18 mars 2013 at 16:06 (Uncategorized)

Moi. Et mon contraire.   🙂

Comment dire…… j’aime me trouver parmi la foule. Des gens inconnus, par exemple en ville lors de mes balades du samedi. Parler au premier quidam venu, sourire, aider qq’un à traverser la rue, répondre aux demandes de renseignements. Sourire, souvent même rire.

(scène vécue) :

Moi : « Auriez-vous l’heure svp? » 

Le monsieur à qui je m’adresse : « Oh làlà, ma maman ne veut pas que je la donne!  »

Moi (étonnée et en même temps ravie de la réponse), tu tac-au-tac : « Promis, je vous la rendrai de suite »

Et l’on rit, en même temps. J’adore ce genre de situations innattendues ! 

Samedi, un monsieur agé m’interpelle en descendant du bus (terminus, au centre ville) me demande dans un très mauvais français : « la maison de ville svp ». Oups, je ne vois pas ce qu’il cherche. Je lui demande de préciser si c’est l’hotel de ville et il répond « nein, nein, pas hotel, pas dormir! »  On n’est pas rendus…… je finis par comprendre, il me parle du maire, du bourgemestre. Ok il cherche l’hotel de ville et c’est à 300 mètres, en ligne droite. Mais le brave homme ne pige que pouic à mes explications d’itinéraire, pas grave je le chope par le bras et je l’emmène sur place. Evidemment c’est fermé, il ne peut pas entrer. Il m’explique comme il peut qu’il parle allemand, mais très peu français (j’avais remarqué), et qu’il veut absolument découvrir Liège et ses monuments. Il est venu en train, et a déjà fait pas mal de photos de la gare. Il la trouve très moche, du coup je le trouve sympa. Il a rejoint le centre-ville dans le même bus que moi, et a déjà oublié comment retourner à la gare quand le soir viendra. Bon, je reviens sur mes pas, lui montre où il devra revenir prendre un bus, et lui note sur un bout de papier les numéros de ceux qui iront vers la gare. On passe à nouveau devant le majestueux palais des Princes-évêques, devenu palais de justice. Il me demande ce qu’il voit…..allez lui expliquer ça ! On entre dans la magnifique cour intérieure du bâtiment, il est ébloui mais ne comprends toujours pas où il se trouve. ‘Avocat, justice, prisonnier’, en français, en anglais, et même en lui mimant les menottes aux poings il ne capte rien du tout. Bref, il abandonne et me dit qu’il veut voir la cathédrale. Bon à la base j’étais venue pour acheter un cadeau, je ne vais pas me coltiner le cher homme toute l’après-midi non plus….. Hop, je lui reprends le bras, et je l’emmène à l’office du tourisme ! J’explique à l’employée qu’il veut découvrir la ville et qu’il lui faut un plan en allemand, et je laisse là l’homme ravi de trouver qq’un qui lui parle dans sa langue. Il attrape un petit oeuf en chocolat dans un plat sur le comptoir, me l’offre et me claque un énorme bisou sur la joue en me disant merci !

Croyez-le ou non, j’ai passé plus d’une demi heure à promener le bonhomme et j’ai adoré ce moment surréaliste !  Il ne comprenait absolument rien de ce que je lui disais, mais il n’arrêtait pas de sourire et de me remercier tout en me suivant, où en s’accrochant à mon bras.

Parfois on fait de chouettes rencontres innattendues.

Moi et mon contraire, disais-je. Comment expliquer.. pour l’instant, soit je me prends pour Amélie Poulain, soit tout le monde m’agaçe. Les copines et leurs cancans, ceux et celles qui se plaignent sans cesse, l’hypocrisie. Marre. Les personnes qui, malheureuses dans leur vie, jalousent la mienne, moi et ma liberté d’être et de penser. Juste envie de me retrouver seule. Parmi la foule. Aller seule au cinéma, ou en ville, mais parler à des tas de gens. Tant qu’ils me sont inconnus. Tant que je ne m’implique pas ça me va. Refuser poliment l’offre d’une voisine qui veut m’emmener faire les courses dans sa voiture, juste pour ne pas devoir l’écouter se plaindre de tout et même de la météo durant le trajet, aussi court soit-il. Préférer donc y aller à pied (500mètres, une broutille). Mais croiser des connaissances dans le magasin, et là, papoter durant un temps fou. Moi. Et puis mon contraire je vous disais.

Hier chouette après-midi. Balade improvisée à Durbuy, cette petite ville que j’aime bien.Week-end « Durbuy vous ouvre ses portes », artisans à l’oeuvre, expositions et boutiques ouvertes. Achats déco, des babioles. Puis gaufres et crêpes au chocolat. Une journée à 2 et bien sympa, mais j’étais contente de retrouver mon nid, et d’y finir la soirée seule. Ne cherchez pas, moi-même je ne comprends pas. M’en fiche, puisque j’adore ça 🙂

Envie d’une journée à la mer, ou de vacances au soleil. De faire des tas de photos. D’engager la conversation avec n’importe qui. D’un cinéma encore, ou de longues balades.

M’isoler des personnes qui elles, n’aiment pas leur solitude. Et du coup ne me comprennent plus. Ne plus vouloir parler, ne rien vouloir savoir.

Mais être quand même capable de passer un temps fou au téléphone, chaque soir.

Et puis sourire.

Publicités