J’aurais préféré que le signor Da Vinci fut belge :-)

6 mai 2008 at 09:05 (Uncategorized)

Bien le bonjour les gens, par ce grand beau temps !
Je vais mieux, il fait beau, et donc la vie est belle. Enfin presque.
Car en ce moment, mon grand est en route pour l’Italie. Et donc vous devinez comment je me sens.
T.F.E. oblige (travail de fin d’étude). Il a choisi comme thème « Léonard de Vinci ». Et comme il fait des études de tourisme, le but est d’organiser complètement un voyage sur les traces du grand homme. Et d’aller vérifier sur place si tout est ok, photos, visites etc. Et même un vol en mongolfière, c’est vous dire. Et donc le voilà parti en car, (pour 24 heures de trajet. gn.) vers Rome, Florence, Vinci, Venise, Milan. 6 jours sur place pour tout faire, avec le train comme moyen de locomotion entre chaque ville. Pas de tout repos tout ça, pauvre Loulou. Didiou « Liège, sur les traces de Georges Simenon » c’était bien aussi comme sujet, je trouve  🙂
Comment je me sens? …Est-ce que cela sert à quelque chose que je vous le dise? Morte d’inquiétude de le savoir seul là-bas. Seul, vous vous rendez compte ! Je maudis cette école tiens. Et ça me soulage à peine de vous le dire.
Bref, à mon avis vous n’avez pas fini de lire mes jérémiades durant la semaine qui arrive  🙂

Heureusement c’est la semaine avec mon homme. Heureusement il était là pour me prendre dans ses bras hier quand j’ai fondu en larmes en voyant partir mon Thomas. Il est reparti ce matin là bas chez lui pour le boulot, mais heureusement il revient demain soir. Il n’arrivera rien. Il me l’a fermement dit. Ce sont les paroles qu’il fallait, juste au bon moment. Et je vais m’efforcer d’y croire…

Mon amour. Ma tendresse. Lui. Nous. Notre bulle.

Notre merveilleux week-end. Pas de concerts cette fois. Mon voyage en train vendredi, interminable tant j’avais hâte d’être près de Lui. Notre samedi ensoleillé à Namur, pour ce chouette festival des arts forains, des spectacles de la rue. Notre dimanche sur ce grand marché aux puces dans sa ville natale, grand soleil et ciel bleu, nos trouvailles nos trésors de vieilles boites en fer et nos fous rires, notre week-end main dans la main. Notre journée d’hier, pas simple avec un nouveau petit pote qui pleurait beaucoup, et son sourire, sa gentillesse et sa voix calme pour le consoler quand moi j’abandonnais, trop stressée, trop triste ou trop surrévoltée du départ de mon grand. Lui, nous. Nos paroles semblables parfaitement synchro sans se concerter, notre complicité, notre folie, aussi.
Nous, quoi. Indéfectiblement nous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s