L’esprit de Noël. Pour toute l’année, oui oui :-)

16 janvier 2017 at 13:32 (Uncategorized)

Un samedi coincée à la maison, dans l’attente de cet ouvrier qui devait passer voir le coin du mur extérieur, vous savez celui qui s’effondre depuis qu’on a enlevé le raccordement électrique. J’aimerais qu’il passe avant que tout s’écroule sur la tête de quelqu’un… 4 semaines qu’on me dit qu’il doit passer voir le travail, et c’est comme le dahu, on parle de lui mais personne ne l’a vu. Vais finir par croire qu’il n’existe pas ce mec 🙂  Bref. D’après le pote de mon frangin (chez qui le bonhomme travaille), cette fois c’était certain, il devait venir samedi.

Je l’attends encore. Gn.

Donc un samedi à glander, et à part faire le ménage, passer un long moment au tél avec mon grand schtroumpf que du coup je laissais lâchement tomber alors qu’on devait aller en ville, tricoter un peu ce snood en devenir et puis glander toute la soirée devant la télé, je n’ai rien fait. Bah, paraît que je dois me reposer, dont acte.

Mon chien adore ça, lui aussi 🙂

0001noel-2016-005

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la conversation téléphonique m’a apporté plus qu’une consult psy, dis donc. Et je reprends (enfin) mes angoisses et mon mal être en mains. Bon, j’essaye, hein c’est pas encore parfait. Mais ça va mieux, la tête s’allège et les nœuds dans les tripes se dénouent peu à peu. Puis logiquement, plus que 2 ou max 3 jours pour avoir des nouvelles du grain de sable, ou de la tempête. Après 2 mois d’angoisses, voilà t’y pas qu’au moment du soulagement (ou de l’effondrement) je deviens sereine, qui a dit que j’étais compliquée 🙂 Mais enfin, on va savoir là tout vite. Cette incertitude et cette peur, cette interminable attente nous ont détruit presque autant que si les nouvelles devaient être mauvaises, didiou.

Et pour me vider la tête, hier je suis allée rendre visite au suédois bleu et jaune. Oué, blindé de monde comme lors de chaque ouverture un dimanche, mais je n’en avais rien à faire. Flâner, manger les boulettes improbables et la compote d’airelles, acheter des tas de choses inutiles… mais enfin de compte utiles 🙂 Et reprendre le bus les bras bien chargés et objectif atteint, l’esprit bien désencombré.

Une fois rentrée, défaire le sapin de Noël, ranger toutes les décos. Sauf une. Cette année ce sera le mignon petit renne en bois. Encore une de mes superstitions farfelues…garder un objet de Noël bien en vue toute l’année, histoire d’être encore là le Noël prochain. (Admirez au passage la magnifique petite commode reçue de mon frangin, déjà remplie de mes affaires pour la couture et les décos D.I.Y.)

002001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l’aurais bien gardé encore un peu moi, mon beau sapin 🙂 C’est bête hein mais ses lumières, c’est comme si elles me rassuraient..

noel-2016-001

 

 

 

 

 

 

 

Bah j’ai acheté plein de bougies ça tombe bien, et je m’entoure de plein d’autres lumières d’ambiance cocoon et cosy, j’adore mon nid quand le soir tombe est-ce que je vous l’ai déjà dit ? 🙂

Et le soir donc, vers 20h30 un petit sms de ma voisine.. « je peux venir boire un petit café près de toi ? » Puis elle débarque avec un panier de biscuits encore chauds qu’elle venait juste de faire. 3 bonnes heures de papotages café et délicieux biscuits il est temps de se quitter, une douche et au lit !

 

 

 

Publicités

Permalien Commentaires fermés sur L’esprit de Noël. Pour toute l’année, oui oui :-)

11 janvier 2017 at 13:22 (Uncategorized)

J’ai envie..de soleil

De partir en vacances, là, tout de suite, de tout lâcher, de pouvoir enfin me vider la tête. Si seulement..

De dormir, dormir et dormir. Parce que mes rêves eux, sont toujours doux et rassurants. Si, j’vous assure. Au point de me réjouir quand je sens le sommeil arriver.

De manger une pizza, là de suite. Avec plein d’anchois dessus. Avoir soif toute l’après midi, du coup.

Et boire de l’eau, encore et encore. Tout nettoyer, toutes ces douleurs que l’on a lorsque tu sais, le corps commence à dire non. Mal partout, un jour le dos en compote à devoir s’asseoir de travers, le lendemain les épaules tellement crispées que ça lance jusque dans la nuque, le jour suivant c’est le genou, qui flanche au moment où on ne s’y attend pas évidemment, et vlan. Et la tête, alouette, constamment lourde comme une citrouille pesant 20 kgs. C’est le stress il paraît. L’angoisse qui noue tout. Et toujours ce p’tin de grain de sable qui veille, dans l’ombre, qui retarde sournoisement l’arrivée des nouvelles, tellement espérées positives. Puis tout le reste, toutes les angoisses qui s’amplifient, forcément. Tout et n’importe quoi, la neige à nouveau annoncée, et mes gamins sur la route. Ah mes enfants, et puis le petit loulou, à qui il faudra qu’il n’arrive rien, jamais. C’est obligé. Tout et encore plus, à ne plus savoir se raisonner, p’tin d’angoisses. Inutiles, c’est bon je sais on m’engueule déjà assez pour ça. Au lieu d’essayer de comprendre.

Des vacances, partir et ne plus rien penser.

Pfiou à quoi bon, même au bout du monde et sous le soleil je ne pourrais y arriver 🙂

 

 

Permalien Commentaires fermés sur