27 janvier 2015 at 13:14 (Uncategorized)

En fin d’année, je décrétais naïvement vouloir que 2015 reste dans cet esprit nunuche de Noël. Tout en tendresse et petits bonheurs, bougies parfumées et cocooning tout doux. Mouais, ben l’année a bien raté son départ hein les gens. Décidément je n’ai pas aimé janvier. Et vivement février.

Tiens, le 5 je m’en irai voir m’sieur Bertignac en concert, c’est la semaine prochaine dis-donc, je ne réalise pas que le prochain mois frappe déjà à la porte.

Ce week-end c’est mon annif, du fond de ma bulle je l’avais presque oublié. Mes enfants veulent aller au resto, moi je refuse carrément. Ils veulent que chacun paye sa part ça me ferait mal tiens, quand mon Jimmy n’a déjà plus de quoi faire de courses d’ici le début du mois… Ou quand pour mon Thomas et sa compagne préparer la venue du bébé est le plus important point de vue finances. Je ferai un repas ici, et on ne discute pas c’est ainsi 🙂

Bref.

Sinon, bah j’avais enfin décidé de bouger samedi, si si. Faire les courses avec mon grand schtroumpf, aller chercher mes cd commandés à la fnac , trouver un cadeau pour l’anniv de mon frangin. Nada, la neige est venue jouer les trouble-fête, pas un bus ne roulait. 4ème week-end que je restais ici, à part un seul resto du vendredi et les courses au ravitaillement à coté de chez moi, c’est bien beau la bulle mais à force on y tourne en rond. Alors que faire, une balade dans la neige? Pas question je déteste ça. En plus je n’ai même pas de bottes méga fourrées, si ça ce n’est pas de la bonne excuse 🙂  Je déteste avoir les pieds gelés ou mouillés, autant que la neige c’est vous dire.

J’ai donc bullé 🙂 Un peu de ménage le matin, et l’après midi j’ai enquillé 3 épisodes de « Under the dome » . Vive le téléchargement dis donc ! Moi qui n’avais jamais tenté cela, depuis début janvier je n’arrête plus 🙂  Je me suis mangé genre 85 épisodes de « Mad men » (oué, 6 saisons et demi, j’attends avec impatience que la suite soit dispo), et puis les 2 saisons des gens coincés eux aussi sous une bulle, mais de façon bien moins sympa que la mienne. (quand je vous disais que j’évite les programmes télé-débile -et que je dors vraiment peu.. )

Puis vers 17h j’ai eu un sursaut d’énergie, j’ai enfilé mes godasses et je m’en suis allée au centre commercial tout à côté, il me le fallait, le cadeau pour mon frangin ! Qu’acheter à un zoulou qui ne boit pas, ne fume pas, et est très difficile pour ce qui est des fringues. Bon, il adore la déco et là on est sur la même longueur d’ondes. Mais j’hésite entre une mappemonde (pas bleue mais toute noire, superbe), ou une armoire métallique style industriel. Bon, ça sera un bon-cadeau, il choisira lui même, et du coup puisque je suis là et que j’ai le temps, je vais me faire une razzia-vêtements tiens, ça me fera du bien au moral. Mais bon sang, pourquoi, alors que ce sont les soldes, je ne flashe jamais que sur les nouvelles collections ! Et puis, toutes les bottes fourrées et bien chaudes sont au prix plein dans les 4 boutiques de la galerie.. La neige chute, et les prix regrimpent, pas sympa ça. Bon, je zappe donc les doudounes pour pieds, je vais refaire le plein de chocolat et je rentre chez moi.

Dimanche la neige avait déjà fondu. Je voulais, histoire de m’occuper et bouger d’ici aller chez le géant suédois. J’ai eu la flemme d’aller jusque là (ça vous étonne? 🙂 )  Alors j’ai vidé ma garde robe histoire d’y faire un peu de place aux nouvelles fringues, je suis allée porter les vêtements virés au container histoire de prendre l’air et faire courir mr Wilson, ensuite je lui ai fait prendre un bain parce qu’il puait la neige fondue sale et salée, j’ai fait des gâteaux et le soir j’ai terminé de regarder l’épopée des gens sous le dôme. Une jolie journée, olé.

J’ai envie de faire tellement de choses, continuer les finitions/brico dans la salle de bains, aménager la cour arrière, enfin rejointoyer les carrelages de la crédence de cuisine, en plus j’ai tellement d’idées et de projets, en couture, déco, brico.

….que je ne sais par où commencer, héhé.

Alors je m’assieds. Et j’attends le déclic. (ou le coup de pied bien placé 😉  )

 

 

 

 

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur

Twee. Mais pas bisounours :-)

23 janvier 2015 at 15:13 (Uncategorized)

 

« Twee »… késako ce truc ?

C’est exactement ce que je m’étais demandé, lorsqu’un ami m’avait affirmé le plus sérieusement du monde : Alors donc toi, tu es une twee. (sic, et en français dans le texte 🙂  )

Voilà voilà, à part lui sourire bêtement, il ne me restait plus qu’à chercher si ça relevait de l’insulte ou de la gentillesse c’t’affaire.

Hop, go-gole est mon ami, youppie.

Tendance twee, parait que ça existe depuis quelques années (aux States, of course). Et donc sur le net, y’a à boire et à manger dans la description de la chose. Résumons.

Copié-collé, et compil de certaines phrases reprises sur plusieurs sites, ça sera moins fastidieux 🙂  (et en bleu, ce sera plus clair)

Twee vient de la contraction du mot « sweet » et désigne un nouvelle tendance de société venue des US. Au menu : gentillesse, confiture maison et Zooey Deschanel.

Vous aimez les vidéos de petits chatons maladroits, tricoter un plaid au coin du feu ou dénicher le plus mignon des carnets de notes dans votre concept store préféré ? Alors vous faites peut-être partie de la génération Twee.

La vie réelle, le journal du 20h, la crise économique et les haters sur Internet… Parfois, on fatigue.

Plutôt que de déprimer devant le journal télévisé et ses actualités sombres, les twee préfèrent voir la vie en rose et de manière ultra positive, quitte à s’enfermer dans une bulle aseptisée.  Fini Ebola, le conflit syrien ou la hausse du chômage, on fuit le monde des adultes pour retomber en enfance.

Vient alors la tentation twee, ou plus précisément : la tendance twee.  Le twee véhicule des valeurs gentilles et réconfortantes. Un monde de douceur entre photos Instagram et cupcakes sur Pinterest.

Alors là les gens, si on excepte le fait que je n’aime pas les chats, et que Pinterest j’y passe pas mal de temps mais pour y trouver des idées de déco et de DIY, le reste me correspond pas mal. -Surtout le fait que je préfère nettement voir le monde bien perchée sur mon nuage en ouate. Ceux qui me connaissent (en vrai, ou me lisent ici depuis longtemps) savent à quelle point je l’aime, ma bulle 🙂

La génération twee est adepte du DIY 

Le Do It Yourself, c’est une tendance qui permet de se vider la tête, tout en faisant des économies au quotidien : parfait pour le twee ! Cela va de la confection de cupcakes aux décorations colorées et pailletées, à la réalisation de confitures maison, en passant par l’atelier tricot pour l’hiver ou peinture de bicyclette en été.

Ah ah, là c’est bingo 🙂  pas spécialement cupcakes, mais brownies, madeleines, sablés, gâteaux, confitures maisons et petites douceurs, le tricot (hé oui), et tout ce qui est DIY en matière de déco de mon home sweet home, carrément tendance cottage, shabby ou vintage là je suis incollable 🙂 Et précision, rien à voir avec faire des économies, mais plutôt avec le bien-être et la tendresse. Comme je le dis toujours, à force de fabriquer des petits bonheurs pour ceux que l’on aime, il finit toujours par vous en rester un peu au creux des mains.

La génération twee revoit sa garde-robe

Pour se distinguer des adultes ennuyeux aux tenues toutes semblables, le twee aime s’habiller de manière décalée, mais toujours très mignonne. Les filles revisitent leur féminité en choisissant des tenues girly des années 50 et 60. Motifs vichy, lunettes vintage et chaussures vernies deviennent leur uniforme… Pour s’y retrouver, c’est simple, habillez-vous comme Zooey Deschanel

Heu, faut pas pousser là 🙂  moi je suis principalement en jeans, pas robe vichy et chaussures vernies… J’avoue, j’aime beaucoup les longs jupons,  les dentelles ou les tissus ‘liberty’, mais pas que (heureusement).

Et dieu sait à quel point j’adore la période sixties, le vintage, la musique, le cinéma et les voitures de l’époque.

 

Volontiers rétro, le twee refuse le cynisme contemporain.

Voiiiilà .

Que reproche-t-on aux twee ?

Mais si être twee consiste simplement a être gentil, rétro et un insouciant, quel est le problème ? Si le terme twee naît à la base dans le monde de la culture indépendante, de façon relativement condescendante, on peine à voir en quoi avoir une personnalité twee serait problématique

En fait, il est répondu à cela que  Pour s’amuser à être aussi léger, il faut FORCÉMENT être immature, inconscient des réalités et incapable d’encaisser les frustrations de ce monde abrupt.

Pour ma part non, pas inconsciente des réalités du monde. Je les connais, et oui je refuse d’en encaisser les frustrations. Je préfère zapper le négatif avant qu’il ne me mine, surtout quand je ne peux rien y changer. C’est cela être immature? Alors ok 🙂

Néanmoins, on peut tenter de se protéger mais on ne se refait pas, hein 🙂 pour ce qui est de ma bulle et de ma tribu englobée dedans, dans notre réalité à nous, je ne zappe rien. Bien au contraire, là je serais juste tendance angoissée de service, et faisant tout à fait -et parfois trop- face..

Ces hommes et femmes, n’ont donc aucun mérite à prétendre à un retour à des valeurs simples et chaleureuses ? C’est que le twee à l’échelle plus large de la société resterait relativement égocentrique : là où le Hippie tentait de changer la société, le twee se referme sur son cercle amicalo-familial

Voiiiilà  🙂

(puis ne me parlez plus de hippie, merci j’ai donné et j’suis vaccinée 😉  )

 

Comme je l’ai aussi lu,  le terme twee est un terme mal défini regroupant autant les fans de Pinterest et de Do It Yourself que de balades romantiques.

Bon bon bon, moi, j’aime tout autant les confitures maison dans un joli pot décoré que les plats surgelés, les films romantiques que le hard rock, ou bien mon côté bisounours (ou naïf) que ma clairvoyance parfois, qui peut se transformer en méga colère ou coup de gueule percutant. Gentille ok, bonne mais pas conne. Je peux tout donner, j’peux aussi bien avoir la rancune très  tenace 🙂

Alors, twee ou pas twee ?

C’était une insulte, ou un compliment ?

🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Permalien Commentaires fermés sur Twee. Mais pas bisounours :-)

23 janvier 2015 at 13:03 (Uncategorized)

Ok ok, j’avais dit que je revenais vite..

J’attendais d’être sortie du nuage noir 🙂

Alors, comme je m’en doutais, après ma période de sur-information, j’ai complètement buggé 🙂  En fait, je suis redevenue moi, celle d’avant le 7 janvier. Je ne veux plus rien savoir, j’évite soigneusement tous les journaux d’info. Surtout en télé. Oh bien sûr je ne sais pas tout zapper et je vois encore passer des choses, notamment sur fb. Mais j’ai activé le mode oubli sélectif et systématique pour tout ce qui est négatif, terroriste, menaces et compagnie. Oué, cerveau en mode restauration systématique à la minute précédent l’info, et je vais vous dire ça me va parfaitement.

Le monde vire bredin bah tant pis pour lui, j’ai fini de m’en rendre malade d’inquiétude ça ne sert à rien de toute façon. Si ça pète à nouveau, pour sûr j’en pleurerai encore. Mais là excusez moi, je sature.

Je n’ai pas dit que j’arrêtais de râler ou de bondir face à tout ça (je n’ai pas été lobotomisée hein, puis on ne se refait pas comme dirait l’autre 🙂  )  Mais à quoi bon rabâcher les oreilles de mon entourage ou venir sur fb (ou ici) poster mes coups de gueule, qui de toute façon ne servent qu’à me donner des aigreurs d’estomac..

Bref, appelez ça comme vous voulez, immaturité ou même trucmachin post trauma, m’en fous. L’autruche se porte bien la tête dans le sable et les plumes au vent 🙂

D’ailleurs à ce propos, je reviens là immédiatement de suite (dès que je l’aurai rédigé) avec un truc dont j’allais vous parler, juste avant tout ce merdier. Un article qui me ressemble bien. Qui me trottait dans la tête depuis un peu avant le 7 janvier, mais que je n’aurais pas pu écrire avant aujourd’hui.

Et puis allez juste une dernière, parce que bon, tous Charlie mon œil, tous des dégonflés oui ! (puis parce que « Bachi Bouzouks à la graisse de loukhoum » ça me plait drôlement 🙂  )

10923500_10152736524688227_8161902925350716685_n

 

 

 

 

 

Permalien Commentaires fermés sur

14 janvier 2015 at 13:02 (Uncategorized)

Une semaine. Une semaine presque heure pour heure que je vis, comme bien d’autres je suppose, hors du temps. Comme hébétée.

C’était mercredi. Comme pour d’autres faits marquants (le 11 sept of course, la mort de Coluche, Brassens ou  Balavoine..), moi aussi je me souviens et me souviendrai exactement du contexte lorsque j’ai appris la tuerie. La radio allait, bien sûr. Comme je l’ai déjà dit, j’écoute une radio-rock qui ne fait pas la part belle aux infos, pas de flash chaque heure, et ça me va, moi l’autruche qui évite même les journaux télévisés d’habitude. Mais à la radio, je ne sais même pas si il y a eu un flash spécial vers midi trente parce que j’étais occupée avec le repas des petits potes. 6 ce jour là, c’t’à dire un peu le souk, et pas très silencieux, quoi. Ils mangent 2 par 2, et quand le chat est coincé avec les 2 souriceaux, les autres souris dansent pas mal 🙂 Bref, 12h 45 tout le monde est au lit, je passe zieuter Facebook comme d’hab. Un lien, un seul, sur le mur, qui annonce une attaque à Charlie Hebdo et au moins 11 morts. Pas relayé, ni encore posté par d’autres amis, j’ai cru à un fake. Mais j’ai tout de même cliqué…

Et depuis une semaine, je ne sais plus trop nommer le nombre de sentiments par lesquels je suis passée. Moi qui évite toujours soigneusement les infos pour ignorer le(s) malheur(s), je ne me reconnais plus. J’ai passé des heures sur le net, ou devant la télé, allumée vendredi, samedi, dimanche, toute la journée -oui, vendredi depuis la matinée et même avec les petits, qui je dois dire n’en avaient rien à faire et vivaient leur vie, tranquilles.- J’ai écouté, vu, lu tout ce qu’il m’était possible. On s’est assis, les parents arrivés au moment des assauts des forces spéciales et moi, mi-hébétés mi-soulagés, devant la télé.

Il y avait aussi, rien à voir mais vachement important, le départ de mon petit pote chouchou, puisqu’hier il rentrait à l’école. Les cadeaux, reçus et offerts. Et les larmes, encore. Dure soirée dis donc.

Zapper le resto du vendredi, impensable et impossible d’y aller. Téléphoner à mes gamins, encore. Besoin de les entendre, même en faisant la fortiche-tout-va-t’inquiète-pas. Et bisou mon loulou, bisou et encore bisou. Tellement.

ça fait donc une semaine que j’avale des infos et des images horribles, ou tellement poignantes. Une semaine que je n’ai pas bougé d’ici, à part samedi pour le ravitaillement obligé. Une semaine que je gère -ou pas- les larmes qui débordent, que je me réfugie à fond dans l’innocence les calins et la gaité de mes petits potes, que je gueule ou me révolte pour tout ou rien (au tél, par ex, l’employé pourri d’une administration s’en souviendra longtemps je pense 🙂 ), ou encore reste hébétée sans arriver à émerger. Que je me dispute sur fb avec un ‘ami’ -tu parles, un ancien d’école primaire qui s’est greffé dans un groupe- et dont le mur anti-musulman me débecte. (et pourquoi ce ***** de fb refuse mes signalements, arguant que ça ne va pas à l’encontre de ses standards de la communauté !?!?!!) Bref, j’ai fini par bloquer le raciste, mais ça me fait ch*** de savoir qu’il continue, et en toute impunité, en plus. Calme toi ma chouette, on me dit, tu ne changeras pas le monde, pis tu vas te faire un infar. C’est ça. Gn.

Une semaine que je dors mal, et très peu en plus. Parce que je traine sur le net en soirée, je cogite, puis tard le soir histoire de me vider la tête, je déménage les meubles -musique à fond les ballons, vide et range des armoires qui n’en ont pas besoin, ou bien m’enquille 3 épisodes de Mad Men sur l’ordi. Ou plonge mon chien dans la baignoire à 22 h, juste parce que j’ai envie qu’il soit tout doux et sente bon.

Je ne me reconnais plus, dis donc. Et j’ai peur. Peur que ce ne soit pas fini, peur de ce p’tin de monde de dingues.

Vivement que je retrouve ma bulle douillette et hermétique, que le nuage noir se dissipe je veux revoir mon nuage rose ! Au moins, peut-être arriverai-je à me réjouir de l’entretien d’embauche (enfin!) cette après midi de mon Jimmy qui s’annonce d’office bien, en plus. Au lieu de bêtement me tordre les boyaux rien qu’à penser l’hiver qui en ce moment fait à nouveau des siennes, pile poil pendant que mon gamin est sur l’autoroute pour se rendre à cet entretien, plus d’1heure de trajet pour arriver là bas au trou du cul du monde dans les fagnes, lui qui n’a jamais encore roulé sur neige ni verglas. J’entends les infos routes qui parlent neige, verglas, accidents sur le trajet qu’il effectue, et je suis morte d’inquiétude…. (oui je sais j’suis trop conne, pas utile de me secouer en mp j’vous répondrai pas 🙂  )

Bon, je vais me prostrer dans le divan en attendant 13h30, heure où il sera sensé être arrivé et le sms qui l’annoncera.

Puis je reviens vite et plus légèrement, promis.

 

 

 

Permalien Commentaires fermés sur

7 janvier 2015 at 20:32 (Uncategorized)

Ce midi j’ai été stupéfaite en voyant le lien d’un article sur Facebook, qui parlait d’une tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo. Tellement que j’ai cru à un fake. Mais non, ce ne pouvait pas être possible….

Rapidement j’ai compris que ça l’était, possible. Puis j’ai eu la nausée.

Au 13h, j’ai tremblé en imaginant le carnage, puis j’ai pleuré en voyant les images de ce dingue achever le policier déjà à terre. (mais pourquoi ne pas censurer ces images?!?)

J’ai frémi face au fanatisme imbécile, puis j’ai crié ma colère sur ces malades qui répondent aux crayons par des mitraillettes. Non mais, on va où là ?????

L’après midi, j’ai lu les commentaires, les témoignages. Chair de poule. La liberté d’expression, merde quoi !

Et planent les fantômes du professeur Choron et de Cavanna…

Ce soir, j’ai vu entre autre le rassemblement de soutien organisé à Bruxelles. Puis les larmes sont encore montées, en voyant les mains levées tenant un bic, purée quel symbole.

Ce soir, je regarde encore le journal de 20h. Puis je m’indigne, tout de même ils pourraient citer les noms de toutes les victimes, et pas uniquement celles connues du grand public.

Ce jour, j’ai juste mal de toute cette haine aveugle. Et peur. De la folie de l’extrémisme.

Puis j’espère que, non ils n’ont pas tué Charlie Hebdo.

Permalien Commentaires fermés sur

Ecoeurée. Triste et dégoutée.

7 janvier 2015 at 13:48 (Uncategorized)

10917898_1518665925083109_6621062586115447006_n

Permalien Commentaires fermés sur Ecoeurée. Triste et dégoutée.