30 septembre 2011 at 23:55 (Uncategorized)

Hello les gens ! Le croirez-vous, je rentre à peine d’une journée de dingue, et au lieu de m’en aller dormir je m’en viens flâner ici 🙂

Fin de semaine avec mes petits potes particulièrement enragés, soirée de début de déménagement chez mon amie, resto sympa ensuite et puis réunion-vente-démo rigolote pour couronner le tout. Occupée vous dites, la soirée ? 

Didiou et rien que de penser à demain, quand je vois comment on a eu chaud à porter les caisses tout à l’heure j’ai des bouffées de chaleur rien qu’à l’idée ! (meuh non c’est pas la ménopause, mais les 27° annoncés 🙂 )

Et oui, demain journée entière de déménagement, caisses, nouveaux meubles, et escaliers (en colimaçon, pin pon pin pon..). Croyez-le ou non, je vais aimer cette journée. Et le soir, quel que soit notre état de fatigue on s’en ira faire la marche nocturne des coteaux de la citadelle. Wai on est dingos, mais il ne faut pas laisser l’amie seule pour sa première soirée, perdue au milieu des caisses. Bon c’est tout ce que j’ai trouvé pour l’occuper, didiou quelque chose me dit que demain soir je vais le regretter, olé  🙂

Allez il se fait tard, je m’en vais rejoindre les bras ouverts de Morphée, des bises les gens !

**sinon tout va, tout va, je résite à l’envahisseur, j’ai plein de projets pour le contrer mais je suis trop superstitieuse que pour l’instant en parler, héhé.

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur

Mes amis, mes amours, mes emmerdes

28 septembre 2011 at 13:37 (Uncategorized)

Voui, bon. Pour ce qui est des 2 premiers, tout va pour le mieux dans mon meilleur monde. Alors parlons de mes emmerdes 🙂

Y’avait longtemps, tiens, que je n’avais plus eu d’emmerdes. Je n’en dirai pas trop pour l’instant, sauf que je hais les riches qui en veulent toujours plus. Les proprios malhonnêtes et sans coeur. Bref là depuis quelques jours j’ai la haine, je ne vous dis que ça 🙂

Et comme d’hab’ , juste parce que j’suis trop vieille pour changer, ça me booste à un point impossible à imaginer 🙂 

Et donc ma riposte est prête, et sous peu je saurai si elle est imparable. Et une chose est sûre, je ne suis pas prête de me laisser abattre 🙂

Sur ce, pendant la sieste des petits potes et par ce temps magnifique je m’en irai sêcher sous le soleil, les gens passez vous aussi une bonne journée !

Permalien Commentaires fermés sur Mes amis, mes amours, mes emmerdes

25 septembre 2011 at 12:43 (Uncategorized)

Un samedi bien sympa, seule en ville durant quelques heures, à flâner, acheter quelques bricoles déco, un nouveau sac (pour aller avec les bottes rouges, olé), à manger tranquillement un sandwich, installée au soleil et sous les tilleuls de la place cathédrale. A regarder passer les gens, ravie de cette journée. Une délicieuse crème glacée, un nouveau tour dans cette boutique qui m’attire comme un aimant, alors je l’achète cette tunique ou pas? J’hésite, je la ré-essaye, la vendeuse insiste… mais je résiste 🙂 Mon grand schtroumpf appelle, je vais les rejoindre, son amoureuse est là aussi. Bar à smoothies, parlotes et bonne humeur, j’ai adoré puis didiou ça me manquait ! Chaque fois je lui promets de le revoir très vite, puis mes week-end trop occupés, je reporte je reporte, et je regrette. Heureusement, l’amitié c’est que l’on se retrouve chaque fois comme si l’on s’était vus hier 🙂

A refaire vite, promis….

Ah didiou comme j’aime cet été indien, ce soleil et ce grand ciel bleu, ce dimanche matin où là je flâne sur la terrasse en attendant 13h et le départ pour une après-midi bien sympa. Ca sera la « fête du potiron », qui est plus une grande foire aux (vrais) artisans. La retrouvaille avec les amis, la petite bande, les achats prévus (hé oui 🙂  )  les terrasses, les concerts, aussi. Et donc je m’en réjouis !

Allez, des bises les gens, vive le soleil et vive la vie !

 

 

Permalien Commentaires fermés sur

22 septembre 2011 at 09:13 (Uncategorized)

Il a eu une toute dernière chance, on lui a laissé espèrer une fois de plus. Les sadiques, ils ont mis près de 4 h à délibérer (preuve d’un doute, d’habitude ça prend à peine 1/4h il parait), mais ils ont finalement refusé le dernier appel des avocats. Troy Davis a crié son innocence jusqu’à la dernière minute, il a même adressé un ‘Dieu vous bénisse’ à ses bourreaux. Pauvre homme, jusqu’au bout on lui a laissé croire….

Et pendant ce temps, ce matin, michèle martin va peut-être être libre.

P’tain de justice.

Permalien Commentaires fermés sur

20 septembre 2011 at 20:20 (Uncategorized)

« Aucun être innocent ne doit être être mis à mort et c’est inconscient et inconstitutionnel de pratiquer une exécution quand, comme c’est le cas pour Troy Davis, il y a des doutes significatifs »

 Le pauvre n’a cette fois plus aucune chance…..  😦

 

Permalien Commentaires fermés sur

19 septembre 2011 at 10:56 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens ! J’ai survécu au week-end 🙂 Vendredi la soirée de déco et de préparation de la salle s’est prolongée, j’ai aimé. Samedi shopping en ville avec mon amie, déco pour son futur home sweet home, écumage en règle des boutiques que l’on aime faut que je me déniche « la » tenue pour ce soir. Oualou j’ai trouvé assez vite une bien chouette tunique (une Desigual pas « trop » bariolée, olé!) et des bottes, ouh là j’vous raconte même pas 🙂 Rouges, si si. J’me suis ruinée, et j’ai adoré. Retour à la salle vers 16h, dernières préparations, accueil ensuite des dj’s pour qu’ils viennent se changer chez moi après l’installation de leur matos, cafés tarte et gateau c’était sympa !  15 minutes chrono ensuite pour me changer à mon tour, didiou heureusement que j’habite à 200 mètres de la salle ! Les invités arrivent dans 30 minutes, le cinquantenaire fêté suivra de peu, yeux bandés et surprise totale la fiesta peut commencer, olé ! Retour au bercail à 5 h du mat’, méga-grasse matinée -fallait bien ça pour ma vieille carcasse- et retour à la salle vers 14h pour tout ranger et nettoyer. Et accessoirement mettre à sac la chambre froide et se refaire un repas sympa, purée y’avait de quoi nourrir une armée 🙂

La copine était ravie d’avoir réussi le tour de force d’une préparation complète et dans le plus grand secret, son mari était heureux, et la soixantaine d’invités aussi. Et moi j’ai adoré. Adoré, participer, aider, servir d’alibi, m’investir juste pour le plaisir.

Et voilà un chouette week-end de passé, tout en douceur la semaine peut commencer. Mes petits potes, K.O. comme tous les lundis sont, soit à la sieste, soit entrain de jouer calmement. La vie est belle, vraiment !

Permalien Commentaires fermés sur

15 septembre 2011 at 13:39 (Uncategorized)

Semaine bien occupée, les gens faut que je dorme, faut que je dorme je vous le dis 🙂 Vadrouille, longues soirées et courtes nuits didiou j’suis trop vieille pour ces conneries 🙂  Lundi, dès mes petits potes partis direction le centre commercial pour trouver ‘la’ tenue pour samedi. Evidemment je suis rentrée bredouille, saleté de Murphy qui fait que je trouve pile poil une tunique qui me plaisait dans la première boutique, mais bien sûr je me dis que je vais faire le tour avant de plonger sur le premier truc qui me plait. Rien de vraiment convaincant dans le reste de la galerie, je reviens au point de départ….pour me rendre compte que la tunique avait disparu ! Gn. Tout ça pour expliquer que j’ai maintenant une bonne excuse pour aller en ville samedi matin, héhé.  Et puis je me laisserai tenter par ces magnifiques chaussures auxquelles je pense depuis 15 jours  🙂

Samedi donc, dernier délai… c’est tout moi ça, faire les magasins le jour même de la fête 🙂

Le méga-anniversaire du mari d’une copine. Ce soir et demain je vais aider à la préparation et déco de la salle, et didiou j’adore ça. C’est bien gai de manigancer une pareille surprise sans que celui qui fête son demi-siècle ne se doute de rien ! Avant-hier c’était le jour réel de l’anniv., soirée chez eux histoire qu’il ne se doute pas de ce qui se prépare réellement, et hop il n’y a vu que du feu 🙂

D’un côté cette fête à préparer.  De l’autre la séparation et le déménagement tout proche d’une amie,  les concerts et mes sorties, les gens me voilà bien occupée, vivement l’hiver que j’hiberne  🙂

Je donne des coups de mains, je suis dispo pour tout le monde, je n’arrête pas de bouger, ou je flâne honteusement mais avec ravissement dans ce cocooning que j’aime tant, quoi que je fasse, ma petite vie de célibataire  je la savoure complètement 🙂 

Indépendance et liberté, héhé !

 

 

 

Permalien Commentaires fermés sur

Que du bonheur

12 septembre 2011 at 10:15 (Uncategorized)

Je sais que c’est une phrase que j’utilise souvent. « Que du bonheur ». Mais je ne trouve pas d’autre mot pour parler de ma journée d’hier. Alors, le bonheur simple de ma petite vie tout d’abord. Une grasse matinée, un long long bain, flâner après une courte nuit, prendre (comme d’habitude) du temps pour moi.

Mais que dire de l’après-midi ! Bonheur, réel bonheur, en arrivant sur cette petite place de l’église. Petit pincement au coeur, la grande porte de l’église est ouverte, c’est là qu’avait été célébrée la messe pour le départ de ma grand-mère… Allez, je ne suis là que pour de la joie, cette fois ! On approchait de la scène en se disant « ils ne sont pas encore là » juste au moment  où j’ai vu arriver Isa, à grands pas. Et je n’arrive pas à décrire ce que j’ai ressenti quand elle m’a serré longuement dans ses bras. Juste me mordre la joue pour freiner les larmes qui voulaient déborder. Puis derrière moi arrive Marie, et me prend par les épaules. On s’est vues il n’y a pas longtemps, mais quelle joie de la retrouver…. je vois les sourires, et je comprends qu’un géant se tient tout contre mon dos. Manu me serre lui aussi dans ses bras, -comment vas-tu ma belle?  -purée t’as pas rétréci toi ! J’essaye de feinter pour ne pas que l’émotion gagne. On se dirige vers le reste du groupe, Patrick me dit d’emblée « content que tu aies pu venir, vraiment ! » On parle longuement, ça fait chaud au coeur venant de lui et de sa réserve habituelle. Et la fête peut commencer. On se parle de tout de rien.  Forcément de l’ex couple. Svp, zappons ! On raconte nos enfants, nos vies, on parle du nouveau groupe qui marche décidément de mieux en mieux et purée ce que je suis ravie pour eux ! Je n’arrête pas de dire que je suis contente d’être venue, d’être là, je m’en rends compte mais c’est plus fort que moi. Contente d’avoir enfin pu venir à un de leurs concerts, heureuse de les retrouver, heureuse de leur gentillesse. On se promet de se revoir, plus rapidement cette fois. Je rentre avec un projet de week-end en gaume qui me rempli de joie. Je retrouve aussi par hasard un couple connu dans cette vie d’avant, rencontré juste 2 fois mais leur sympathie m’a fait chaud au coeur. Je me souviens d’un concert privé chez eux, il y avait beaucoup de neige et l’ex avait dû jouer seul. Ils me donnent leurs coordonnées et l’on promet de se revoir, notamment dans le cadre de ces concerts-çi, qu’ils veulent suivre. Et accessoirement du covoiturage qu’ils me proposent 🙂 Une retrouvaille sympa.

Et donc voilà, je ne vais pas vous saoûler en racontant encore, et encore. C’était un concert. Mais pour moi c’était tellement plus, vous l’avez compris. On a ri, on a chanté, on a dansé, le public était ravi. Et moi….aussi !   🙂

Permalien Commentaires fermés sur Que du bonheur

Que faisiez-vous?

11 septembre 2011 at 12:19 (Uncategorized)

Quelle manie ont les gens de poser cette question à chaque évènement triste qui a pu marquer votre vie ! Que faisiez-vous le 11 septembre il y a 10 ans? Moi j’étais à la maison, la maison d’avant, celle de mon mariage. Je gardais mes petits potes, une maman est entrée et m’a dit « il parait qu’il y a un grave accident d’avion en Amérique, ça passe sur toutes les télés » Alors on a allumé la petite télé dans la cuisine, et on s’est carrément laissé tomber chacune sur une chaise en voyant le 2ème avion s’encastrer dans la tour. Et comprendre l’attentat, pendant qu’autour de nous les enfants jouaient gaiement.

Que faisiez vous quand vous avez appris la mort de Lady Di, ou de M. Jackson? Pour l’une j’étais en voiture, et j’écoutais la radio. C’était un dimanche matin, jour de repas en famille chez les beaux parents.Je me souviens juste avoir pensé à ses enfants. Pour M.Jackson, mon Jimmy qui était en pleine guindaille m’a envoyé un sms « il y a des rumeurs ici, c’est vrai que M.Jackson est mort? » Mais pour une fois, je n’ai pas entendu mon gsm, et je n’ai vu le message que le dimanche matin. Pour moi ce n’était pas un triste évènement.

Je me rappelle avec tristesse être entrée dans la voiture un soir, àla radio il y avait Max Meynier dont l’émission allait débuter, et qui a juste dit un truc du genre « je ne sais pas comment je vais pouvoir animer ce soir, Georges Brassens est mort » Et j’avais pleuré doucement.

Un matin, mon mari quitte la maison pour s’en aller au boulot. Quelques secondes plus tard, marche arrière, je vois la voiture revenir vers moi, il ouvre la vitre et me dit  « Lino Ventura est mort, je viens de l’entendre à l’instant, ça va aller, toi qui l’aimais tant? »

Quelle manie a-t-on de garder gravée ainsi la mémoire de ces instants? Bah ce sont des instants appartenant à tout le monde, en fait. Des nouvelles qui tombent ainsi, mais qui ne font pas partie de notre vie privée. Je pense qu’on s’en souvient principalement parce que dans les heures, les jours qui ont suivi les médias nous en ont abreuvé jusqu’à l’écoeurement.

Dans notre vie perso, c’est pas si différent en fait. On garde tout, mais lié à l’affect, donc puissance 1000. Jamais je n’oublierai la voix de mon frère au tél, « assied toi, Mémé est morte ». Ni la vague de douleur et d’incompréhension, puis le déni qui s’en est suivi les minutes d’après. Je garde tout. Le mauvais je le zappe, sauf celui il m’a aidé à avancer. Les actes, les situations, les phrases assassines ou blessantes. Puisque leur simple évocation suffit avec le recul à me conforter et me réjouir de la façon dont j’ai réagi , fait fuir les personnes nuisibles, m’être sorti d’une situation quelconque mais malsaine. Ou même d’un couple. 

Je ne suis pas du tout quelqu’un de négatif, je garde précieusement les plus petits comme les grands bonheurs. Et je zappe allègrement ceux qui peuvent me rappeler une situation ou une vie passée, quand en fait ils sonnaient faux. Bref j’ai la capacité de ne garder de ma vie que le bon, le positif et c’est un don du ciel, ça je le crois vraiment.

Les petits bonheurs, le présent, ma p’tite vie, l’amour et la tendresse pour et de mes enfants, les liens indéfectibles avec mes proches, l’amitié, mon nid douillet, et même la pluie là, qui a fini de tomber, positiver il n’y a que ça de vrai, olé !  🙂

Permalien Commentaires fermés sur Que faisiez-vous?

P’tites nouvelles, la suite

11 septembre 2011 at 10:41 (Uncategorized)

En fait, pas de nouvelles de l’araignée à 7 pattes, elle n’est pas venue me gratouiller les pieds durant la nuit, elle n’a jamais reparu. Ma parano, purée elle, n’a pas disparu 🙂

Alors hier, journée géniale ! Hic-et Ah avec l’amie dès 10h du mat’, achat de tas de choses -utiles dans son cas, dans le mien absolument pas 🙂 – repas de midi au boulettes indéfinissables-mais-on-y-retourne-à-chaque-fois, parlotes confidences rires et sourires, et gateau au chocolat, c’était bien sympa.  Ensuite détour shopping, petit verre en terrasse et flânerie dans la galerie du Cora, achats pour elle d’un miroir géant et d’une table de salon chez Maison du monde. Et le tout ramené dans une Mini Cooper…..épique. En plus, il faisait chaud, mais chaud……

Tiens en parlant de chaleur, pour une fois cette gourde de grenouille ne s’est pas plantée, depuis le matin les averses alternent avec le ciel gris, pfff.  M’en fous, tout à l’heure direction ce concert que j’attends depuis longtemps !  2 membres qui faisaient partie du groupe de l’ex -et qui l’ont quitté depuis (et non je ne ferai pas de commentaires 😉 ) ont créé un nouveau groupe. Je n’avais pas encore réussi à aller les voir, et cette après-midi enfin ça y est ! Didiou je me réjouis de les retrouver, leurs compagnes surtout, et puis d’autres fans d’avant, qui les ont aussi suivi. Alors je vous le dis ce ne sont pas quelques averses qui vont gâcher l’histoire !

Des bises les gens, une bonne journée !

 

Permalien Commentaires fermés sur P’tites nouvelles, la suite

P’tites nouvelles en vrac :-)

9 septembre 2011 at 21:39 (Uncategorized)

Ce soir j’avais mon Jimmy à manger, c’était bien chouette et j’adore cette complicité entre nous et la façon qu’il a de veiller sur moi, l’air de rien. Son air protecteur ses blagues et ses sourires m’ont fait beaucoup de bien.

Demain, virée au supermarché suédois. J’y accompagnerai mon amie, et vous me connaissez je m’en réjouis 🙂

Une petite question existentielle : Une araignée monstrueuse peut-elle survivre avec juste une patte de moins? Si oui, alors je me sens mal rien qu’à l’idée ! J’ai lancé une chaussure sur le monstre que j’ai vu sortir de dessous mon lit tout à l’heure, la bestiole y a juste laissé une patte, mais a filé derrière ma garde-robe avant que j’ai eu le temps d’arrêter de trembler de dire ouf. Pfff quoi, elle s’est quand même pris une godasse sur la tronche ! Allez, dites-moi qu’elle n’en a pas réchappé et qu’elle ne viendra pas se venger cette nuit…

La grenouille annonce pas moins de 28° demain. Allez Kermitt, dis moi que tu t’es trompée et que le beau temps restera encore dimanche !  Depuis le temps que je me réjouis d’aller à ce concert, et de revoir les potes de la vie d’avant….. sans la pluie ça sera plus marrant 🙂

Permalien Commentaires fermés sur P’tites nouvelles en vrac :-)

5 septembre 2011 at 22:32 (Uncategorized)

La tête au bord de l’implosion. Tant à dire, pourtant. Mais pas où commencer ? Des futilités, peut-être. Tiens, Freddie Mercury aurait eu 65 ans aujourd’hui, drôle de l’imaginer maintenant quand on est resté calée dans sa période Queen. Ahhh Queen, mon tout premier concert, Forest National, dans les gradins, à droite de la scène je m’y revois encore 🙂 Marquée à vie, tombée dedans pour toujours, j’avais 15 ans à peine.

Comment m’est venue l’idée de parler de ça? Alors que tant d’autres se bousculent ! Peut-etre parce qu’en voyant sur le net l’hommage au chanteur disparu, ça m’a rappelé ce concert, cette période de mon enfance, celle dont j’ai déjà parlé ici (*). Peut-être en attendant que toutes les idées qui se bousculent aient fini de me foutre le bordel dans le ciboulot. Pouvoir enfin venir causer, de tout ce bordel justement.

Commencer par le début? Pfff ça durera des plombes. Ecrire comme je parlerais, comme d’habitude, ça devrait le faire.

Et donc hier matin, coup de tél.inconnu. « Vous êtes bien la fille d’E.? » Coup de poing à l’estomac. « Oui, c’est bien mon papa » En vacances, mon papa. Je pense tout de suite au pire. Explication, c’est son voisin qui m’appelle, parce qu’il a eu mon numéro de tél, « en cas de problèmes ». Et le problème est que c’est ce monsieur qui doit passer matin et soir voir si la maman de ma belle-mère va bien, pendant qu’ils sont partis en vacances. Et le pauvre homme est cloué au lit, malade comme un chien. C’est le seul voisin qu’elle ait, il n’a donc pas su lui rendre visite depuis samedi matin, et elle doit se demander ce qu’il se passe. D’autant plus que comme par hasard, elle avait détraqué son téléphone et qu’elle n’a plus aucun moyen de communication, et il est super inquiet « pensez donc ma petite dame, elle a 92 ans, si jamais elle avait fait une chute, ou avait eu un malaise avec les 35° qu’on a eu hier! » Mouais ça c’était hier, là il pleut des cordes depuis l’orage de cette nuit, c’est à plus de 20 km de chez moi, et je vous le rappelle je roule en scooter. Saleté de Murphy.

Je promets que dès l’averse terminée je me mettrai en route. Dont acte, à 11h du matin je démarrais. Routes mouillées, mais plus de pluie. J’arrive là le coeur battant, et si jamais…….

Pas du tout ! Elle a entendu le scooter, elle a déjà ouvert sa porte en grand et m’accueille avec le sourire, se demandant bien ce que je viens faire ! Et se confond en excuse quand elle comprend que le voisin m’a appelé. Et moi je suis ravie. Ravie de la revoir, ravie surtout de voir qu’elle va bien, on papote, j’essaye de retaper le gsm mais il est décidément naze. Je lui propose d’aller faire quelques courses, mais elle décline, ma belle-mère a pourvu au ravitaillement jusqu’à leur retour dimanche. Elle m’embrasse, me serre dans ses bras, s’inquiète même de la santé de son voisin ! Et je repars rassurée, et au final drôlement contente d’être venue. Je fais un détour par le centre commercial, commerces exceptionnellement ouverts ce dimanche, je fais quelques achats déco, je flâne, j’ai le temps. Quelques courses au supermarché aussi, il ouvre tous les dimanches quelle facilité ! J’appelle mon papa, ma belle-mère est rassurée et moi je suis ravie que tout se soit bien passé.

Et je rentre en prenant bien mon temps, le coeur léger.

A peine arrivée, ma mère téléphone, elle vient aux nouvelles de ma soirée de samedi « tu t’en réjouissais tant, ça s’est bien passé au moins? » Elle a trop bu, et je sens l’ironie dans la question. Je raconte que oui, je raconte aussi mon équipée de la journée.

Et là, le ciel me tombe sur la tête. Didiou ça faisait longtemps que je n’avais reçu en pleine face autant de cruauté, de reproches infondés dûs uniquement à la jalousie, et de méchanceté gratuite. Avant, il y a longtemps, j’avais l’habitude, et j’encaissais sans que ça me blesse. Elle a toujours eu la boisson méchante. Elle a toujours été rongée par la jalousie, à en devoir lui cacher quand on se voyait, mon frère et moi, ou quand j’allais chez ma grand-mère. Mais là, je n’ai rien vu venir, et ça m’a bien cassé. « et donc tu vas aussi loin pour t’occuper de la vieille, alors que moi si j’avais besoin de toi je pourrais crever » J’en passe et des meilleures. Je me dis qu’elle ne supporte pas le fait que ça soit pour la maman de ma belle-mère, que c’est parce qu’elle a bu qu’elle est aussi mauvaise. J’abrège le massacre, je la rappellerai quand elle sera calmée. Vu l’état  alcoolisé, pas avant demain.

J’encaisse mal. J’ai grandi avec cette méchanceté, cet alcoolisme, toute cette violence. J’en avais déjà parlé ici. Je m’en étais échappé durant des années. Fallait que je me sauve de cette mère toxique, qui a anéanti toute notre famille. Un rapprochement au décès de ma grand mère adorée, quelques appels, au final sans jamais pouvoir pardonner ni oublier, j’avais doucement renoué. Depuis quelques temps, on se parlait plus souvent au tél. j’en arrivais à parler de ma vie, des banalités. Une ébauche de relation mère-fille, mais pauvre idiote que je suis qu’est-ce que je croyais? Un jour, un coup de blues et j’avais osé en parler, elle m’avait ri au nez. Ne jamais plus rien raconter, au fond ma vie ne la regarde pas puisqu’elle ne l’a jamais interessé, et on s’en tenait aux banalités. Et parfois, naïvement j’osais rêver qu’enfin j’avais une mère, les rares fois où elle semblait me porter un peu d’interêt. Une mère, après 48 ans, il était temps…. 

Je m’écroule, et je ne comprends pas pourquoi tant de méchanceté.Ni pourquoi ça me touche autant. Parler à mon frère, je ne peux pas rester seule avec ça. il n’y a que lui qui puisse comprendre la cruauté dont elle est capable. et il comprend, il me soutient à fond, il me rassure, il est blindé lui, on l’a toujours été ! et s’étonne que là tout d’un coup je ne le sois plus. On parle longtemps. Mais p’tain pourquoi j’ai aussi mal? « laisse-la mijoter, ne la rappelle surtout pas ! Les mots qu’elle t’a dit, les grossièretés qu’elle t’a jeté à la figure, mais qu’est-ce qui lui a pris ! » Il fulmine. Et je me retrouve seule, blessée comme auparavant. C’est fou comme le goût des blessures d’enfance n’est jamais loin, et vous étouffe d’un coup alors qu’on croyait l’avoir enterré. P’tain de boule dans la gorge. Il faut que je me change les idées. Je trouve un prétexte idiot pour appeler mon gamin. On parle cuisine, mais il sent de suite que quelque chose ne va pas. Je lui explique. Il me dit « mais tu croyais vraiment qu’elle avait changé? » Vlan, maintenant je me sens conne, en plus d’être blessée. T’as raison loulou, j’ai été bien idiote d’oser croire qu’un jour j’aurais une mère, je vais laisser tomber.

Couper les ponts, me protéger.  Mais elle rappelle 2 heures plus tard. Et bien, j’allais mal? Je savais bien peu tout ce qui allait me tomber dessus ! durant un long long moment, elle ne m’a fait que des reproches, jalouse de mes sorties avec mes amies, et d’une en particulier, grossièreté innomable, méchanceté telle que j’en étais abasourdie, clouée sur place.Histoires d’il y a 30 ans, elle déverse son fiel sur tout et sur tout le monde, même mes enfants. Et j’ai explosé. J’ai tout laché. tout ce que je gardais en moi depuis des années. L’alcool. La cruauté. L’enfance, que dis-je toute la vie qu’elle nous a gaché, à mon frère et moi. Mon pauvre père, poussé à bout, jusqu’à son départ. « Elle a fait notre malheur, disait ma grand-mère ». Jamais je n’avais ainsi tout raconté. Toute notre vie elle nous a maintenu dans la culpabilité, et là terminé ! J’ai dit toute ma rancoeur, toute ma tristesse surtout, bien décidée à ne pas me laisser toucher par ses insultes en guise de réponse. C’est elle qui a raccoché, incapable de donner une seule réponse à mes « pourquoi ». Ni aucune justification à mes reproches, eux bien fondés. 

Mon frère m’a rappelé le soir, pour voir comment j’allais. Je lui ai raconté ce qu’il venait de se passer. Il m’a dit t’inquiète pas, il m’a dit courage, il m’a dit t’a bien fait.

J’en avais toujours rêvé, de lui faire un jour comprendre tout le mal qu’elle nous a fait. J’ai toujours cru que ça résoudrait tout, qu’enfin les blessures pourraient arrêter de saigner.

Alors pourquoi j’ai aussi mal, même si je suis soulagée? Parce que l’espace de quelques mois, j’ai eu la connerie de croire, d’espérer…….

Une mère, non mais qu’est-ce que je croyais?

(*) https://pourquoidabord.wordpress.com/2009/12/01/a-la-recherche-du-temps-perdu/    (insérer les liens ne marche pas,grr)

Permalien Commentaires fermés sur

4 septembre 2011 at 17:53 (Uncategorized)

Alors alors, ma journée d’hier fut….étrange je dirais. Tout d’abord à l’agence de voyage. Sans déception aucune, on a finalement décidé de reporter le week-end à Paris au printemps prochain. Ca sera bien plus gai qu’en hiver, mais bon on aurait pu décider ça avant de se déplacer pour rien 🙂

Ensuite, pas de shopping comme c’était prévu. En tout cas pas pour des fringues 🙂  A la place, j’ai accompagné une amie dont le couple est entrain de voler en éclats et dont le moral est plus bas que les chaussettes pour commander, acheter, choisir des meubles, et le gros électroménager. Un bon début, ok. Et puis une fois que le pas est franchi, que la décision est prise, plus d’autre choix il faut foncer ! Mais bon, c’était étrange de la voir, à la fois se réjouir, en choisissant sa chambre, me raconter la déco qu’elle a prévu, discuter, hésiter, puis décider du revêtement du canapé, choisir ces magnifiques chaises vert anis, un frigo comme le mien (style années 50) mais bleu pêtant, parlementer pour trouver une machine à laver super perfectionnée…mais comprenant un vrai programme court…… Etrange donc de la voir se réjouir, mais en même temps être tellement triste et défaite que même toute ma bonne humeur, ma joie de vivre et mon optimisme ne sont pas arrivés à l’aider.

Un passage, je lui disais, allez une nouvelle vie et celle-çi ne pourra être que mieux que l’autre ! Je lui racontais à quel point l’installation dans mon nouveau nid d’après séparation m’avait ravi, à quel point le moindre achat de nouveau meuble, ou même d’un simple bibelot me mettait en joie. A quel point me retrouver seule m’a été bénéfique. Tout ça elle le sait, tout ça elle l’a vu. D’ailleurs combien de fois ne m’a t-elle pas dit qu’elle nous enviait, moi et ma joie de vivre (et moi je balise en espérant que ça n’a ni précipité ni influencé sa décision de fuir ce couple qui la détruit à petit feu, mais ça c’est une autre histoire….) Bon alors que puis-je faire pour l’aider, sinon lui dire et lui répéter que tout va bien se passer, qu’avoir une nouvelle vie est la meilleure chose qui puisse arriver, puisque comme elle le sait j’en suis la preuve vivante !  🙂 Et puis que je serai là, qu’on sera là pour elle en cas de coup de blues, et que je serai la spécialiste es coups de pied au c** à chaque fois qu’elle en aura besoin.

Wait and see, y’a que ça à faire…..

Bref, cette après-midi étrange s’est tout de même bien passée.

Et la soirée fut bien chouette ! Le souper chez les potes d’avant était sympa. A se revoir bien plus souvent, tiens, d’ailleurs vivement le concert de dimanche prochain !

La journée d’aujourd’hui fut elle aussi bien étrange, ou quand une déception peut anéantir en une phrase la joie d’avoir pu aider quelqu’un. A en donner la nausée. Bon ça j’y reviendrai plus tard, quand j’aurai les idées plus claires pour pouvoir y mettre des mots. En attendant, un super repas, rien de tel pour se retaper le moral quand il est blessé !  (et voui, un méga repas…même après bien trop de chocolat !)   😀

Permalien Commentaires fermés sur

La rentrée

3 septembre 2011 at 09:22 (Uncategorized)

La rentrée des classes. Comme cette petite puce jeudi, plus de 2 ans que je l’avais en garde…. Chaque fois c’est la même chose, le même pincement au coeur. Quand elle me répète sans cesse qu’elle a une belle malette, quand c’est l’heure du dernier repas de midi, de la dernière sieste. Quand les parents arrivent, et que la tristesse est palpable chez eux aussi. Pfff, éternelle rengaine….

Rentrée pour moi aussi, quelque part. Une petite remplaçante en période d’adaptation et mignonne comme tout. Mais purée ce qu’elle a de la voix 🙂

Rentrée, ça amène aussi à des vacances. Logique 🙂   Et donc tout à l’heure direction l’agence de voyages pour réserver un nouveau week-end à Paris, youppie !

Sinon quoi de neuf ? Bah la routine, hier balade sur le marché du soir, bavardages et confidences au soleil, et resto sympa ensuite. Et allez, shopping en ville cette après-midi, il me faut une tenue pour une méga fête d’anniversaire prévue tout bientôt  😉

Et ce soir, je suis invitée chez des copains de la vie d’avant pour un souper , et didiou je me réjouis de les revoir !

La vie est belle, quand je vous le disais, olé !

Permalien Commentaires fermés sur La rentrée