Mr Wilson

7 août 2014 at 13:10 (Uncategorized)

10245376_10201819167056769_2001424855_n

 

 

 

Non, pas celui-là  🙂

ça, c’était l’ami imaginaire de Tom Hanks dans le film ‘Seul au monde’.  C’est d’ailleurs à cause de ce film qu’un jour, je m’étais dit que si j’avais un chien je l’appellerais Wilson. Et l’idée, ben comme une graine de mauvaise herbe, elle germait, elle germait….

Un chien. Un chien ?  Ouééé, un chien !  Mais bon, les petits potes, la garderie, touçatouça….  Ben après tout, plusieurs de mes collègues ont un chien, un chat, voire un lapin, pourquoi pas moi !?  Ma responsabilité, blablabla, tssss de toute façon si un jour j’ai un chien, il sera sympa, gentil, que dis-je, carrément adorable !

Un chien ? Un quel chien d’abord ? J’ai eu autrefois, un énorme nounours. Un bobtail adorable que l’on avait gardé 16 ans !  Ensuite, un jour mon Thomas m’en a offert un autre, histoire que je ne me sente pas trop seule lors du grand vide des semaines de garde alternée. Un petit batard tout mignon, mais qui avait certainement une tumeur au cerveau (pas eu le temps de faire les examens) il faisait chaque jour une crise d’épilepsie, et son coeur avait laché durant l’une d’elles. Il avait à peine 8 mois.

Alors bon, un chien, purée le germe m’envahissait déjà presque tous les boyaux de la tête lors du début de mes congés. Vous savez ça hein, le sentiment que ça y est c’est plié… Le moment pile où enfin on sait, et avec certitude que même en hésitant encore, on va craquer 🙂

C’est pareil avec tout, même pour un mec tiens 🙂  Ou pour du chocolat alors qu’on sait que c’est pô bien tsé ma p’tite dame…

Bref, j’avais décidé. Mais bon, après les francos hein, soyons pratique.

Adopter un chiot abandonné, ça c’était décidé depuis toujours, le prochain serait sauvé des affreuses cages de la SPA.

Et donc le samedi, je me suis rendue dans le fameux refuge. Misère, ça aboyait de partout, chaque chien avait l’air, soit agressif, soit terrorisé, et tellement malheureux ! La dame à l’accueil m’avait dit de me balader dans les allées de cages et si un chien me plaisait, de revenir lui donner son numéro. Aucun, je ne flashais pour aucun d’entre eux, déjà je ne voulais pas d’un grand chien, et il n’y avait que ça ! Puis je savais déjà et avec certitude que ce serait un petit machin tout doux, et tout calme, que ce serait celui qui se dirigerait vers moi sans aboyer ni être agressif, que je choisirais. Il y en avait un, un seul, un petit batard tout noir, tout doux, et qui ‘pleurait’ en me regardant, appeuré par les aboiements des autres molosses, mais qui vint de suite vers ma main tendue. Bingo, mon gars je te tire de cet enfer. Hébé non, la dame me dit que tout le monde le veut, mais qu’il est réservé et qu’il part dès demain.

Je sors de la, dépitée mais pas découragée hein, je reviendrai la semaine prochaine ! Et puis je croise une dame agée, avec un petit chien en laisse. -Oh non vous n’allez pas l’abandonner?? Le chien court vers moi, me fait une fête pas possible, elle essaye tant bien que mal de le ramener à elle mais il n’en a cure !  Elle m’explique qu’elle est là pour l’adopter, qu’elle le promène un peu pour voir si il est gentil et s’adapte à elle, que ça fait 3/4 h que ça dure, et qu’elle n’arrive pas à se décider. Bon madame ben moi je vous le dis, là je décide illico que si vous ne le prenez pas c’est moi qui le ferai.

-à ce moment, on est assises sur un muret et la boule de poils est couchée sur mes pieds-.  On se rend à l’accueil, histoire d’avoir tous les renseignements et ensemble, puisqu’il sera de toute façon pour l’une de nous 2. Ben les gens, elle a encore hésité près d’1 heure de plus !! Grrr. Et durant tout ce temps en tentant à perte qu’il s’intéresse à elle, il tirait tout le temps vers moi. Purée, dire que tout ça est suspendu à sa décision ! La dame de la SPA commence tout doucement à s’énerver (mais pas encore autant que moi..) et vient lui dire que bon ça suffit comme ça, quand on vient en refuge soit on flashe sur un animal et on le prend de suite, soit on hésite et puis on le ramène 1 semaine plus tard et qu’elle ne veut pas de ça ! Elle lui dit aussi qu’il ne faut pas non plus qu’elle en fasse un caprice et le prenne juste pour que je ne l’aie pas, qu’ils vont fermer dans 15 min et soit elle se décide de suite et de bon coeur, soit on refuse carrément de lui donner.  -Le chien dormait sur mes pieds…..-

Et enfin, enfin, elle me dit ok, je vous le laisse !

Yeeeees ! Nous voilà donc, après payement et toutes les formalités et paperasseries, en route pour la maison. Un samedi à près de 18 heures ! Oh on m’a bien filé un paquet de croquettes pour pallier au plus urgent, mais à part ça je n’ai rien de prévu pour lui ! C’est tout moi ça 🙂

Et donc on a pris le bus, lui sous mon bras gauche et le paquet de croquettes sous le bras droit. Durant le trajet, il s’endort carrément. J’envoie un sms à mon Jimmy, un autre à mon Thomas, là bas en Corse. Ils sont ravis, et trouvent ça génial ! Tu l’appelles comment ? Ben.. Wilson !

Je fonce à l’animalerie en ville, il me reste 15 min avant la fermeture. Laisse, collier, coussin, jouets, shampooing, bref je zigzague dans les allées et je remplis mon panier, où j’ai d’ailleurs installé Wilson qui ne bronche pas. Le bonheur.

On rentre, hop direct un bain mon gars. Il se laisse complètement savonner, rincer, n’a même pas peur du sêche cheveux 🙂 Je le brosse longuement, histoire de voir si comme on me l’a assuré, c’est une race qui ne perd pas ses poils. Test réussi, pas un seul sur la brosse (youppie !)

Les gens j’ai trouvé le chien parfait !  Il n’aboie pas (même pas un chien de garde, pfft ), est propre du haut de ses 7 mois, ne perd pas ses poils, me suit partout et dès que je m’arrête se couche près de moi, reste dans la pièce séparée des petits potes par une simple barrière et n’en a carrément rien à faire d’eux, il dort alors que ça rit, chante, crie (ou que le bébé hurleur s’époumonne et me vrille, à moi, les tympans). Il m’accompagne en bus sans problème, a déjà bien compris que partout où l’on va tout le monde le trouve mignon et il adore ça, il s’installe de tout son long à la terrasse de notre QG-taverne-resto habituelle comme si il l’avait toujours connue, je l’ai pris en ville samedi pour les fêtes du centenaire de 14/18, et même lundi soir à l’inauguration du phare de Liège où il a passé tout le temps des feux d’artifices, pas très rassuré, le nez enfui dans mon foulard, mais sans broncher.

Wilson, mon Mr Wilson à moi, j’en reviens toujours pas.

Ayééé je peux partir sur une île déserte, j’serai pas seule au monde 🙂

001           004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités