11 octobre 2013 at 10:42 (Uncategorized)

2 ans, j’ai habité 2 ans l’étage au-dessous de la ‘copine’. Oué, celle constamment dépressive, la « bonne » copine j’vous en avais déjà parlé, celle qui glisse des petites phrases comme « il arrive un âge ou les cheveux longs, ça fait vulgaire » ..exemple déjà cité mais c’est volontaire hein 🙂 citer d’autres ‘gentilles’ remarques me taxeraient d’aigrie ce que je ne veux pas, vous allez comprendre pourquoi 😉  Bref, immuablement mal dans sa peau, qui au début me suivait dans toutes mes sorties, venait se plaindre chez moi constamment, pour que je lui « donne un pied au cul » comme elle disait, pour la secouer, tenter de la sortir de sa déprime. Peine perdue, j’ai vite laché l’affaire. Tout le monde m’avait prévenu, ne va pas habiter là, elle va te tirer vers le bas. Vous me connaissez hein, pas encore né celui -ou celle, dans c’tte histoire- qui y arrivera 🙂  Bref, depuis c’est mi-figue, mi-raisin, bonjour bonsoir, tu vas bien tant mieux – tu vas mal arrête de d’y complaire, et sa phrase préférée est « oui, je le sais que je ne suis pas comme toi, moi ! »  Elle disait qu’elle m’enviait. Mon caractère, mon indépendance, ma petite vie, mon énergie, mes cinés, mes sorties, mes concerts ou mes voyages seule, mes idées déco, bref tout quoi. Et depuis peu, le fait que j’aie mon chez moi. Me répètait sans cesse « tu as de la chance toi, moi je suis incapable de faire qq chose ou de bouger seule, puis toi, maintenant tu as ta maison…moi je n’oserais pas me lancer là dedans, et bla bla bla.. »

Depuis le début du changement pour moi, devoir louer la maison, puis l’acheter après le décès, tous les travaux imprévus et les nombreux retards, ma fatigue ou mes colères, elle venait rarement aux nouvelles, distante (« ah ça hein, tu as voulu acheter….bon j’y vais moi, j’suis pressée ») Bref, en gros depuis juillet c’était bonjour-bonsoir et point barre.

Et bien les gens me v’la bien contente de m’éloigner de là 🙂

Permalien Commentaires fermés sur