C’est la vie. Mouais, si je veux, d’abord

11 avril 2008 at 08:44 (Uncategorized)

De long en large, et même en travers, je me laisse vivre. Au jour le jour. Flotter pour ne rien devoir penser. Faire l’autruche la tête dans le sable. Et me remplir de vide.
Quelles sont les nouvelles? Pas grand chose. Ou plein, c’est selon. Une des petites que j’ai en garde a eu une petite soeur hier soir et j’en suis toute attendrie. Une autre « grande » va rentrer à l’école dans 2 semaines. Une s’en va, une autre arrive. Un nouveau petit pote dans ma troupe, la vie qui suit son cours, et dans ce cas, oui ça me va. Et puis mon Tom fête aujourd’hui avec sa schtroumpfette leurs 5 années d’amour et ça sera tendresse, un week-end entier dans la belle ville de Bugges, notre Venise nationale. Je suis si heureuse pour eux. Et c’est si beau comme ils s’aiment. 5 ans déjà j’en reviens pas ça a passé si vite y’a pourtant pas si longtemps qu’il n’avait que 5 ans ! Comment ça c’est un homme? Rêve toujours, c’est mon gamin oui. Bon ok, ils forment un couple. Ok ok depuis 5 ans, ça va j’ai assimilé. Comme d’hab. je fais ma râleuse, puis je transpose, et je me dis que j’aimerais déjà y être tiens à nos 5 ans mon Amoureux et moi, dans cette petite vie à deux que l’on n’arrête pas de se promettre. Tellement qu’elle prend forme ..Lentement mais sûrement. Pourquoi ces 5 ans-çi durent tellement ? Et la vie change(ra) donc, lentement mais sûrement. Inexorablement en fait. Je m’en réjouis, ou m’en effraye ça dépend des jours, de mon humeur, de mon bien ou mal être. Et oui je n’arrive pas à me faire aux changements qui s’opèrent, bien malgré moi. Mon grand qui termine ses études supérieures, qui est en stage et donc qui déserte de plus en plus le nid. Oui c’est plus simple de loger chez sa schtroumpfette quand on rentre à minuit ou que l’on doit prendre le bus à 6 heures du matin et que l’on n’aime pas les trajets en scooter. Pourtant moi je voulais bien m’y coller. Juste pour qu’il dorme quand même parfois ici. Le nid. Mon nid quoi. Mes zoziaux qui croient qu’ils savent voler, pfff. La vie, oui je sais merci. Et mon autre qui termine son apprentissage bientôt, et qui a déjà son emploi assuré. Puis du coup un vrai salaire, et le traître ne parle que d’aller vivre seul. Et en plus commence à étudier pour passer son permis. Gn.
Osciller sans cesse entre me réjouir de vivre avec mon homme, et celui de voir ma vie de famille actuelle éclater en mille étoiles. Il paraît que c’est la vie, je sais on me le répète assez merci encore! Oui, ben moi je ne suis pas prête voilà. Et ça me fait du bien de venir me plaindre ici ou le gueuler à la Lune, même si ça ne servira à rien. Moi je voulais une grande maison avec des volets bleus, et mes enfants près de moi. Utopie, ouais ça va j’ai compris !
Je regarde autour de moi, les petits potes on fait un sacré brol y’a des jouets partout. Je m’assieds par terre le dos contre le radiateur et je regarde ma vie. Mes semaines alternées où mes enfants sont chez moi, ou bien mes semaines alternées où l’on se voit mon zhomme et moi. Ma vie, faite de mi-temps.  Mes 2 vies. 2 demi-vies heureuses, mais qui n’en feront jamais une complète. Ma petite maison où je me sens si bien. Envie de fleurs partout, d’aménager la cour derrière, et puis? Vlan coup de burin dans le coeur, je sais que ce n’est pas chez moi ici, ma maison c’était ailleurs faudrait que j’arrive à l’oublier cette baraque, merde. Et puis chez moi ça sera ailleurs. Chez nous, Il me l’a promis. « dans cette maison que tu décoreras, dans cette maison qui sera rien qu’à nous 2 ». Ca sera du bonheur je le sais. Mais bordel à quel prix. Au prix d’une page qui se tournera. Qui est entrain de se tourner. Inexorablement.
Mouais. Quand je serai prête je m’y ferai. Promis.

Publicités

Permalien Laisser un commentaire