Mémoires d’un âne

29 août 2008 at 10:39 (Uncategorized)

Comme toi, j’ai envie d’albums remplis de photos. Des ‘vraies’ photos. Sur papier, de celles que l’on peut toucher. Des traces réelles de souvenirs jolis ou de cette vie qui si rapidement, fuit.
Me rassurer.

Comme toi je tourne autour de ce carnet cartonné, ce stylo à l’encre mauve, ces pages blanches qui n’attendent que le tout premier mot. Il me faudrait juste me jeter à l’eau.. Laisser des traces, pour moi. Tout recentrer, tout mettre à plat ; dans mon semblant de vie, ma vie à faire semblant, est-ce que j’ai vraiment existé ?

Noter aussi les belles phrases, celles qui m’ont touché. Avant de les oublier.

Toi ma cop’s qui me lit… Ceci n’est pas un plagiat, ne crois pas ça..
C’est juste qu’une fois de plus tu as eu les mots que je cherchais !

Touchée, et du coup je viens ici le raconter. Mais ici ce n’est rien. Le net. Du vent. de fausses traces.
C’est l’heure de la sieste des petits potes, je vais chercher mon carnet…

Permalien Laisser un commentaire

Souriez, vous êtes filmés

29 août 2008 at 10:38 (Uncategorized)

Sentiment de vide, de rien, que tout est si inutile. Que tout ça ne sert vraiment à rien. Que je ne sers à rien.
Me prendre en pleine face des remarques si blessantes. Et m’étonner encore d’arriver à si bien cacher le mal que ça me fait.
« Je ne venais déjà pas souvent ici, là je comprends pourquoi, vu l’ambiance » Ben ne viens plus que veux tu que je te dise. Ca ne pourrait pas me faire plus mal que tes remarques, gamin.
« Je n’ai pas besoin de tes conseils » Allez encore une autre, en pleine gueule elle aussi. n’en jetez plus mes amours je crois que là ça suffit.
Plus tu veux bien faire, plus tu veux aider, plus tu veux arranger les choses au mieux pour tout le monde, et plus tu te ramasses. Pov’conne, à force je devrais pourtant le savoir !

Je sais que vous vous en foutez. Limite ça ne vous regarde pas. Mais fallait que je passe par ici. Déverser le trop plein, j’suis chez moi après tout.

Et à part ça? Un pincement au coeur, une petite puce qui me quitte ce soir après presque 3 années de garde, pour sa rentrée scolaire lundi.
Mais aussi 2 jours ici avec Lui. Ses bras, rassurants. Même si il ne comprend pas. Un film hier « le silence de Lorna », dans un cinéma qui sentait le neuf et le platras. Puis encore un week-end de fous qui arrive. Un concert ce soir très tard et à Bruxelles. Des fans de lhomamoi comme taxi, dès la journée de boulot terminée. Un retour chez Lui, avec le minibus du groupe. Et un autre concert demain, encore loin. Dimanche, on revient chez moi pour un grand marché aux puces dans le coin. Puis départ pour un festival sympa dès l’après-midi. Bouger, ne pas penser. Puis on sera nous 2, en amoureux. Alors je vais sourire..

Permalien Laisser un commentaire