Logé, nourri, blanchi, et p’tit dèj compris

7 février 2006 at 13:02 (Uncategorized)

Quand la télé est allumée, juste pour dire au silence de se taire.

Entendu dans un feuilleton-à-l’eau-de-rose-et-à-rallonge un monsieur tout amoureux dire à sa dame, jus d’orange et sourires mielleux comme accessoires : ‘Quel moment magique que le petit déjeuner avec toi ma chérie.’

Zapper, vite. Rien que cette phrase me donne la nausée.

Déjà au petit déj ce matin, l’électricité dans l’air était palpable. A faire mal. Des étincelles. Des énervements de sale journée qui s’annonce. A l’école, au boulot dehors sous la pluie, ou à mon boulot à moi et à domicile. Et à la bourre, comme d’hab. Et les mots blessants d’adolescent. Pourtant il y avait des oranges pressées en accessoires ici aussi… Putain de vie comme elle s’annonce mal. No future. Et en plus, pas de déjeuners en amoureux chaque matin. Pas maintenant, et pas avant longtemps. Ou peut-être pas du tout. De toute façon il ne déjeune jamais ça s’annonce mal je vous le disais.

Triste et désabusée. Autant rallumer la télé. Au moins ça oblige à ne plus penser. 

Permalien Laisser un commentaire

Restons réalistes, soyons positifs

7 février 2006 at 13:00 (Uncategorized)

…comme dirait mon grand schtroumpf préféré dans le dernier article de son blog.

Moui bon, réaliste. Ok, j’essaye donc : « Chronique d’un chouette  week-end. »

Le père-absent s’étant soudainement souvenu qu’il avait des courses à faire n’est finalement pas venu vendredi après-midi. « Peut être dimanche, on verra bien je te dirai quoi si d’ici là il n’y a pas 5 cm de neige, si je n’ai vraiment rien d’autre à foutre ou on ne sait jamais, qu’un oiseau me chierait dessus et que forcément ça m’empêcherait de venir… « 

Voilà voilà donc, restons positif ; pas de neige, pas d’oiseau diahrréique, rien d’autre à faire en ce dimanche pluvieux, « the » visite annuelle s’est finalement faite dimanche. J’étais quand même contente, si si.

C’était juste histoire d’avoir au moins un truc à vous raconter de ce week-end de merde. De vide dans le ventre et de noeud dans les tripes. Dans tous les sens du terme. Et vive les méga indigestions qui vous mettent à terre pour 2 jours en moins de temps qu’il ne faut pour y penser! De toute manière vomir ça ne sert à rien. Après on a mal partout, à la tête et aux muscles et c’est tout ce qu’on a gagné. Mais on a toujours aussi peur.

Bref, quel super week-end…Et encore je ne vous parle pas de l’incompréhension, de l’indifférence totale, de la distance qui se creuse et du manque de communication qui m’ont laminé, vidé, lessivé et bien plus que tout le reste. Non. ça c’est privé, vraiment privé et puis de toute façon ce n’est pas en venant me plaindre ici que ça fera avancer le schmilblick.

-C’est vrai d’ailleurs, les lecteurs attendent des textes rigolos qu’est-ce que tu viens les gonfler avec tes larmes?

-Va griller en enfer sale *** de nabot sur mon épaule! ou je t’arrache les ailes !

Ah oui j’oubliais, il faut rester positif…

Demain il paraît que la pluie cessera.

Permalien Laisser un commentaire