête de vous gonfler avec mes histoires de rien (une vie de rien, comme dirait Julien Clerc). Feindre que tout allait bien juste pour crâner c’est nul. C’est pas parce qu’il fait grand soleil que tout va n’est-ce pas !

D’ailleurs aujourd’hui il pleut.

Bonne journée à tous, soyez heureux. Ou faites tout pour l’être.

Permalien Laisser un commentaire

aout, temps pourri

18 août 2006 at 12:51 (Uncategorized)

.. Trouve un grand parapluie    🙂

Permalien Laisser un commentaire

besoin urgent

17 août 2006 at 12:50 (Uncategorized)

…D’une île minuscule et perdue au milieu de l’océan. Et puis non, j’aime pas le bruit des vagues la nuit et le sable entre les doigts de pieds. Ni les requins. D’ailleurs aujourd’hui je déteste la mer. Surtout bretonne. 

Bon, modification de l’option île déserte en option clairière perdue dans une forêt péruvienne. Mais mignonne hein la clairière! Avec plein de fleurs et tout. Et un hamac bleu dans une hutte vert pomme. Avec un gigantesque oreiller moelleux où me réfugier. Et du chocolat, of course. Puis Johnny Depp, mais pas déguisé en pirate. Et aussi la femme d’Apu parce qu’elle doit savoir super bien cuisiner les plats indiens. Et une cargaison de brownies. Tiens des brownies, ça faisait longtemps ! Puis un Pt Cruiser couleur aubergine, avec Jean Luc Fonck comme chauffeur, rien que pour aller d’un coin à l’autre de la clairière, si. Et Cali dans mes écouteurs. Ou en vrai, tant qu’à faire pourquoi pas. Dans ma forêt, que du ciel bleu et sans nuages. Et un temple Maya (et du miel aussi). Et Bruce Willis pour tuer les insectes qui rôderaient (autour des pots de miel) . 

Et surtout, un avion de rapatriement urgent prêt à décoller. Parce qu’au loin et sans mes proches, mes zamours, moi je ne pourrais survivre 5 jours.

Permalien Laisser un commentaire

Reprise

16 août 2006 at 12:49 (Uncategorized)

Aujourd’hui, retour des petits potes. Ils me manquaient ces p’tits drôles.

La puce, -1 an dans 2 jours-, pense qu’ôter ses chaussures en 25 secondes maximum, les inonder de salive puis les sucer goulûment est un sport officiel et breveté. Et bien sûr, passe le reste de son temps à râler parce qu’elle n’arrive pas à tenir debout en chaussettes…

G. et C., sont tout bronzés et encore plus mignons qu’il y a 1 mois. Rentreront à l’école dès septembre et apprennent l’usage du petit pot in extrémis -et chez moi- avant leur départ. En 4 heures, 5 inondations et autant de lessives because pas de vêtement de rechange. Suis même pas énervée, enfin juste un peu. Saint patron du petit pot, help me please!

Aujourd’hui aussi, reprise du boulot pour mon Jimmy. Sous la pluie annoncée. J’vous raconte pas l’humeur. Enfin si je pourrais. Juste pour attirer votre pitié envers moi….

Aujourd’hui encore, concert de mon Amour, toujours là au loin en Bretagne.

Et moi, aujourd’hui? Bizarre. Voilà le mot. Heureuse de retrouver les petits potes. Stressée, aussi. Logique. Et un peu vide de l’absence de mon fils au boulot. Ca fait tout drôle ici sans lui. Puis heureuse de retrouver tout à l’heure mon grand qui loge depuis le début du mois chez sa copine presque chaque soir après son boulot au restaurant. Congé le mercredi, il va rentrer et bêtement je m’en réjouis.

J’me sens bizarre, je vous disais. Et vide de l’absence de mon Amour. Dur dur, cette °*#** de distance. Pour lui tout va, l’ambiance, l’expérience le transforment. Ce qu’il vit là-bas est magique. Et il devient magicien. Et moi, sans lui, je me sens plus seule que jamais. Pas amère, non. Juste triste.  Heureuse pour lui, si heureuse. Mais triste malgré tout. P’tain de distance.

Ne cherchez pas, même moi je ne me comprends pas  🙂

Samedi arrivera vite. Oui.

Permalien Laisser un commentaire

Vive la télé

8 août 2006 at 12:46 (Uncategorized)

Soirée nulle, seule. Mon Jimmy est sorti, mon grand travaille (jobiste dans un resto, tout le mois d’aôut), mon frangin pas encore rentré. Mon Amour au loin. Bref, après un bain qui a duré une éternité, je me rabats sur la télé. Zappe zappe, rien de bien terrible. 22 heures, RTL. « super Nanny ». C’est quoi encore c’te connerie? Une bonne femme ‘engagée’ pour venir en aide à un couple face à une gamine insupportable. Capricieuse. Infecte. Enfant roi. Purée comment peut-on se laisser envahir à ce point par une peste haute comme 3 pommes, au point de mettre le couple en danger?(au point d’avoir besoin d’aide pour apprendre à lui dire « non », surtout!)  Zappe +1, je tombe sur AB3. « ça se discute ». Sujet : Les invités de Delarue ont subi  les histoires amoureuses de leurs parents. « Subi. » Présenté comme cela c’est sûr que ça cause d’enfants aigris et débordant de reproches…Bon je décide de regarder un peu, juste histoire de voir.(je dois être maso..hihi) Une ado fais des tas de reproches à son père, avec des propos haineux. Des gamins se plaignent d’une belle mère  « elle a pris mon papa »…  j’en ai assez vu, je cherche à mettre la main sur la télécommande. Juste avant de  zapper j’entends une psy déclarer que « les enfants n’ont pas à connaître, ni surtout à intervenir dans les problèmes de couple de leurs parents ». Ouf, enfin une parole sensée sur la soirée.

Où va-t-on misère! Et vas-y que je joue à l’égoïste capricieuse, et vas-y je me permets de juger, de faire des reproches! Et vas-y les parents, déjà mal dans leur vie puisqu’en crise, qui culpabilisent… But atteint merci les enfants ! 

Rhaaa la super belle vie d’après divorce, enfants, familles recomposées !

Un sujet de réflexion qui vient s’ajouter aux autres, déjà bien occupés à mettre le souk dans ma tête…J’avais vraiment pas besoin de ça.

Stop télé. Mon frangin arrive. Au moins la soirée s’annonce meilleure, allez hop un senséo….

🙂

Permalien Laisser un commentaire

Petit(s) chat(s), suite

7 août 2006 at 12:44 (Uncategorized)

Ce midi, alors que je papotais avec une amie devant la maison, une voisine tenant dans ses bras un chaton tout blanc nous interpelle :

-Z’avez pas envie de l’adopter ?

-Ah non merci, mais vous l’avez trouvé où? Décidément y’en a partout, j’en ai trouvé un moi aussi près de la carrière !

-Ben…c’est de là qu’il vient, on a entendu miauler en passant, et oh surprise, 7 chatons abandonnés et mal en point se cachaient là ! Maintenant j’ameute le village pour voir qui voudrait les accueillir…

Voilà qui explique que ce matin en allant déposer la boite de Miaouskas que je venais d’acheter j’avais trouvé un autre ravier en plus du mien… Les voisins ont été plus futés que moi. Et plus gentils, aussi !

Punaise 7 chats à la maison !

C’était plus simple de lâchement leur porter à manger sur place comme moi je l’avais décidé… hum avant de réaliser qu’il y en avait tout un troupeau….

Permalien Laisser un commentaire

Un petit chat tout blanc

6 août 2006 at 12:42 (Uncategorized)

Un très très jeune chat tout mignon est « prisonnier » le long de la grand route . Derrière lui, un peu de terrain puis une falaise abrupte, et 25 mètres plus bas, de l’eau. Ou plutôt une ancienne carrière à présent inondée. Il est coincé sur un bout de terrain cerné d’un mur de ronces qu’il n’ose pas franchir. Drôle d’endroit pour élire domicile, petite boule de poils…

On a bien essayé, avec mon fils, de l’attirer vers nous pour le sortir de là, mais il a trop peur et se retranche derrière les ronces dès qu’on tend le bras. Bah tant pis, après tout un chat c’est futé, il finira bien par trouver une sortie… Bye bye petite bestiole, et courage !

2 heures plus tard, alors qu’on était à nouveau dans le coin, on est allés voir si à tout hasard le chaton avait quitté les lieux. Que nenni. Toujours à miauler, tapi au même endroit dans la brousse d’épines.

Purée, toute l’après midi je pensais à lui… Pas question de le prendre chez moi, mais bon on ne peut tout de même pas le laisser mourir de faim sur place ! Et puis zut quelle idiote, à cette heure il est sûrement déjà loin ça va bien là qu’est-ce qui me prend de me tracasser pour un chaton ! 

Et au moment de préparer le repas du soir, zut je ne tiens plus! Je reprends mon scooter et je m’en retourne voir sur place. Armée d’un récipient, de lait et d’un peu de nourriture.

Pauvre bête, elle était littéralement affamée. Je n’avais pas vu à quel point elle était amaigrie purée depuis quand elle est coincée là ?

Je suis restée, attendant que toute la nourriture soit engloutie. Puis je lui ai laissé le ravier de lait et d’eau. Je n’ai pas su l’attraper, et quand bien même j’aurais pu le faire ! Pas question de l’accueillir chez moi. Mais je ne peux non plus le laisser mourir de faim. Alors j’ai décidé que chaque jour, j’irais le nourrir. En espèrant qu’il va tenir le coup, reprendre des forces et grandir. Suffisament pour quitter sa prison épineuse, et s’en courir vers une nouvelle vie…..

Permalien Laisser un commentaire

Etat d’esprit : bof

6 août 2006 at 12:40 (Uncategorized)

Je n’ai rien à raconter. Hier je n’ai pas bougé d’un pouce. Pas mis le nez dehors. Mode ermite, inutile de courir encore en ville juste pour me faire croire que tout va. Que le shopping c’est rigolo. Alors que non, quand on n’a pas un rond.

Saleté de passage à vide. Je me sens délaissée, seule, exclue de tout et par tout le monde. Oui je sais, j’ai des enfants merveilleux, j’adore ma petite vie et mon petit chez moi. J’aime et je suis aimée. Mais ce n’est pas de cela que je parle. Moi je rêve juste d’une vie simple. Petite vie idéale, m’occuper de mes enfants, mon Amour. Une vie de couple. Une vie idéale. Normale, quoi.

Dur d’avoir vécu une autre réalité, et de tomber d’un rêve, tellement fort que la douleur en devient physique… Oui je viens de vivre 15 jours dans un tourbillon d’irréel. Oh ça peut vous paraître une chance, de partager parfois la vie d’artiste de mon homme, oui vu de l’extérieur ça peut.

Mais ce n’est que rêve d’un moment qu’on ne vit bien que « de l’extérieur », justement. En simple spectateur. Etre moi pendant les concerts, m’amuser vraiment -même sans être fan-, juste pour faire la fête. ça oui c’est du bonheur. Etre dans le public. Pour le voir Lui. Mais derrière les barrières nadar. Pas devant, où je sais que je n’aurai jamais ma place.

Permalien Laisser un commentaire

C’est si bon la paresse

3 août 2006 at 12:39 (Uncategorized)

Se lever royalement à 11 heures du matin,

Râler un peu -mais juste un peu- sur cette *°grrrr^*  de pluie qui me cloue ici et compromet salement ma journée de shopping en ville (enfin, demi-journée, vu l’heure à laquelle je me suis levée..),

Vous pondre cet article nul et minable, glandouiller sur msn, et constater que tout le monde est hors ligne (ou au travail !),

Faire le tour de ma blogosphère habituelle (ben oui quoi, j’ai presque 3 semaines de retard à lire),

Engloutir pour petit déj -et devant le pc- une pomme et une tablette entière de chocolat avec 3 cafés (si si je suis la reine du repas équilibré),

Ecouter Aubert en boucle juste histoire de me rappeler les francos qui me manquent trop,

Confirmer l’adage qui dit qu’il n’y a rien qui se garde mieux que le travail, et décider que le ménage-aspi-lessive-repassage, ça sera pour demain (et seulement si il pleut),

Vive le farniente! 

Bon bon la pluie a cessé, le soleil montre le bout de son nez… allez je vais me bouger…

 🙂

Permalien Laisser un commentaire

Rêve toujours,

3 août 2006 at 12:32 (Uncategorized)

Je rêve d’une vie idéale.

Mais c’est quoi, une vie idéale?

————–

A part ça, le yucca que j’ai acheté hier va bien, merci.

Permalien Laisser un commentaire

Et demain, j’y retourne :-)

2 août 2006 at 12:30 (Uncategorized)

Il ne fait plus beau temps et en fait je m’en fiche. Aujourd’hui tout va. Le shopping en ville c’est un vrai bonheur. Et puis les averses, ça oblige à entrer dans les boutiques…

🙂

Permalien Laisser un commentaire

Vertige

1 août 2006 at 15:12 (Uncategorized)

Yep ça y est je suis de retour ! J’ai retrouvé mon sweet home et cette fois fini la vadrouille, je-ne-le-quitte-plus !!

Sinon à part ça ben les gens, tout va… Comment vous raconter ces 15 jours passés, ce tourbillon ?  

La canicule, je ne vous apprends rien. Dur dur, pour moi qui ne supporte pas la chaleur.. Que ce soit au fin fond de la Belgique, aux francos de Spa, à Paris ou bien en Bourgogne, partout le soleil de plomb m’a cassé. 

Ah la Bourgogne… attendez que je vous raconte….Départ donc vers 13h en minibus -non climatisé-, arrivés le soir presque fondus, nuit dans un chouette hôtel, concert le lendemain soir et retour en Belgique de suite après. Tout ça par plus de 40 degrés, horreur. Pas simple la vie d’artiste…. surtout quand on ne l’est pas..    😉

1.200 kilomètres aller-retour pour un seul concert dans un festival méconnu et boudé du public, festival dont on n’a rien vu puisqu’il n’y avait qu’un concert par jour, et seule « vedette » belge rencontrée (au resto, à côté de nous because même hôtel)… cette chère Lio ! Avouez que je n’ai pas de bol    😉

Bref, épisode Bourgogne à oublier au plus vite. Et du coup je me suis trouvée bien heureuse de ne pas pouvoir accompagner le groupe en Bretagne dans 15 jours. Deux mille bornes aller-retour pour 4 concerts, 4 jours en tout et 4 hotels différents. Merci bien j’suis pas faite pour être nomade, moi  🙂

Bon, et à part ça? Oui à part ça, une journée de bonheur aux francofolies, Cali. Monsieur Cali. Une super gifle, un vrai plaisir. Cali et Jean-Louis Aubert ensuite, que du bonheur ! Egal à lui même, décidément je l’adore. Et tout ça en compagnie de mon Amour. Pour une fois. Pas seule dans le public. Mais seuls au monde au beau milieu d’une foule déchaînée.

Aaah les francos, c’est décidé cette fois l’an prochain j’y campe à nouveau les 5 jours 🙂

Et ensuite il y a eu Paris. 3 jours de rêve. Normal quand on s’aime et que l’on vit cela la main dans la main….

Et d’autres concerts de mon amour, et d’autres (longs) trajets en minibus, et d’autres publics, et des feux d’artifices.

Et maintenant que je me suis posée, seulement maintenant ma tête s’arrête de tourner.

Je ne pense plus qu’à dormir

🙂

Permalien Laisser un commentaire