Cassée, non vous croyez :-)

30 juin 2008 at 09:43 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens !
Et donc la big guindaille de mes grands s’est super bien passé. Paraît qu’ils ont été (presque) raisonnables, de sms en coups de téléphone, à chaque fois rassurée j’ai traversé ces 5 jours et j’ai survécu… applaudissez oui vous pouvez !
Pour le reste, tout allait. Train vendredi pour rejoindre le home de mon sweet homme, resto chinois ensuite j’vous disais tout va.. Samedi, le déménagement. Bah un déménagement quoi 🙂 des caisses, des meubles tout ça tout ça, bonne ambiance sandwiches et mal partout. Barbecue sympa ensuite chez le géant aux dreds, puis soirée bal aux lampions et concert de cover comme prévu, c’était rigolo d’entendre les chansons du groupe jouées par d’autres, et un bonheur de voir mon Amour si heureux. Et vive l’Orval quand il est frais n’est-ce pas  mon coeur  🙂
Hier, éveillés plus tôt que prévu nous voilà partis en balade, chine et brocante sous un soleil de plomb, dernière parenthèse à deux, dernière petite bulle rien qu’à nous avant longtemps, profitons-en ! Ensuite courte après midi chez ma grand mère avant de reprendre le train vers mes pénates, pendant que l’homamoi s’en allait en concert à l’autre bout du pays. Oublié le festival de cover à Spa que je prévoyais de rejoindre, pas le courage. 4 trains et 3 heures de trajet pour y arriver merci bien, tout ça pour devoir repartir à 22 heures (dernier tortillard oblige), et me farcir les 6 km à pied pour remonter de la gare vers chez moi à minuit? Folle je sais, mais pas à ce point.
Et donc j’ai repris le train au départ de chez ma grand-mère, puis à l’arrivée je me suis payée une énorme glace en guise de souper héhé. Me fallait bien ça pour affronter, même à 20 heures, la chaleur écrasante qui allait me casser durant mes 6 km obligés… à pied et tout en montée. Là plaignez-moi, vous pouvez 🙂
1 heure et une longue douche plus tard, je pêtais la forme. Moui croyez-le, courbatures du déménagement, coups de soleil de la brocante, jambes en compote de la marche forcée j’étais bonne à jeter 🙂
Et donc c’est affalée devant la télé que j’ai terminé la soirée. Petites pensées pour mon amour, ses sms tout en tendresse depuis son départ, le déroulement de sa soirée et grr les concerts en retard. Puis enfin le dernier en milieu de nuit, ouf il est rentré. Et pouvoir dormir sereinement, rassurée…
Aujourd’hui je suis -à peine- cassée. Et j’attends 6 petits potes… là please compatissez !
Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Vivement dimanche

27 juin 2008 at 09:42 (Uncategorized)

Mardi soir, soirée « beach-pétanque » allez m’man on y va ça sera rigolo je te promets de ne pas rentrer tard, puisque je travaille demain. Vingt dieux z’en ont jamais marre je vous disais 🙂 Beach-pétanque v’la autre chose. Ben oui, puisque le sable pour les 4 jours fous est déjà en place…
Mercredi, comme prévu installation des tentes pour le lendemain, et donc début de la guindaille, pas trop il paraît puisque le premier match de mercredi était à 8 heures 30…. mouais cause toujours je vais le croire…
Jeudi, nouvelles des zouaves qui cuisent sous le soleil, qui jouent au volley, qui arbitrent, qui se baladent, qui font la fête of course, qui rejoignent leur tente vers 1 h du matin d’après les sms. Ils sont toujours vivants, donc moi je survis.
Ce matin, il pleut zut alors ça c’était pas prévu au programme. Encore des matches, puis fin d’après midi mon Jimmy désertera le beach le temps d’une soirée pour rejoindre Bruxelles et le festival Couleur Café, autre genre, autres tracas moi je vous dis la mère poule ne survivra pas…
Ce soir, puis samedi, c’est là que la vraie guindaille commencera. Le beach volley passe la main aux joueurs pros, terminée la compet pour mes grands. Restera pour s’occuper les soirées à thème, les concerts, les sons et lumières, les bars en folie, le camping sans dessus-dessous, la big fiesta quoi. Rhaa pauvre de moi et vivement dimanche que tout cela soit fini.
Bah pauvre de moi, question tracas ça oui. Pour le reste, je vais bien merci….
Mercredi, mon amour est revenu, aléas de garde de ses enfants qui change, un bonheur de quelques jours de gagnés. Soirée au calme, soirée tendresse j’oublie (presque) le reste.
Hier journée ensemble, avec les petits potes. Ensuite départ vers Liège, en espérant trouver encore une agence de voyage ouverte et enfin réserver ces vacances espérées…. nada bien sûr, bah tant pis on reviendra. Et puisqu’on est là, balade en ville, resto italien, plein d’amour et main dans la main….
Ce matin le voilà reparti au boulot, et ce soir je m’en vais chez lui, mon amour à tantôt !
Week-end encore une fois bien occupé, demain aide au déménagement d’un des membres du groupe, et le soir on espère avoir fini tôt assez pour rejoindre un concert de cover….. qui parmi son répertoire reprend des chansons de mon zhomme. Ca serait rigolo de voir ça  🙂
Dimanche, c’est un peu moins gai, la bande s’en allant en concert loin à l’autre bout du pays, je ne peux les accompagner vu que leur minibus les ramènera tard dans la nuit, et que moi je travaille lundi. Je dois donc rentrer seule en train, et trouver de quoi occuper ma fin de journée.
Spa tribute festival, sur le site des francos et gratuit en plus, en voilà une bonne idée !
Je m’en vais chercher si c’est possible de m’y rendre -et surtout de rentrer !-  en train, je croise les doigts pour que ce dimanche se termine bien..
🙂

Permalien Laisser un commentaire

Belle journée, y’a du soleil

24 juin 2008 at 09:41 (Uncategorized)

Une belle journée pour s’envoler. Mouais, faudrait être un oiseau  🙂
Des fois j’aimerais être un oiseau, pour pouvoir cracher de plus haut….  –
comme chante l’autre caneton enrhumé-
Pas envie de m’envoler de toute façon. Juste cracher. La boule dans la gorge, tout ça. Puis partir loin. Seule. Envie de vide, de faire le vide. Marre de ce sale sentiment de solitude. Tiens c’est pas contradictoire ça? Dialogues, juste pour ne rien dire. Vide intersidéral. Tout le monde est loin, même les proches. Logique puisque tout le monde s’en fout. Envie de rien au fond. Même partir serait trop d’effort. Ah si, envie d’être en congé, je sature. Pff congés, pour quoi faire de toute façon. Peut-être me balader, errer seule dans une ville inconnue et baignée de soleil et de petites ruelles, ça au fond ça me plairaît c’est un rêve. obsédant. Remarque ça n’engage à rien de le dire puisque c’est de toute façon impossible 🙂  Parler pour ne rien dire, ça me va. Parler trop, de tout de rien, les dialogues vides j’vous disais, juste pour faire croire que. Patauge dans la semoule, comme on dit par ici. C’est pas envie de parler, c’est envie qu’on écoute, ce que je ne dis pas. Pour une fois. Mince j’arrive pas à savoir ce que je veux, c’est comme ça quand on ne veut rien que veux-tu.
Saleté de SPM, on va dire que c’est sa faute au moins ça rassure quand y’a une raison héhé
Je reviendrai demain. Enfin on verra bien.

Permalien Laisser un commentaire

Fiesta, et fête de la musique

23 juin 2008 at 09:40 (Uncategorized)

Bon alors, par où vais-je bien commencer 🙂
Déjà la soirée d’anniversaire de mon Jim s’est super bien passée -du moins d’après le peu que l’on ait bien voulu me raconter, héhé-. Moi tout ce que je sais c’est qu’hier, en rentrant de mon week-end ardennais j’ai constaté que mes conditions avaient été respectées, à savoir que rien ne laissait soupçonner qu’il y avait eu une fiesta à la maison. Une vingtaine de zouaves, et rien de cassé, pas de vomito paraît-il, une bonne ambiance, du rhum et des mojitos, du whisky et pas trop de coca… bref fiesta. La voix de mon zouave au téléphone samedi lors de son grand nettoyage me laissait un peu deviner l’état dans lequel il est allé dormir (tôt… le matin), mais bon on fête ses 20 ans ou on ne les fête pas n’est-ce pas 🙂
L’autre soirée, celle de samedi s’est bien passée aussi, du moins le coup de téléphone vers les 3 heures 30 maman j’suis rentré ne t’inquiète plus bisous bonne nuit a suffi à me le faire croire. Ouf, encore un week-end de passé…
Et moi dans tout ça ?
Et bien j’étais chez mon amour, comme prévu. Train vendredi, et samedi, fête de la musique oblige, il était en concert.  …..A 200 mètres de chez lui. Fête bon enfant, concerts et grand soleil, puis 22 heures 45, enfin le groupe entre en scène pour plus de 2 heures de folie. Didiou c’que j’ai eu chaud sous ce chapiteau, ouvert heureusement mais débordant de monde 🙂
Et la soif, je ne vous raconte même pas….. ça m’apprendra à manger une pizza aux anchois lors du resto d’avant concert. Andouille va.
Dimanche, petite grasse matinée et me voilà prête à rejoindre mes pénates en train dès le début de l’après midi. 2 heures de voyage, puis près d’une heure de plus à pied entre la gare et ma maison. Enfin non, je n’étais pas prête qu’est ce que vous croyez 🙂  Fatiguée d’avoir très peu dormi, cassée d’avoir trop dansé, et près de 30° annoncés. Pauvre moi. Puis mon amoureux décide de me ramener en voiture, alors qu’il devait rester à la maison avec ses filles. Bonheur de rester un peu plus ensemble, qu’il dit. Et de m’éviter de cuire dans le train ou de m’écrouler lors du trajet à pied, moi je dis !
Donc me voilà à la maison plus tôt que prévu, pour terminer l’après-midi en compagnie de mon Jim et sa schtroumpfette, Tom lui, squattant chez la sienne.
Soirée à 3 donc, chili con carne improvisé et puis télé. Au calme après ce week-end bien déménagé….
Lundi avec 5 petits potes, y’avait intérêt à assurer. Et vive les cafés serrés.
Mon Jim au boulot, Tom enfin rentré. Sieste des petits enragés, et moi je ne trouve rien d’autre à faire que blogger…..
Les gens, bonne journée !

Permalien Laisser un commentaire

Mother’s LOVE

20 juin 2008 at 09:39 (Uncategorized)

Et aujourd’hui, c’est ma journée-bonheur. Enfin c’était plutôt hier soir ! J’vous explique. C’était hier soir que je devais (enfin) avoir les résultats de la dernière prise de sang de mon Jimmy. Et puisque je vous cause de bonheur, vous avez compris je suppose : to-ta-le-ment guéri ! Maladie de Lyme exterminée, et vive les antibios ! Taux de jsaispasquoi redevenu totalement normal, ouf, enfin je peux respirer !!
Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, hier soir avait aussi lieu la proclamation des résultats de mon Tom. Parce que réussir son mémoire et sa défense orale c’était déjà très bien, mais il y avait eu aussi 14 examens écrits…. et tadaaaaam il les a tous réussis !!  Aucune 2ème session les gens je suis fière de lui mais fière comme vous ne l’imaginez même pas, mon grand a terminé ses études et haut la main en plus Oualou qué bonheur !
Mouais, fallait encore que je survive à la nuit qu’il allait passer dans le carré pour fêter l’évènement. 🙂 Je vous ai déjà parlé de ce quartier de Liège, de ce haut lieu de guindailles estudiantines -et l’étudiant liégeois est le recordman mondial de production de vomito au m2, petit rappel juste pour situer l’ambiance…-
Bon, mon gamin étant le plus gentil du monde, j’avais reçu 2 sms durant la nuit juste pour me dire qu’il était toujours bien vivant et que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes de la beuverie, et un autre dès son arrivée au kot de ses copains pour me dire qu’il allait -enfin- dormir, te tracasse plus p’tite maman. Hourra.
Rassurée vous croyez?
Heu, on va dire demain, quand la big fiesta de ce soir de mon Jimmy sera passée elle aussi 🙂
Ce soir, c’est ma semaine avec eux qui reprend. Et le zouave m’a gentiment demandé d’aller squatter chez mon amour …..pour fêter tranquillement son anniversaire à la maison. Par tranquillement, traduisez sans moi 🙂  Logique hein, les parents qui jouent l’incruste c’est pas top faut dire. Aux dernières nouvelles ils seront une petite vingtaine, voire plus. Ma pauvre maisonnette, je crois que tes murs vont chauffer héhé. Bah du coup je m’éclipse là-bas en Belgique-sud jusque dimanche, fêtes de la musique demain et donc concert de lhomamoi, je ne vais pas louper ça !
Puis ça laissera à mon loulou le temps de digérer ses 20 ans -et probablement sa gueule de bois-, de tout nettoyer (puisque ma condition est, comme d’hab, qu’à mon retour rien ne doit laisser soupçonner qu’il y a eu une soirée), et accessoirement un peu se reposer… avant une autre méga-soirée demain soir. Grumpf ils ne s’arrêteront jamais ?
Méga-soirée pré-Beach Days . Gn. Allez voir le lien et vous comprendrez  🙂
Et comme de bien entendu, vous vous attendrez à ce que dès mercredi je revienne râler -faudra bien puisqu’il n’y a que vous qui compatirez, héhé-
Bon, en attendant je vais tâcher de profiter de mon week-end. Tâcher de voir les choses du bon côté, mon amour reparti ce matin logiquement pour une semaine sans se voir, et là j’y retourne ce soir. Tâcher aussi d’oublier le petit pincement au coeur de cette p’tain de nostalgie des anniversaires passés, gâteaux et cadeaux, et mômes émerveillés…
Bon anniversaire mon grand, on n’a pas tous les jours 20 ans !
Je t’aime jusqu’à la Lune, comme tu me disais enfant…..

Permalien Laisser un commentaire

Quand l’appétit va, tout va

19 juin 2008 at 09:38 (Uncategorized)

Et donc je lui ai téléphoné, la bouche en coeur malgré le sentiment de tristesse qui me bouffait de l’intérieur. Bon anniversaire ! On parle 2 ou 3 minutes, de tout de rien. Puis elle me dit que quelque chose la tracasse, quelqu’un a déposé des courses, et elle se demande qui c’est. « Quelqu’un qui me connait, parce que c’était plein de choses que j’aimais bien ». Et vlan. Elle a oublié. P’tain elle a oublié que je suis passée samedi, j’avais peu de temps entre 2 trains mais quand même purée elle a ou-bli-é ! Je suis restée une demi-heure, le temps de déposer le gros sac avec oui, plein de choses qu’elle aime. Le temps de papoter un peu, et de promettre que je reviendrai samedi, cette fois pour bien plus de temps. Et elle a tout zappé.
Et merde, du coup samedi je n’ai même plus envie d’y aller.
Passons. J’ai mal alors je me ferme. et comme une huître croyez bien.
A part ça, et bien tout va. Lalala. Mardi, alors que lhomamoi était reparti dans ses contrées, j’ai passé ma soirée en réunion pour la garderie. Réunion de fin de saison, chez un glacier renommé. Autant joindre l’utile à l’agréable ! Soirée sympa de bavardages de poulailler, présentation des nouvelles accueillantes, infos de service. Et la glace, énorme je ne vous dis que ça ben tiens j’allais pas me priver non plus 🙂
Hier, rebelote. Mon amoureux de retour, on décide après le souper d’aller se promener en ville. C’est tout lui ça, je dis simplement que j’ai envie d’une glace, et hop il me dit on y va. Mais pas près de chez moi comme je le pensais, non, à Liège. Et donc en route, balade en ville, passage dans le « carré » déjà bondé d’étudiants en goguette et en fin d’examens, promenade, et glace of course. Belle et longue soirée de beau temps et de douceur. La ville en amoureux, quoi. Ce matin il s’en est allé suivre une formation à 150 km d’ici, et moi je vegète parmi les petits potes en attendant son retour.
Drôle de journée mi figue-mi raisin… Les gens, à demain !

Permalien Laisser un commentaire

Birthday

18 juin 2008 at 09:35 (Uncategorized)

Je ne vais pas vous gaver une fois de plus à parler d’Elle.
C’est juste que là, c’est son anniversaire. 94 printemps, elle qui me disait si souvent qu’elle ne voudrait pas devenir centenaire, elle est bien partie pour y arriver…
Une santé de fer. Moui. C’est juste la tête qui ne suit plus, tu sais parfois je « déménage »...
94 années, dont presque 20 seule dans sa cage dorée, à s’ennuyer.
J’irai la voir samedi, et je sais d’avance qu’elle me grondera tendrement en voyant l’énorme bouquet de fleurs. Puis que j’aurai les larmes aux yeux si elle me dit en vrac comme l’an dernier à quoi bon une année de plus, oh les petits lys bleus tu t’es rappelée que ce sont mes fleurs préférés comme c’est gentil, tu sais cette fois ce bouquet sera le dernier….
J’aimerais tant vous dire… tant et tant encore. A quel point je l’aime, à quel point j’ai mal quand elle m’oublie, à quel point je réagis mal, même si elle n’en peut rien. A quel point elle me manquera quand….
Pourquoi je suis si triste, alors que c’est son anniversaire. Pourquoi j’ai si mal de savoir que même ses 2 filles n’iront pas la voir et qu’elle sera seule aujourd’hui, comme tous les jours. Pourquoi j’aimerais l’avoir tout près de moi. Pourquoi je lui en veux d’avoir refusé cette maison de repos, à 5 km d’ici, au lieu des 100 qu’il y a entre nous. Je n’ai jamais quitté ce village ou ses alentours, qu’elle me dit. Pff et ça changerait quoi puisque maitenant tu ne quittes plus ton appart….

La petite fille est triste. Rien de plus à dire, je vais lui téléphoner et lui sourire.

Permalien Laisser un commentaire

Comme du chocolat

17 juin 2008 at 09:34 (Uncategorized)

Bon, merci pour les petits coups de pouce pied au c**, purée ça a marché 🙂
J’ai répondu, en mail of course, ça c’était juste une petite envie de merci en public.
Envie aussi d’optimisme, envie de croire, envie de sourire et de profiter du soleil, merde après tout 🙂
Finalement la vie c’est pas qu’une boîte de chocolats au poivre, genre farces et attrapes. On ne sait jamais sur quoi on va tomber, qu’il disait Forrest Gump le grand philosophe. Je l’aime bien celui là, même qu’il boit du Dr Pepper, comme moi.
Alors donc parfois on se lève le matin, et là c’est une bonne boîte de chocolats. Tous délicieux.
Comme mon loulou adoré, qui époustoufle en rendant son mémoire, tellement qu’on croit qu’il ne l’a pas fait lui même. Tellement qu’il réussit sa défense, et avec distinction s’il vous plaît bien ! 
Comme un mois de juillet pour moi incertain, puis finalement planifié et croyez-moi ça sera bien.
Comme des espoirs de week-end à deux à Paris ou Amsterdam,
Comme des places réservées pour un festival,
Comme des réservations imminentes de vacances en amoureux, courts répits entre 2 concerts de lui,
Comme un espoir de finances pas si cata que ça, enfin presque, et ça ça aide à mieux dormir la nuit,
Comme des nuages qu’on amoncelle et qui bouchent le ciel puis qui se font chasser d’un coup, d’un simple dialogue,
Comme un avenir qui finalement se dessine, comme un avenir auquel on peut enfin croire à deux et en amoureux,
Comme un poids en moins sur l’estomac, le coeur qui s’allège presque,
Comme mon coeur de maman qui ne veut que du bonheur pour ses enfants,
Comme une maman qui sait qu’elle va tout faire pour que tout aille bien et qui du coup, comme vous voyez, à bloc est regonflée !

A nouveau croiser les doigts, et prier les fées puisqu’on y croit.

Permalien Laisser un commentaire

..

16 juin 2008 at 09:32 (Uncategorized)

Alors, lundi. Oui faut bien passer par là si on veut que la semaine se termine. Ca situe l’état d’esprit dans lequel je me trouve 🙂 Parce que le premier petit pote est arrivé tôt ce matin, verdict : angine rouge, antibio et blablabla il n’est presque plus difficile tu verras, on a passé un w-e d’enfer mais là ça va. Puis la deuxième, ben elle a été infernale le w-e, mais elle fait des dents hein, la pauvre. Gn elle devrait déjà en avoir 68 au moins là, moi je vous le dis. Hop, le 3ème est malade, 39,5 de fièvre je peux vous l’amener ou vous préférez que je le garde. A ton avis nonmaisho? Grr et hop, une journée (et à mon avis une semaine) de paye de perdue, ‘tain comme si j’avais besoin de ça en ce moment. Mais bon on ne peut pas tout avoir hein, c’était ça ou bien (à coup sûr) la contagion des autres et donc la cata pour moi. Pour le minot souriant et qui sent bon le savon cadum, tu repasseras. Il en manque encore 2 à l’appel, et la journée sera belle.
A part ça, rien de nouveau. Mon Tom défend son mémoire tout à l’heure, et je n’en peux plus de croiser les doigts. Mon Jim, nouvelle prise de sang samedi, et là je croise tout ce qui est possible. Et moi? Ben là moi je ne sais pas où je vais. Enfin si, mais vaut mieux pas que je le dise, croyez-moi…

Permalien Laisser un commentaire

Superstitieux, ou farfelu !

13 juin 2008 at 09:31 (Uncategorized)

Voyez plutôt ! Extraits choisis : (trouvé au hasard du net http://antanlontan.chez-alice.fr/supersti.htm)

On n’enjambe pas un enfant – ça l’empêchera de grandir (mince pratiquement tous les mômes que j’ai gardé on dû se transformer en nains !)

On ne compte pas les étoiles dans le ciel – ça donne des verrues (quel est l’andouille qui a pondu ce truc!)

Les jeunes filles ne doivent pas siffler – ça fait pleurer la vierge  (et?)

On ne marche pas à genoux – ça porte malheur  (ah bon mince moi qui ne me déplace qu’ainsi!)

On ne croise pas ses deux mains au dessus de sa tête – sinon ta mère va mourir  (là vaut mieux pas que je commente)

On ne récupère pas, en essuyant la table après les repas, les miettes dans le creux de sa main – cela empêcherait d’avoir de l’argent (ah la voilà, l’explication !)

Lorsqu’il commence à faire nuit, ne jamais dire bonsoir à une personne croisée en chemin – si c’est un zombie, elle donnerait votre voix au diable qui pourrait venir vous enlever (pfft  même pas peur)

On sent une mauvaise odeur la nuit, ne pas en parler – le nez pourrirait (pas de risque de perdre mon pif je ne pête jamais au lit nomého)

Il faut uriner sur une pièce de monnaie trouvée en chemin avant de la ramasser – pour éviter que la main enfle (faut choisir, l’oedème ou l’odeur !)

Une femme qui a ses règles ne doit pas en coiffer une autre – cette dernière perdrait ses cheveux (note pour plus tard : penser à demander à ma coiffeuse quand j’irai la voir..)

Le soir à la campagne, (après avoir cheminé) on entre à reculons dans sa case c’est-à-dire en donnant le dos à la porte – Pour empêcher les mauvais esprits qui ont pu nous suivre de rentrer dans la maison. (t’as raison demain je m’y mets)

Une sauterelle verte dans une maison – signe de chance, de bonheur (ok je commence l’élevage)

Permalien Laisser un commentaire

Pas superstitieuse, juste rêveuse

13 juin 2008 at 09:28 (Uncategorized)

Vendredi 13, la belle affaire. Quand j’étais gamine, à l’école on se planquait sous une table à 13 heures 13 pétantes. Aucune idée du pourquoi de cette pratique étrange, mais ça me faisait juste marrer d’imiter les copains.
Vendredi 13, quand j’étais gamine j’entendais toujours ma grand mère répéter « moi le vendredi 13 ne m’a pas porté chance, ta mère est née un vendredi 13 t’as qu’à voir! ». Logique donc que j’aie toujours cru que ça ne portait que malheur.
Jusqu’à ce que notre chère loterie nationale, elle, décide à grand renfort de publicité que ça portait chance, et qu’il fallait engraisser l’état jouer encore plus ce jour là.
Et donc ce soir, avant de prendre le train vers chez mon amoureux, je ferai un petit détour par la librairie. Sait-on jamais, hein pour une fois que je jouerai ça serait rigolo que je gagne ! 

Bon week-end les gens je repasserai lundi, et même que je serai riche 🙂
Ca fait du bien d’un peu rêver…

Permalien Laisser un commentaire

Sur le pouce :-)

10 juin 2008 at 09:27 (Uncategorized)

Alors là les gens, je passe exprès, dans l’instant et à l’heure du souper juste pour noter une petite idée qui vient de me germer dans le cervelet, vite avant qu’elle ne s’envole. J’ai même l’assiette en équilibre sur le bureau c’est vous dire héhé. Bon c’est pas tout ça mais si je m’embarque dans des phrases trop longues l’idée elle c’est sûr qu’elle va se barrer vite fait.. Alors voilà. Lu tout à l’heure chez msieur Boulu, « l’amour c’est… »  Alors oui parlons-en, l’amour c’est quoi. Pour lui et à ce moment là, c’est une dédicace d’une chanson en radio par sa bien aimée, et j’ai trouvé ça tout mignon qu’il en parle. L’amour c’est des milliers de choses me direz-vous. Alors pourquoi je débarque là avec mon assiette (sur les genoux à l’instant, j’ai trop faim après tout) juste pour une idée? Bah vous me connaissez, amour chanson et dédicace, immédiatement j’ai pensé à mon amoureux à moi (tiens ça vous étonne?). L’Amour, celui avec un grand A (le notre quoi), c’est son regard sur moi. Ou c’est moi quand j’aboie, juste parce que j’ai peur de le perdre quand je m’imagine -à tort of course- qu’il me délaisse. C’est l’avenir à deux et moi au moins j’y crois. C’est… c’est tellement de choses. Je ne vais pas en écrire un roman rassurez-vous. D’ailleurs ce n’était pas cela mon idée didju je m’égare là, c’était par rapport aux chansons. Au fait que moi je suis une petite privilégiée, puisque les dédicaces il me les glisse dans les chansons qu’il écrit. Quand il parle de coquelicots dans une des nouvelles chansons, je fonds. Quand sur scène il me sourit tendrement en disant que les filles les plus belles sont celles qui nous aiment, je lui envoie discrètement un bisou. Quand il me regarde en chantant ma douceur ma douce reine il n’y a que toi que j’ai aimé ou encore lorsque le jour se lève il ne se lève que pour toi, je souris pour cacher les larmes avant qu’elles n’aient débordé.
Bah privilégiée, ce n’était pas le terme qu’il fallait. Disons que c’est un petit plus, et je ne vais pas m’en plaindre hein je serais un brin folle.. Pas groupie, ça je vous l’ai déjà dit. Je l’aime lui, et c’est certain que si demain il n’était plus ni chanteur ni personnage public ça m’irait tout aussi bien.
Bon ben, au final j’en ai fait une fameuse tartine pour une petite idée de rien du tout ! Moi qui passais juste pour vous expliquer que j’en ai bien de la chance d’avoir très souvent une petite dédicace, de celle qui a fait tant plaisir au poinçonneur-bloggeur…. 

Edit : Mes zouaves ont déserté, je pique-nique devant le pc si je veux  😉

Permalien Laisser un commentaire

Petits bonheurs

9 juin 2008 at 09:26 (Uncategorized)

Et l’on joue à vider les tiroirs, juste histoire de meubler le temps qui s’étire. Et c’est fou ce que l’on y accumule, à force. Et les trésors que l’on y re-découvre. Et donc toutes mes boîtes en plastique s’y encastraient, pile aux mesures ça tombait bien. Petits ustensiles par çi, élastiques par là, brol innomable ou boite de punaises renversée j’ai tout étalé, tout trié…. et presque rien jeté, même pas la fêve de la dernière galette des rois qui traînait par là. Les recettes de cuisine glanées ça et là, promis cette semaine je les essayerai. Une vieille carte postale, un brin de muguet sêché, la boîte aux petits mots, petits « coucou maman » quand on ne se voit pas, tout relu et petits sourires. Notre petit monde. Pas parfait, mais à part -ça c’est sûr-.
Oublier les tournants de la vie, ceux qui s’amorçent, ceux que l’on a peur de louper. Plonger dans le fouillis magnifique du présent, et juste savourer.
Finalement tout était rangé. Et la journée a vite passé. Arrivée ensuite d’un de mes petits potes venu exceptionnellement passer la nuit, puis souper sympa avec mon Jimmy et sa schtroumpfette, Tom en vadrouille. Ensuite soirée avec mon frangin, cafés et parlote jusqu’à pas d’heure. En gros une chouette journée…

Permalien Laisser un commentaire

No future

6 juin 2008 at 09:25 (Uncategorized)

Je me sens comme un minuscule insecte coincé dans une gigantesque toile d’araignée. A se tortiller dans tous les sens et que même ça ne sert à rien, juste à s’enfoncer encore plus. A regarder si la mygale se pointe pour son déjeuner. Mais peut-être que c’est une toile abandonnée.
Et donc l’avenir c’est se faire bouffer, ou crever lamentablement, entortillée.

Permalien Laisser un commentaire

Tique et pique et colégram

2 juin 2008 at 09:24 (Uncategorized)

Et finalement la circulation des trains était rétablie. Et je suis même arrivée chez mon amoureux plus tôt que prévu, aléas d’une journée qui se termine un peu avant l’heure, d’un papa d’un petit pote qui me conduit à la gare, d’une traversée des voies dangereuse (le contrôleur était furax mais l’amour c’est comme le taureau rouge, ça donne des ailes), et d’un train déjà à quai et attrapé au vol (c’est le cas de le dire héhé).
Et donc le resto italien était bruyant mais délicieux. Et la tendresse, j’vous raconte même pas.
Puis samedi le concert de mon chanteur d’homme était génial. Etrange, comme si c’était celui que j’ai préféré. Peut-être parce que mes ennuis de santé s’étaient envolés, et que je savais à nouveau marcher et danser 🙂

Et le gros caillou de ma poche, je peux enfin en déposer un morceau sur le chemin. Rassurée? Non pas vraiment. Mais enfin on sait, et on pourra soigner. Maladie de Lyme pour mon Jimmy. Tout le monde autour de moi est alarmiste. Sauf mon toubib. Alors j’ai décidé de ne croire que lui. Et d’essayer d’être optimiste, vingt dieux je ne me reconnais pas. Peut-être que quand on a trop peur on choisit l’option la plus sympa. Pour surnager.
Je saurai quoi en penser après le traitement de choc. Et je viendrai jeter le reste du rocher ici. Puis je le peindrai en rose.

Permalien Laisser un commentaire