Mi-figue mi-raisin, mais quand même contente

12 novembre 2007 at 15:30 (Uncategorized)

Et donc, tout va.

Mon Tom est rentré tout heureux de (son voyage scolaire) sa guindaille d’une semaine. Samedi, dernière nuit à me ronger les sangs. J’aime pas les trajets en car, j’aimerai jamais ça. Aucun voyage de mes grands, d’ailleurs. Ni en car ni même en trottinette, tant que c’est loin de leur mère poule. Et donc il est rentré hier matin tout heureux, et entier, ce qui m’a bien rassurée.

Pourquoi j’ai commencé par parler de samedi, je me le demande, reprenons dans l’ordre..

Vendredi soir donc, il n’y avait pas trop de neige sur l’autoroute qui nous menait au concert de mon Amour, et la soirée était mi figue-mi raisin (comme moi). Chaleur étouffante, et public un peu trop mou. Amitiés surfaites, « bonjour-bonsoir-ça-te-va-en-fait-j’m’en-fous-ne-réponds-même-pas ». J’avais faim, en plus. J’ai goûté le pâté gaumais dans les loges (moi qui pensais ne pas aimer ça)… mais on me certifiait « que de la viande, du naturel, de l’artisanal, et pas de cartilages ». Et quand c’est M. qui te le dit, ben t’as interêt à le croire. Donc j’y ai gouté, de toute façon j’avais rien mangé depuis midi à part une soupe en sachet. Et cette tourte au pâté c’était bon. Même froid. Comme le vide intersidéral dans lequel je me sentais. Autre galaxie. Vide dans le ventre, et dans la tête. Fatiguée. Nuit dans Ses bras ensuite,  mais je ne m’en rapelle même pas, sombré trop vite. Matinée étrange, au revoir triste et gris sur un quai. Prendre le train, lire un bouquin pour tromper l’ennui pendant l’heure entière d’attente de la correspondance. Prendre un autre train, bondé celui-là, rempli de gens qui allaient à la foire, ou faire les boutiques à Liège et qui semblaient en être heureux. Me taper 6km à pied ensuite, purée ça m’a achevé. Il ne pleuvait plus c’est déjà ça. Sourire en passant devant le panneau « attention promeneurs », au cinquième kilomètre de la côte. Qui serait assez fondu pour faire ce chemin en tant que promeneur je vous le demande. Pas de trottoir, voitures qui foncent sans s’inquiéter des gerbes d’eau qu’elles envoient. Ecarte-toi piéton ! Je ne fais que ça du con, mes kickers pas étanches dans la rigole pleine d’eau, ou les 30 cm d’accotement boueux. Et je vous emmerde tenez vous le pour dit.  🙂

Arrivée à bon port, crevée mais heureuse de mon chez-moi douillet.

Et en plus peu de temps après être rentrée, une bonne âme m’a rapporté mon gsm, perdu vendredi soir. Didiou je devenais dingo, comment je faisais avant !? Habitudes faciles, répertoire dans le gsm, et quand tu le perds tu te retrouves comme un gland, à ne même pas connaître les numéros des gens à prévenir. Sauf celui de mon Jim, là pas de soucis rien ne m’empêchera jamais de te joindre mon pauvre t’as pas de bol. Mère poule je suis et mère poule je reste(surtout quand tu es de sortie héhé). Les numéros de mes proches je les retiens. Oui, quand même. Alzheimer me guette, mais pas à ce point là.

Bref, j’avais récupéré mon fidèle téléphone, j’avais enfin des nouvelles de mon Tom là-bas à Munich pour sa dernière étape de voyage. Y’avait de la neige là-bas, et ça allait me pourrir ma nuit rien que de savoir ça. Je suis pessimiste si je veux, d’abord.

Il n’est que 15heures30, m’occuper l’esprit et les boyaux du ventre pour qu’ils arrêtent de danser. Faire un chili con carne pour mon Jim le soir, quelle bonne idée. Enfourcher le scooter, faire les courses. Me sentir utile, un peu.

Repartir encore le soir, et le resto avec mon grand schtroumpf et sa copine était sympa. Et en plus je me suis régalée. Rentrer à minuit largement dépassé, prendre une douche, attendre des nouvelles qui n’arrivent pas, regarder la télé, résister au chocolat puis dormir, enfin. Rêver de neige et d’autocar qui vole (cherchez pas), entrevoir mon Jim qui rentrait en milieu de nuit, sursauter à en mourir, presque, en recevant un sms à 7h du mat’ « tout va bien on est pas encore en Belgique, enfin je crois j’te dirai quand je serai à Liège ». Me rendormir et rêver de couloirs sans fin (c’est grave docteur?), puis me lever comme une zombie, dans 1 heure mon grand sera là.

Douche pour me réveiller, table du petit déj’ accueillante, pour qu’il se sente bien chez soi. L’écouter me raconter, et même sourire. Préparer un bon souper, manger en famille. Revivre, un peu.

Visiter mon filleul à l’hopital en fin de soirée, avec mon frangin. Petit café et chocolats quand il m’a ramené, et ensuite l’aider à charger dans sa voiture tous les vêtements qu’il restait de lui ici. Et même arriver à sourire en lui disant au revoir. Putain de vie.

Film d’horreur ramené par mon Jim, je déteste les boucheries du genre (« la colline a des yeux »). Et fin de soirée seule, devant ma télé à manger des guimauves pour me reconforter.

Et nous voilà lundi. Mes zouaves en congé, l’un de l’école, pour récuperer de sa semaine, l’autre de son boulot, pour récupérerle jour férié d’hier. Mais seule. Mon Tom chez sa schtroumpfette, et mon Jim à la pêche (cintré j’vous dis, ça caille comme pas possible)

Bref, seule. Avec seulement 3 petits potes en garde, comme tous les lundis super fatigués de leur week-end. Pour l’instant ils sont tous à la sieste, je peux enfin me reposer 🙂

Là je m’empiffre de « nic-nac » couverts de sucre jaune, rose ou blanc et je vais vous dire, j’adore ça.

Je vous le disais, tout va !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s