9 novembre 2015 at 13:20 (Uncategorized)

L’été. Si, les gens c’est toujours l’été . Oué, le 9 novembre 🙂

Qué bonheur il fait bon, très doux, super beau. Puis tellement, tellement joli. Que c’est un bonheur d’aller se promener. A regarder courir mr Wilson dans les épais lits de feuilles mortes. Ou sursauter quand trop sêches, elles crissent sous lui lorsqu’il marche (rarement 🙂 ) calmement.

Samedi, tu parles d’une promenade 🙂 …Retour à Esneux pour aller chez le dentiste. Bah autant positiver, et en profiter avant ça pour aller dès le matin faire un tour au bord de l’eau, pèlerinage jusqu’au supermarché que j’ai tant, tant fréquenté. Juste pour une pâtisserie que je m’offrirai après avoir vu le dingo de la fraiseuse. Puis la banque, la pharmacie, la boutique du cordonnier. Je crois que jamais je ne me rendrai pour tout ça dans mon nouveau quartier, olé 🙂 Retour à la maison, corvée courses obligatoire. Puis en ville, pour mes achats-bricolages. De calendriers de l’Avent, de cadeaux de Noël faits maison… J’ai adoré fureter, choisir, me décider (enfin) parmi toutes les options de ma liste. Y’a plus qu’à, y’a plus qu’à 🙂  Me réjouis…

Avant de rentrer j’ai fait, autre balade, toute la longueur de la foire. Moui, avec mon gros sac de trésors en devenir en bandouillère. Bah il n’était pas lourd donc j’ai pu traîner. Et profiter. De l’ambiance, si particulière dès que la nuit tombe, sur fond de ciel rose et bleu. Des sourires d’enfants. Et même des plus grands, on est pour toujours un môme quand on est dans une fête foraine. Ah l’enfance… pas la mienne hein, ça vous savez. Mais celle de mes gamins. On venait en ville tous les samedis, donc forcément passage obligé, chaque semaine durant le mois et demi que la foire durait. Avec st Nicolas, qui y passait en cortège avant son entrée en ville. Purée la nostalgie…. à en avoir les larmes aux yeux, qui en passant devant le labyrinthe des glaces et en revoyant mon Jimmy tellement petit mais voulant suivre ses cousins, pleurant et paniquant parce qu’il ne trouvait pas la sortie. Le nez contre la vitre et me disant maman viens stp, viens stp… Qui en passant devant les manèges où ils allaient, immanquablement… Purée la nostalgie, cette si douce mais si triste nostalgie de cette époque, et de leur enfance perdue. Qui je le sais ne me quittera jamais.

Autre belle promenade, celle en ville, aussi. Oui Liège est magnifique au soleil couchant ! Hier j’ai (enfin) terminé le plafond de ma salle de bains. Rien à voir avec les promenades vous allez dire 🙂 Ben si, parce qu’il restait une petite dizaine de plaques à coller. Mais toutes avec découpes, chipoterie et colle jusque dans les cheveux, mouais. ça m’a pris d’un coup, fin de matinée. Une sortie sur la foire prévue mais reportée à mercredi, du coup me voilà perplexe 🙂 Glander, faire un peu de ménage, terminer le tricot prévu pour le petit loulou, débuter les bricolages des calendriers de l’avent ? Mais il fait trop beau pour s’enfermer ici ! Puis je mérite une bien belle balade en ville, parce que j’ai détesté prendre une douche dans cette odeur de colle. Puis parce qu’il faut que je m’aère les tiroirs de la mémoire, qui grincent depuis hier. Hop, je démarre en trombe, il me faut attraper le premier bus qui passe c’est tout à coup devenu vital 🙂 Direction les coteaux de la citadelle. Le quartier Pierreuse pour y arriver (pas folle, ni assez courageuse pour tenter les 374 marches de Bueren), balade sur les hauteurs, descente vers st Léonard, puis évidemment retour par la rue hors-château et les magnifiques impasses. Mr Wilson ne s’en est pas encore remis je crois qu’il n’avait jamais autant marché de toute sa courte vie 🙂

Et nous voilà à lundi, avec mes petits potes. Rentrée à l’école pour la plus grande ce matin, snif. Et dur lundi de mômes bien fatigués de leur week-end sans siestes, grr. La sieste, tiens j’en ferais bien une aussi 🙂 Au lieu de ça je traîne ici, allez hop de jolis bricolages m’attendent, il me reste 2 bonnes heures avant que les zouaves n’envahissent à nouveau la place, je m’y mets !

🙂

Publicités