19 mars 2015 at 10:14 (Uncategorized)

Ma petite grand mère adorée, elle, parlait de « pressentiments ». Vous savez, quand on a une impression, l’idée que quelque chose va se passer mais on ne sait pas vraiment quoi. Elle avait ça, elle, avant chaque évènement imprévu. Et forcément négatif, les belles choses on les connait en avance.

Il y a 2 ans, bien avant que ma mère entre à l’hôpital et perde la raison, comme chaque année j’avais mon pass pour les francos, j’avais réservé la chambre d’hôte. Mais je ‘sentais’ que qq chose allait se passer. Plutôt, ces francos, je ne les sentais pas bien. Et vlan, elle décède juste avant..

Là, samedi je m’étais réservé une journée à Paris, en Thalys. Pour moi seule, comme j’aime tant à le faire. D’habitude je me réjouis de partir comme une gamine. Là, pas moyen, je sentais que quelque chose allait se passer, mais quoi? J’en arrivais à un peu flipper d’y aller, comme une peur sourde. Pourtant j’avais tout prévu, dès demain j’aurais amené mon chien à garder chez Jérémy, j’avais demandé au papa sympa d’une petite que je garde et qui est chauffeur de taxi de m’amener à la gare samedi dès 5h30 du matin.

Mais quelque chose me tirait en arrière. Et je le sentais si lourd, ce cailloux dans ma poche. A ne plus avoir envie de partir. Reporter ça à l’été, oui ça serait mieux. De toute façon on s’est prévu un week-end parisien cet été, avec mes cousines, entre autre. Mais bon, le billet n’est pas remboursable et tout est prévu, puis même mon Jimmy se réjouit d’avoir mon petit chien jusqu’à dimanche 🙂

Puis hier, ma cousine -justement elle- m’appelle, en larmes. Sa maman, ma tante si douce et gentille venait de décéder. Funérailles samedi.

C’était donc ça..

Alors oui, j’ai mis à tout hasard un mot sur fb, mais je sais avec certitude que personne ne sera intéressé par mon billet de train. Y’a que moi pour aimer un tel trip d’une journée, et en solitaire. Pourtant j’étais même prête à le donner, autant faire plaisir à quelqu’un !

Et donc ce soir, un autre trajet en train, j’irai rendre visite, même si -horaires pourris sncb- je ne saurai rester qu’une grosse demi-heure sur place.

Samedi j’irai lui dire adieu.

Et je n’ose même pas trop réfléchir au fait que, cette année encore, les francos je ne les sens pas… J’ai mon pass, mais depuis 3 mois, quelque chose d’inconnu me retient réserver ma chambre..

Publicités