10 juillet 2012 at 13:35 (Uncategorized)

Aujourd’hui est triste. Depuis hier, un monsieur que j’aimais beaucoup s’en est allé.

Je  garderai de lui le souvenir d’une grande gentillesse. Et d’une sacrée robustesse. Tout le monde pensait qu’il irait au moins jusqu’à son centenaire, dans 3 ans. Mais c’était sans compter sur les derniers mois, qui l’ont soudainement et bien rapidement affaibli. Il s’est courageusement accroché. Il s’est battu jusqu’à hier soir.

Au revoir cher, cher Frans, tu vas laisser une saleté de grand vide….