Je vais bien, tout va bien

5 juin 2007 at 11:36 (Uncategorized)

Donc ce matin j’me suis levée à 6h30. Tout allait bien. Le stress d’hier soir pulvérisé par celui du cauchemar bien traumatisant de cette nuit, positivons ça en fera déjà un de moins. Tout allait bien, si. Douche pour me réveiller à moitié, café pour le faire complètement. Les oiseaux chantent, y’a du soleil, belle journée qui arrive. Mon frangin, exceptionnellement en congé, se lève. Patatras, en aussi mauvais état moral qu’hier soir. Déprime, rien ne va dans l’élaboration de son super loft qui prend de plus en plus de retard. D’où le congé express pour « aller secouer toutes les larves de l’administration qui mettent les bâtons dans les roues ». En gros, une journée à aller s’énerver et courir partout, parce qu’évidemment  allez voir mon collègue rinàfout’ de votre problème cher monsieur c’est pas moi c’est lui , essayer de ne pas mettre un pain au préposé larvaire, re-courir encore, puis quand ça sera réglé (oui j’suis optimiste), recommencer l’opération à la compagnie de distribution d’eau, puis à l’assurance, puis à l’administration communale. Le tout sans faire de crise cardiaque si possible. Pauvre frangin, je préfère nettement ma journée à la sienne. Ma journée qui s’annonce superbe, oui j’y crois, j’vous ai dit j’suis optimiste.

Mais bon je m’égare. J’en étais où déjà? Ah oui, à 6h30 tout allait bien. Juste fatiguée, mais on finit par s’habituer. Et donc le frangin débarquait, avec son moral dans la cave.  T’inquiète ça va s’arranger, ne démoralise pas déjà avant de savoir quoi, on verra bien après… En fait je ne sais quoi lui dire d’autre, et j’ai mal au coeur de le voir ainsi. Il s’en va prendre une douche, ouf, sauvée. Et là arrive mon Jim. D’une humeur de chien, of course. Rendez-vous au centre d’apprentissage pour essayer de trouver une solution, rapport au nouveau patron qui a promis de l’engager, mais pas avant septembre, et seulement si son apprenti actuel le quitte vraiment, comme il l’a annoncé. Très bien l’histoire, mais bon le délai imparti pour retrouver un apprentissage arrive à terme, et comme dit mon gamin-découragé,  « j’suis juste un peu dans le caca ». Et moi aussi du coup, because perte des allocations familiales imminente et didiou j’y suis déjà jusqu’aux oreilles, dans la mouise. Bref. Positivons, on verra après l’entrevue ce qu’il en est. En attendant je zappe le soucis. Il est 7H30 et tout va encore presque bien, je gère ma fatigue la chute de moral de l’un et l’humeur merdique de l’autre. Arrive mon Tom, mauvaise humeur de son frère puissance 12. Youppie. Stress d’avant examen, de travail conséquent d’hier impossible à imprimer et  évidemment à rendre obligatoirement avant 11 heures, sinon ça ne serait pas marrant hein. Donc départ précipité pour Liège pour essayer d’aller imprimer tout ça juste à temps. Pourvu qu’à l’école l’imprimante ne foire pas hein, positivons-continuons de rigoler. 7H45 je survis, tout va à moitié, je gère I’m the best. Arrivent ensemble  et bien sûr chacune avec leurs problèmes de digestion-varicelle-en-incubation-j’suis-sûre-que-c’est-ça-mauvais-appétit-mauvaise-nuit-la-faute-aux-dents-qui-finiront-par-arriver, les 3 petites puces du mardi. 18 mois, 1 an+2 jours, et 1 an aujourd’hui respectivement. Ca crie fort à c’t âge là croyez-moi. Et, logique sinon ça ne serait pas comique, les 3 mamans super-stressées-en-retard-mal-dormi-because-baby-fiesta-la-nuit-et-problèmes-perso en sus. Cumulez le tout avec mon Jim qui râle parce qu’il n’a pas déjeuné et qu’il est l’heure de partir, mon frangin prêt à s’asseoir par terre tout abandonner et me lêguer son loft (oh oui oh oui), mon Thomas qui ne communique plus que par regards assassins, et moi debout au milieu de cette troupe avec juste une envie : me planquer sous ma couette.

Comment ai-je réussi à survivre à ce matin maudit les gens??

Et bien j’ai mis gentiment les 3 mamans dehors « laissez-moi faire j’suis spécialiste, vous allez être en retard au boulot », j’ai laissé partir le frangin et mon Jimmy puis Tom dans la foulée en les encourageant comme si ils partaient en croisade, j’ai calmé les 3 puces en moins de temps qu’il faut pour le dire, j’ai accueilli dans le calme (ouf) le 4ème bébé qui arrivait, j’ai lu des livres, j’ai changé plein de couches, j’ai joué aux duplos et même à la poupée, j’ai chanté faux mais rigolo, j’ai fait diner les ogres, et j’ai tenu bon jusque 13h.

Et là depuis, tout le monde dort. Je savoure le calme, j’ai eu des news de mon Tom qui a pu tout imprimer à temps et a aussi réussi son examen sans problème, de mon Jim bien plus cool et de bien meilleure humeur, j’ai englouti 2 assiettes des restes du poulet riz à l’indienne fait maison et mmm trop bon, et je me dis que oui finalement c’est une belle journée…

Publicités

Permalien Laisser un commentaire