Mes vieilles pierres

31 juillet 2013 at 14:09 (Uncategorized)

Les vieilles pierres. Vous savez, j’en ai déjà parlé ici. Avant mes vieilles pierres c’était la maison de ma grand-mère, la maison de mon enfance. Puis la maison de mon mariage, mes racines et celles de mes enfants, sectionnées d’un coup sec. Depuis 11 ans, j’habite chez d’autres, je loue leurs murs.

Et là tout bientot, d’autres vieilles pierres, enfin à moi. Des murs, les miens ! A parer, à recouvrir entièrement. De gyproc, dans un permier temps, toute la maison va y passer. Histoire de redresser l’aplomb, puis surtout de rafraichir. Ensuite ça sera la valse des papiers peints, oui ça revient à la mode et décidément j’adore ça, j’ai déjà mes idées pour chaque pièce dois-je vous dire à quel point je me réjouis ?  🙂

Un mur, aussi, grrr. Une sale découverte vendredi en ôtant un haut buffet de 3 mètres de long…. de l’humidité ! Tudieu tout se passait trop bien ! L’étage était entièrement vidé, les meubles à jeter démontés, les autres en attente d’enlèvement (ça sera fait demain), et la cloison entre les 2 chambres du 1er assassinée dans les règles de l’art par mon Thomas. Tout avançait bien donc. Samedi allait se passer en trajets vers le parc à conteneurs, et il n’y avait plus qu’à attendre que l’électricité soit en place avant de commencer à recouvrir les murs.

Et vlan, on ôte l’énorme buffet, et on découvre la  tache humide. On creuse, et oh misère les briques, les joints, tout s’effrite. Evidemment c’est le mur mitoyen avec la maison d’à côté, sinon ce ne serait pas gai hein 🙂

J’étais, comment dire… plus que défaite. La déprime, en plus de la fatigue accumulée. A m’asseoir par terre et juste pleurer. Mon frangin, Thomas, sa schtroumpfette présents tentaient de me rassurer « tout problème a sa solution, ne panique pas d’avance ». Bref dès samedi matin je me mets en quète d’une entreprise pouvant régler le problème, et au final ça s’annonce bien ! Un technicien est venu hier mesurer l’étendue des dégats, et le mur ne devra pas être abattu, hourra ! Car cela n’aurait pas été simple : la maison voisine a été achetée l’an dernier mais est depuis innocupée et de plus, impossible de joindre les proprios. Donc il faudra juste traiter avec un produit, et l’homme est sûr de ses résultats, garantis 30 ans (et compte sur moi pour réagir durant les 30 ans à venir dès le moindre problème, héhé). Alors injection du produit miracle très rapidement, (ponction de 2000 euros ça c’est moins gai, le zig veut traiter toute la longueur du mur -8mètres- par prévention), et hop on pourra déjà couvrir de gyproc puisqu’il y aura un vide ventilé, logiquement l’entrée dans la maison ne sera pas retardée !

Tiens, en parlant de produit miracle, après moults essais pour nettoyer le plafond tout en bois brut du salon-salle-à-manger bien dégeu et imprégné de 25 ans de nicotine (beurk beurk) -en désespoir de cause on avait même essayé au karcher, mais il aurait fallu répéter l’opération au moins 5 fois pour que l’eau soit enfin claire, et ça aurait trop abimé et mouillé la pièce-, j’ai trouvé LE primer miraculeux, un truc anti taches, et de couleur blanche comme la couleur prévue et qui elle, enfin, ne laisse pas repasser la couleur brunâtre au sêchage comme les couleurs normales. Y’a plus qu’à, quoi…… il faut d’abord faire toutes les fentes entre planches, poutres et voliges, et puis ce truc est tellement épais que pour la peinture proprement dite ça se fait à au mini rouleau (6cm le rouleau, 34m2 le plafond…j’suis pas rendue…) Et vu que j’ai repris le boulot avant hier, je vais aller y passer toutes mes soirées. Olé 🙂

Et donc cette maison, autant j’appréhendais d’y habiter, d’habiter chez elle , autant maintenant je me l’approprie tout doucement. Je reconnais déjà le bruit particulier que fait la porte d’entrée pile à 3 cm de l’ouverture/fermeture. Je ne loupe plus systématiquement  la dernière marche de l’escalier (moitié moins haute que les autres) en descendant. Je décide de l’emplacement de la future cloison, et ainsi de la grandeur de ma chambre. Pas question de dormir dans ce qui était la sienne, là j’y mettrai les petits potes. Le grenier est aménagé, il suffirait de rafraichir les 2 autres chambres abandonnées depuis au moins 25 ans, mais je n’en ai pas l’utilité, pas le temps de toute façon, et encore moins l’envie.

Tout sera beau, et (enfin) propre.

Et je serai chez moi. CHEZ MOI 🙂

Quelques photos pour vous donner une idée….

Tout d’abord vue sur la moitié du salon-salle à manger et du plafond, avant l’enlèvement des plaques de frigolite entre les voliges (frigolite blanche au départ..il y a 25 ans…là : couleur nicotine…)  et au fond à gauche, le buffet qui cachait le mur humide

DSCN0271

                                                                                                                                                        Le plafond après enlèvement de la frigolite (restait à enlever toutes les taches de colle, à l’huile de bras, armée d’une spatule et d’un marteau,

DSCN0272                                                                                                                                                     DSCN0273

                                                                                                                                                             et là, le début de sa tenue d’été  🙂 vivement qu’il soit terminé !

DSCN0274

Publicités